Ouganda

En Ouganda, le choléra reste un défi à relever

Image de l'UNICEF
© UNICEF Ouganda/2010/Nybo
Une jeune fille remplit d'eau un récipient en plastique, dans le lac George, en Ouganda. C'est un spectacle courant dans le district de Kasese malgré la très réelle menace de choléra.

Par Thomas Nybo

HAMUKUNGU, Ouganda, 8 juin 2010 – Alors que, tôt le matin, ce village de pêcheurs commence à s'animer, une jeune fille marche dans le lac George et remplit d'eau un récipient en plastique jaune vif.

 VIDÉO : regarder

C'est un spectacle courant dans le district de Kasese, des hommes, femmes et enfants remplissant d'eau des récipients dans les rivières et les lacs, en dépit de la très réelle menace de choléra. L'an dernier, le choléra a infecté dans ce secteur plus de 500 personnes et en a tué une douzaine.

Augmentation du nombre de cas

« Ma fille a pris de l'eau dans le lac et ne l'a pas fait bouillir. C'est comme cela qu'elle est tombée malade, » dit une femme dont la fille de huit ans a contracté le choléra. Elle élève quatre enfants avec le modeste revenu de pêcheur de son mari et hésitait à acheter de l'eau en bouteille jusqu'à ce que sa fille frôle la mort.

Le choléra est une infection bactérienne des intestins et est transmise par l'eau contaminée par les excréments humains. Dans de nombreuses parties du monde, le manque d'eau potable associé à l’absence de bons moyens d’élimination des déchets peut être mortel. 

Malgré les efforts faits pour améliorer la situation, le nombre de cas de choléra – et de décès – continue d'augmenter. En Ouganda, ceci est spécialement vrai pendant la saison des pluies quand les déchets sont souvent emportés dans les rivières et les lacs. N'ayant pas d'autre choix, la population continue à y puiser l'eau de boisson et tombe souvent malade.

Le choléra reste mortel

Bien que des programmes encourageant l'utilisation de l'eau en bouteille ou de l'eau bouillie aient été mis en place dans de nombreux districts, les experts affirment que la mentalité bien établie vis-à-vis du choléra doit changer avant que la situation ne s'améliore.  

« Je pense que le seul problème que nous ne prenons pas en compte est le changement de comportement, » dit Paul Semakula, Chargé de l'eau et de l'assainissement du milieu à l'UNICEF. « Nous ne prenons pas en considération ce que [les gens] pensent du choléra. Leur point de vue, c' est « le choléra n'est pas dangereux. » Après tout, vous êtes soigné en deux ou trois jours et vous  allez bien. Alors, ils ne pensent pas que ce soit une chose contre laquelle ils aient besoin de se battre. »

Mais bien que le choléra puisse se soigner, il contribue à la perte d'heures de productivité, empêche les enfants d'aller à l'école et continue à provoquer des milliers de décès dans le monde. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, pas moins de 6300 personnes sont mortes du choléra durant les seules trois dernières années.

Les enfants qui se trouvent dans les secteurs endémiques sont touchés par la maladie de façon disproportionnée.

Favoriser les changements

L'UNICEF collabore en Ouganda avec les autorités locales pour faire face à la constante menace du choléra et encourager un changement de mentalité. Il offre un soutien pour des moyens logistiques de base, dont des services d'assainissement et d'hygiène, du matériel pour la purification de l'eau et des installations pour le stockage de l'eau qui, tous, peuvent être très efficaces pour diminuer l'impact du choléra.

L'UNICEF est aussi en train d'étudier une procédure législative qui protègerait la population contre la consommation de nourriture contaminée et qui exigerait que chaque foyer possède une latrine.   

« Le plus important, » dit  Paul Semakula, « est de s'assurer que chaque foyer et chaque famille change de comportement et de mentalité. Nous devons veiller à ce que chacun ait chez lui les équipements indispensables pour l'eau, l'assainissement et l'hygiène. »


 

 

Vidéo (en anglais)

5 novembre 2009 : le reportage du correspondant de l'UNICEF Thomas Nybo sur les opérations destinées à éliminer le choléra de l'Ouganda.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche