Ouganda

Une nouvelle application mobile aide à accélérer le regroupement familial pour les enfants congolais réfugiés en Ouganda

Une nouvelle application mobile aide à regrouper les enfants séparés et non accompagnés et leurs familles – dans les situations d’urgence.

Par Dheepa Pandian

DISTRICT DE KAMWENGE, ouest de l’Ouganda, le 19 mars 2013 – Pascal, 15 ans, a fui la République démocratique du Congo lorsque que des rebelles ont attaqué son village. Il est arrivé au camp de réfugiés de Rwamwanja, en Ouganda, il y a un mois.

Une nouvelle application mobile aide à accélérer le regroupement familial pour les enfants congolais réfugiés en Ouganda  Regarder dans RealPlayer

 

« Je suis venu du Congo parce qu’ils se battaient et j’avais peur de mourir, alors je me suis enfui avec un groupe de garçons », explique-t-il, la voix tremblante.
« Nous sommes tombés dans une embuscade, mais j’ai réussi à m’échapper. Puis j’ai rencontré des inconnus et j’ai pu passer en Ouganda avec eux. »  

Pascal était à l’école quand les rebelles sont arrivés. N’ayant eu d’autre choix que de fuir sans sa famille, Pascal fait partie des enfants qui ont franchi la frontière non accompagnés depuis le début des combats en 2011. 

Une application mobile pour les situations d’urgence

Le camp de Rwamwanja s’étend sur 41 km carrés. Ayant accueilli la plupart des nouveaux arrivants congolais, le camp approche sa capacité maximum de 50 000 résidents.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Uganda/2013
Les réfugiés congolais nouvellement arrivés sont enregistrés au camp de réfugiés de Rwamwanja, en Ouganda. Les enfants qui arrivent sans parents sont identifiés, fournissent des renseignements les concernant et sont photographiés. Le personnel du camp accède aux renseignements recueillis au centre de transit via une application mobile qui leur permet de commencer à rechercher la famille d’un enfant avant qu’il ou elle n’arrive au camp.

A cause de la taille du camp, le regroupement d’enfants comme Pascal avec leur famille ou même avec des membres de leur village était, jusqu’à présent, une tâche redoutable. Mais une application pour téléphone mobile introduite par l’UNICEF a considérablement facilité ce processus.

L’application, appelée RapidFTR, a été conçue pour rationnaliser et accélérer la recherche et la réunification des familles. Il s’agit d’un système de stockage de données qui permet de recueillir, trier et partager des informations relatives aux enfants non accompagnés et séparés dans les situations d’urgence.

Save the Children et la Croix-Rouge Ougandaise utilisent actuellement RapidFTR dans ce camp pour chercher les membres de la famille des enfants. 

Commencer les recherches plus tôt

« Avant RapidFTR, nous avions recours au papier et devions remplir beaucoup de formulaires pour recueillir les
informations », explique Fatuma Arinaitwe, spécialiste de la protection de l’enfance pour Save the Children. « Cela prenait beaucoup de temps car nous nous promenions avec une liste de noms et demandions aux personnes si elles connaissaient ces enfants ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Uganda/2013
Des femmes et des enfants congolais passent leur première nuit au camp de Rwamwanja. Ce camp héberge des dizaines de milliers de réfugiés qui fuient les violences de leur pays.

Comme dans de nombreux pays d’accueil, ici les réfugiés passent d’abord par un centre de transit. Ils y sont enregistrés, et les enfants sans parents sont identifiés et contrôlés. Grâce à RapidFTR, les renseignements relatifs à chaque enfant sont saisis dans le téléphone et une photo est prise. Les agents de protection des camps peuvent accéder instantanément aux informations et commencer les recherches avant même que l’enfant n’arrive.

« Lorsque nous cherchons et trouvons un enfant, il est désormais plus facile de commencer les recherches plus tôt. Ainsi, dès que l’enfant arrive, nous pouvons procéder au regroupement », explique  Fatuma Arinaitwe.

Pascal a été enregistré et espère que sa famille ou que les membres de son village seront retrouvés. « Ici, j’ai enfin la paix. Je n’ai peut-être pas beaucoup de vêtements, mais j’ai la paix ».

« Mais maintenant », ajoute-t-il, « Je veux juste retrouver mes parents ».


 

 

Protection de l'enfant

Recherche