Ouganda

L'UNICEF soutient l'engagement pris par l'Ouganda pour combattre la violence contre les femmes et les enfants

Por Thomas Nybo

MUNYONYO, Ouganda, 10 décembre 2010 - « Nous entamons aujourd'hui un périple de trois jours pour générer une idée commune de la société ougandaise dans laquelle les femmes et les enfants vivront sans crainte, dans la dignité et en réalisant tout leur potentiel ».

VIDÉO (en anglais): Le reportage de Thomas Nybo, de l'UNICEF, sur les efforts menés par l'Ouganda pour combattre la violence contre les femmes et les enfants.  Regarder dans RealPlayer

 

Ces mots, prononcés par Silvia Pasti, responsable de la protection de l'enfance pour l'UNICEF Ouganda, ont ouvert une conférence qui s'est déroulée à Munyonyo, en Ouganda, intitulée « Atelier pour un plan d'action concrète contre la violence sur les enfants et les femmes ». Elle a réuni environ cinquante jeunes gens, des décideurs politiques, des chefs traditionnels et religieux, des universitaires, des membres de la société civile et divers représentants, tous réunis pour faire reculer la violence en Ouganda.  

« Cet atelier de travail est organisé conjointement par le ministère de l'égalité des sexes et l'UNICEF, » a-t-elle poursuivi. « Mais je suis ici pour vous parler non pas nécessairement en tant que membre du personnel de l'UNICEF mais en tant que femme. Je suis sûre que beaucoup d'entre vous, ici dans cette salle, quels que soient vos âges, votre sexe, la couleur de votre peau, avez subi directement une forme de violence dans votre vie ou, au moins, en avez été témoin ».

Espoir pour l'avenir

L'atelier était organisé de manière à ce que les participants racontent ce qu'ils espéraient voir pour l'avenir. Ils se sont penchés sur les problèmes afin de trouver un terrain d'entente destiné à construire les bases de plans d'action concrets. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2010
Une personne participant à l'atelier de travail intitulé « Atelier pour un plan d'action concrète contre la violence sur les enfants et les femmes », à Munyonyo, en Ouganda.

« Nous ne sommes pas aussi vigilants que nous devrions l'être contre ce malaise qui  est en train de dévorer notre société, » a dit James Kaboggoza qui collabore avec le ministère de l'égalité des sexes, du travail et du développement social. « Je suis persuadé que si nous nous attaquons ensemble à cela, nous pourrons faire un grand pas en avant pour résorber le problème et créer un environnement pour que nos femmes et nous enfants s'épanouissent et faire faire à nos familles des progrès et les rendre plus capables de participer au développement de ce pays ».

Mieux sensibiliser les jeunes

Parmi les parties prenantes présentes se trouvaient des jeunes, dont Abdul Galiwango, 24 ans, qui chante aujourd'hui des chansons sur sa vie d'autrefois dans les rues. Résidant actuellement dans un centre pour enfants des rues, à Kampala, il aide d’autres jeunes à faire la transition depuis les rues. 

« Il est temps de parler de la vie, » a-t-il chanté. « Parlons de la vie dans les rues. Ils luttent vraiment, ils pleurent vraiment. Pas d'espoir, pas d'avenir pour eux. Rassemblons-nous, unis comme une seule personne ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2010
L'atelier de travail rassemblait divers participants pour qu'ils racontent ce qu'ils espèrent de l'avenir.

Figurant parmi les jeunes présents, Elizabeth Kicarwot, 14 ans, a parlé des enfants vulnérables et de leur détresse : « Les enfants des rues, même les enfants qui dorment dans des couloirs, ils pleurent chaque jour et chaque nuit ».   

L'UNICEF engagé dans la cause

Silvia Pasti, de l'UNICEF, a offert ses réflexions finales à la fin de la conférence : « Toutes les choses que nous avons identifiées comme des problèmes et des solutions viennent toutes de nous. Ce que nous avons dit sur que nous devrions faire nous appartient en propre... Nous ne pouvons pas faillir à nos promesses d’aider les femmes et enfants qui sont ici. Nous nous engageons, nous l'UNICEF, à continuer à nous battre pour eux ».


 

 

Recherche