En bref : États-Unis d'Amérique

Le cyclone Katrina : son impact sur les enfants

Image de l'UNICEF
© REUTERS/Jason Reed
À la Nouvelle-Orléans, un jeune survivant du cyclone Katrina reçoit une ration alimentaire.

NEW YORK, 7 septembre 2005 – Plus d’une semaine après le passage dévastateur du cyclone Katrina sur la côte méridionale des Etats-Unis, les enfants continuent à souffrir.

Un bon nombre de ces enfants et adolescents ont survécu à l’ouragan n’ont plus de logement ni d’école et vivent dans des abris provisoires, loin de la communauté à laquelle ils appartiennent et de leurs amis.

Le Conseiller principal de l’UNICEF à la Protection de l’enfance, Manuel Fontaine, a déclaré que cette catastrophe naturelle avait un impact considérable sur les enfants. 

« Ils ont perdu leurs parents, leurs êtres chers, leurs maisons, ils sont loin de chez eux ; aussi doivent-ils à présent trouver une autre école, et être en mesure de vivre dans une situation et un environnement complètement différents », a-t-il dit.

M. Fontaine a par ailleurs insisté sur l’aptitude naturelle des enfants à se remettre rapidement d’une catastrophe de cette importance, à condition qu’on leur apporte le soutien qui convient.

Image de l'UNICEF
© REUTERS/Richard Carson
Des enfants dorment sur des lits de camp au Reliant Hall de Houston, Texas.

« Sur la base d’une expérience acquise partout dans le monde, nous savons que les enfants possèdent une incroyable capacité de se remettre rapidement de ce type d’épreuve, de leur résister et de les surmonter », a-t-il ajouté.

« Une aide médicale ou une thérapie très spécialisées ne seront pas nécessaires pour la plupart d’entre eux. Dans leur grande majorité, ils vont être en mesure de se remettre en étant simplement associés à des activités quotidiennes, en retrouvant leur famille, leurs frères et soeurs, en ayant à nouveau une vie sociale et en bénéficiant d’encouragements et de soins dans cette optique ».

Ramener les enfants à l’école

Il est essentiel que tous ceux qui ont été affectés par le cyclone disposent de la nourriture, de l’eau, des médicaments, de l’assainissement et du logement correspondant à leurs besoins mais, estime l’UNICEF, il faut également impératif atténuer les effets de la catastrophe sur les enfants.

Cela peut se faire en réunissant dès que possible à leurs parents, aux membres de leur famille ou à ceux qui en ont la garde les enfants que le cyclone a séparés de leur famille, et en permettant aux enfants de retrouver une vie normale – grâce à des activités de loisirs et à la scolarisation, que ce soit dans une école provisoire ou existante.

L’expérience démontre que, lors d’une catastrophe, l’un des moyens les plus efficaces d’aider les enfants à se sentir en sécurité, à surmonter leurs traumatismes et à amorcer le retour à l’équilibre affectif consiste à les replacer dans environnement où ils recommencent à apprendre. Il est capital de les faire retourner à l’école le plus vite possible.


 

 

Vidéo (en anglais)


7 septembre 2005 :
Le Conseiller principal de l’UNICEF à la Protection de l’enfance, Manuel Fontaine, parle des souffrances que le cyclone Katrina a infligé aux enfants.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

7 septembre 2005: La famille de David, 10 ans, a été une des dernières à quitter la Nouvelle-Orléans


7 septembre 2005: Les familles de Biloxi, une ville du Mississippi particulièrement éprouvée, tentent de reconstruire leur vie.


7 septembre 2005: Quelques familles ont trouvé un abri de fortune à Little Rock (Arkansas).

Recherche