Ouganda

Réflexions sur la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée aux enfants, il y a dix ans

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ouganda/2012
Au centre, Caroline Barebwoha, consultante UNICEF pour la mobilisation et la participation des jeunes pose en compagnie des jeunes délégués lors d’un évènement en Ouganda.

Par Caroline Barebwoha

En 2002, Caroline Barebwoha était une jeune déléguée lors de la Session extraordinaire historique de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée aux enfants. La Session s'était terminée par l'adoption officielle du document final « Un monde digne des enfants » dans lequel les nations du monde affirmaient leur engagement à promouvoir partout  les droits et le bien-être des enfants. Caroline Barebwoha est avocate aujourd’hui et consultante pour l’UNICEF en matière de mobilisation et de participation des jeunes. Voici ses réflexions sur son expérience comme jeune avocate et sur sa vision des changements dans le monde.

KAMPALA, Ouganda, 8 mai 2012 – Tout a commencé à l’âge de 15 ans, après que j’ai gagné le titre de « meilleure débatrice » lors d’une compétition de débats interscolaires. Après avoir gagné le Prix, J’ai reçu un appel de l’UNICEF m’informant que j’avais été sélectionnée pour représenter les enfants ougandais à la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies consacrée aux enfants à New York en 2002. Cela a marqué le début de ma vocation comme défenseure des droits des enfants, des jeunes et des femmes.

 AUDIO : écouter

Session extraordinaire consacrée aux enfants

Tout d’abord, j’ai assisté en 2001 à une rencontre préparatoire, qui rassemblait des enfants délégués du monde entier dans le cadre de la campagne « Dites oui pour les enfants ». L’année suivante j’étais à New York parmi les 400 enfants et plus qui participaient au Forum des enfants aux Nations Unies en vue de la Session extraordinaire consacrée aux enfants. Nous avons présenté une déclaration « Un monde digne de nous » à l’ouverture des débats de l’Assemblée générale.

À la fin de la Session, l’Assemblée générale a adopté un Plan d’action pour créer « Un monde digne des enfants » - un monde dans lequel tous les enfants bénéficient du meilleur départ possible dans la vie, ont accès à une éducation de base de qualité, et ont toutes les possibilités de développer leurs capacités dans un milieu protecteur et sans risques.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ouganda/2012
Au centre, Caroline Barebwoha, consultante UNICEF pour la mobilisation et la participation des jeunes pose en compagnie des jeunes délégués lors d’un évènement en Ouganda..

Défendre la jeunesse

Après cet évènement qui a changé ma vie, j’ai réalisé combien il restait à faire pour les enfants dans mon pays. J’ai alors décidé de militer et lutter pour la justice pour tous, en particulier les enfants, les jeunes et les femmes. À l’école, j’ai participé à la défense des droits de l’enfant, et ensuite j’ai étudié pour devenir avocate.

En 2010, j’ai été choisie par l’UNICEF pour m’adresser au tout premier Forum de la jeunesse à Kampala en Ouganda. Cela a été une nouvelle étape dans ma vie qui a marqué le début e ma carrière à l’UNICEF Ouganda comme consultante pour la mobilisation et la participation des jeunes.

À ce poste, je suis engagée dans la formation des jeunes leaders de tout le pays aux droits de l’enfant. Je forme aussi et recrute des jeunes pour participer à U-report, une plate-forme de suivi social par SMS – qui compte désormais plus de 120 000 utilisateurs – et où ils peuvent amorcer un dialogue pour la création d’un changement positif dans leurs communautés.

Un monde qui change

Depuis, la Session extraordinaire a non seulement changé ma vie, mais le monde également. Aujourd’hui nous voyons un monde où plus de gouvernements  consultent les enfants sur les questions qui les concernent. Les voix des enfants sont représentées et respectées plus que jamais auparavant par la création de beaucoup plus de parlements des enfants dans le monde, de Conseils d’élèves et de clubs scolaires qui d♪0fendent le droit des enfants à participer et à donner leur avis.

Cependant dans mon pays beaucoup d’autres défis restent à relever et le reste du monde en développement. La pauvreté chronique, une mauvaise qualité de l’éducation, le manque de services de santé élémentaire et le niveau élevé du chômage sont parmi les plus grands obstacles à surmonter si l’on veut améliorer la vie des enfants ougandais aujourd’hui.

Mais en dépit de ces problèmes, si nous nous unissons et continuons à défendre les droits de l’enfant, je suis sure que nous pouvons changer les choses et créer un « Monde digne des enfants ».


 

 

Audio en anglais

Il y a dix ans, Caroline Barebwoha était parmi les centaines d'enfants qui participaient à la Session extrordinaire historique des Nations Unies consacrée aux enfants. Aujourd'hui, avocate et défenseure des droits de l'enfant avec l'UNICEF, elle explique comment l'experience a transformer sa vie.
AUDIO écouter

Recherche