Ouganda

L’aide d’urgence atteint des milliers de personnes à la suite des glissements de terrains survenus en Ouganda

Image de l'UNICEF
© UNICEF UGANDA/2010/CHULHO HYUN
Une fille porte son petit frère devant les tentes qui servent de foyer aux déplacés, dans le camp provisoire de Bulucheke, en Ouganda.

By Chulho Hyun

DISTRICT DE BUDADA, Ouganda, 16 mars 2010 – Deux semaines après les glissements de terrain meurtriers qui ont enseveli trois villages dans l’est de l’Ouganda, l’aide d’urgence arrive enfin aux personnes dans le besoin. Cependant, les fortes pluies continuelles et les inondations font craindre que de tels glissements de terrain puissent se produire dans les districts voisins.

Face à cette situation, le Ministre ougandais de la préparation aux catastrophes a déclaré que le gouvernement prévoyait de réinstaller entre 500 000 et un million de personnes provenant des zones montagneuses vulnérables, plus particulièrement le flanc du Mont Elgon et les zones montagneuses de Kigezi et de Rwenzori, dans le sud-ouest du pays.

Fournitures pour les déplacés

Les glissements de terrain survenus le 1er mars ont fait plus de 80 morts et des centaines de personnes ont été déplacées. Dans le campement provisoire de Bulucheke, construit par le gouvernement pour les personnes affectées, environ 3000 se sont déjà inscrites pour recevoir de l’aide.

Quatre écoles primaires ont fermé à cause des inondations.

Image de l'UNICEF
© UNICEF UGANDA/2010/CHULHO HYUN
Des enfants viennent chercher de l’eau dans un réservoir installé avec l’aide de l’UNICEF, dans le camp de Bulucheke.

« Une bombe à retardement »

Les habitants du district de Butaleja commencent à rentrer chez eux; les autorités sanitaires et les travailleurs humanitaires peuvent désormais s’occuper des latrines à fosse submergées et des mares d’eau stagnante que l’on trouve un peu partout dans la zone touchée. De telles conditions sanitaires risquent de causer des épidémies de paludisme et de choléra. La combinaison de ces deux maladies dans une situation post-inondation est une « bombe à retardement », comme l’a dit un membre de l’UNICEF.

Pour éviter l’apparition de tout type de maladie, l’UNICEF apporte son soutien au gouvernement et aux partenaires non gouvernementaux dans la mise en place de systèmes de purification de l’eau dans tous les foyers. Il tente également de distribuer plus de 5000 moustiquaires imprégnées d’insecticide pour la prévention et la protection contre le paludisme.

Ces efforts d’aide d’urgence représentent le point culminant d’un plan d’intervention et de préparation mis en place par l’UNICEF et développé conjointement avec le Gouvernement ougandais en 2009.


 

 

Recherche