Ukraine

Une éducatrice séropositive insiste sur la communication personnelle pour sensibiliser les enfants au SIDA

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Iryna rencontre des jeunes du foyer Aspern, géré par un partenaire de l’UNICEF, dont les animateurs cherchent à sensibiliser les enfants aux dangers du VIH/SIDA.

Par Iryna Kalinichenko

Iryna, 21 ans, vit avec le VIH depuis trois ans. Elle travaille comme directrice adjointe d’une organisation non gouvernementale qui s’occupe de personnes affectées par le VIH/SIDA en Ukraine. Voici son histoire :

Cherkassy, Ukraine,  3 novembre 2005 – « Le VIH a complètement bouleversé ma vie. La vie d’un séropositif est extrêmement difficile dans mon pays. Et ce sont les enfants qui sont le plus touchés.

« Souvent, nous sommes confrontés au rejet et à l’intolérance de la société et beaucoup d’enfants ne vont pas à l’école. C’est très difficile d’obtenir un emploi quand on est séropositif.  C’est pourquoi les familles de personnes contaminées par le VIH ont des problèmes d’argent.

« Il y a quelques années, je pensais, comme la majorité de mes condisciples, que le VIH, ce n’était pas pour moi. Nous pensions que d’autres pays étaient concernés par ce problème, pas le nôtre. Mais l’Ukraine compte à présent 10 000 enfants nés de mères séropositives.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Iryna se rend souvent dans des classes comme celle-ci pour parler aux élèves de la prévention du VIH/SIDA.

« Je travaille pour une organisation qui s’occupe de gens infectés par le VIH, le Réseau ukrainien des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Nous avons créé un centre de jour pour les familles touchées par le VIH/SIDA. Au sein de notre communauté, nous avons formé des groupes de soutien. Nous offrons des soins et un soutien aux enfants séropositifs, ainsi qu’un suivi psychosocial et des activités de défense des droits des enfants séropositifs.

« Je passe beaucoup de temps dans les écoles, je parle aux élèves du VIH/SIDA et de la façon dont ils risquent de l’attraper. Je constate d’expérience que quand les jeunes reçoivent leurs informations de vraies personnes, et non des médias, le message passe beaucoup mieux.

« Les dirigeants du monde devraient comprendre que le VIH peut frapper à la porte de n’importe qui. C’est pourquoi nous devrions agir tous ensemble. »

 

 

 


 

 

Vidéo (en anglais)

Octobre 2005 :
Iryna Kalinichenko explique comment elle puise dans sa propre expérience de femme séropositive pour parler à ses pairs des dangers du VIH/SIDA.

bas | haut débit
(Real player)

Audio (en anglais)

Une jeune fille de 21 ans vivant avec le VIH raconte son histoire.

Recherche