En bref : États-Unis d'Amérique

Le cyclone Katrina : les approvisionnements des Nations Unies arrivent

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-1120/ Brandt
À Meridian, Mississippi, à l’extérieur d’un abri de l’église, des enfants regardent dans les caisses contenant des approvisionnements de l’UNICEF.

Par Mia Brandt

MERIDIAN, Mississippi, 13 septembre 2005 – L’Église centrale méthodiste unie de Meridian, Mississippi, héberge Tinitra Corely, neuf ans, et sa famille. Cette famille s’est enfuie de chez elle, à la Nouvelle-Orléans, à la suite du cyclone Katrina. Les « écoles en boîte » et de les colis de loisirs de l’UNICEF sont arrivés maintenant à Meridian ; Tinitra et d’autres enfants comme elles en font bon usage.

Dans le cadre de la riposte internationale au cyclone et à ses répercussions, un millier de colis ont été acheminés vers la base aérienne de Little Rock, Arkansas, puis expédiés par camion aux centres situés dans le Mississippi où vivent des milliers de personnes déplacées à cause de la catastrophe. La première expédition est parvenue à Meridian il y a deux jours.

À l’arrivée des colis, Tinitra et les autres enfants se trouvant à l’église ont ouvert les colis avec fébrilité. Tinitra était particulièrement heureuse de voir qu’il y avait des livres à l’intérieur. « J’éprouve vraiment du plaisir à lire parce que j’aime découvrir des choses nouvelles », a-t-elle dit.

L’aide apportée avec les colis

Dans l’école en boîte de l’UNICEF, il y a des fournitures pour un enseignant et un maximum de 40 élèves. Outre des livres, des crayons, des gommes et des ciseaux, le colis contient également une horloge en bois pour apprendre l’heure, des cubes en plastique pour compter et une série de trois affiches plastifiées (alphabet, tables de multiplication et chiffres).

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ05-1119/ Brandt
Tinitra Corely montre fièrement un dessin. L’ « école en boîte » contient un bon nombre de fournitures pour le dessin.

En se servant d’un guide pédagogique et d’un programme d’étude mis au point sur place, les enseignants peuvent installer des salles de classe improvisées presque partout. Au cours des cinq dernières années, l’école en boîte a été très souvent utilisée dans le monde entier. 

Amy Carter, une éducatrice qui intervient comme bénévole à l’Église baptiste du Mont des oliviers de Meridian, a été très satisfaite de ces colis.

« De la nourriture, un toit, des vêtements, tout cela [est] nécessaire, mais le matériel de loisirs et les fournitures scolaires – c’est cela dont nous avons besoin, parce que c’est cela qui devient notre fil conducteur, ce qui nous rassemble et fait avancer les choses », a déclaré Amy Carter.

Se remettre du traumatisme

Le colis de loisirs de l’UNICEF comprend différents types de ballons, des maillots de couleur pour composer des équipes, de la craie et un mètre pour délimiter l’aire de jeu, ainsi qu’un sifflet et une ardoise où comptabiliser les résultats.

Les pasteurs, qui ont ouvert les portes de leur église aux réfugiés, sont heureux de mettre en place des salles de classe de fortune.

« L’UNICEF nous a donné les moyens d’aider les nôtres » a dit le Révérend Gerald Hudson. « Nous savons combien l’éducation est un bon moyen pour nous sauver d’une situation désespérée ». L’expérience acquise par l’UNICEF du rétablissement après une catastrophe le confirme : dans l’aide apportée aux enfants afin qu’ils guérissent sur le plan affectif de leur traumatisme, il est crucial de les ramener à l’école.

Maya Dollarhide de New York, a contribué à cette histoire.


 

 

Vidéo (en anglais)

13 septembre 2005 :
Mia Drake Brandt, correspondante spéciale de l’ UNICEF, décrit la première expédition,  par l’organisation, de ses « écoles en boîte » et de ses colis de loisirs, destinés à Meridian, Mississippi.

bas | haut débit
(Real player)

Journalists:
Broadcast-quality
video on demand
from The Newsmarket

Recherche