Ouganda

Une seconde chance pour les enfants d'Ouganda vivant dans la rue

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2009
Des élèves dans l’une des dix écoles soutenues par l’UNICEF qui ont accueilli des enfants Karamajong, de retour d’une vie dans les rues de Kampala, en Ouganda.

Par Anne Lydia Sekandi

KAPUAT, Ouganda, 4 janvier 2010 — À première vue, John Bosco Abura est aussi insouciant que tout autre garçon de 15 ans. Heureux et plein d’entrain, il est ravi d’étudier à l’École primaire Kapuat. Cependant, derrière ses yeux brillants et son large sourire, Abura cache les marques de deux années traumatisantes, passées dans les rues de la capitale, Kampala.

 VIDÉO : regarder maintenant

« Je suis allé à Kampala avec ma mère en 2004, » raconte Abura. « Mon père avait été tué en 2001 par les membres d’un commando qui ont pris tout notre bétail à Kotido, aussi ma mère pensait-elle que notre vie serait meilleure en ville. » Pourtant, la mère et son fils en ont été réduits à mendier et faire les poubelles pour survivre.

« La vie à Kampala était très dure, » confie Abura.

Un environnement hostile

Les choses ont empiré lorsque la mère d’Abura a été tuée par un taxi. À dix ans, il se retrouvait seul dans un environnement hostile, contraint de verser de l’argent aux chefs de gang de rue pour de la nourriture et un abri, et il était sévèrement battu s’il n’arrivait pas à payer.

Tout comme Abura, des dizaines d’autres enfants et adultes Karamajong ont été attirés par les rues de Kampala, à la recherche d’une vie meilleure, et se sont trouvés pris dans un cercle vicieux de mendicité et de fouille de poubelles.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2009
John Bosco Abura, 15 ans, est scolarisé à l’École primaire Kapuat, de retour après une vie difficile dans les rues de Kampala, en Ouganda.

Le calvaire d’Abura a pris fin en novembre 2007 lorsqu'il a été amené, avec des centaines d’autres enfants et adultes Karamajong, dans un centre de transit aidé par l’UNICEF.

Les dangers de la migration

Des organisations soutenues par l’UNICEF réinstallent les enfants non accompagnés comme Abura et apprennent aux populations les véritables dangers auxquels on s’expose en migrant dans les villes.

« Ceux qui ont été ramenés à Karamoja en 2007 disent qu’ils sont allés à Kampala afin d’échapper à la famine et à l’insécurité, » indique le Père John Bosco Ngoya, un prêtre qui travaille à Karamoja depuis 1986. Avec d’autres dirigeants communautaires de Moroto, il a créé l’Initiative Bokora pour un programme de réinstallation durable (Bokora Initiative for Sustainable Resettlement Programme – BISREP).
 
L’UNICEF et ses partenaires font en sorte que les rapatriés reçoivent l’indispensable, tel que la nourriture, le logement et un traitement médical. Ils fournissent en outre une formation aux travailleurs sociaux qui aident les rapatriés à se réinstaller dans la communauté.

Scolarisés

Les enfants sont scolarisés dans les dix écoles soutenues par l’UNICEF qui ont accueilli des enfants Karamajong, de retour de Kampala. Plus largement, le programme travaille aussi à identifier et protéger les enfants vulnérables.

« Nous travaillons également avec le Ministère de l’égalité des sexes, du travail et du développement social à l’introduction de meilleures méthodes de travail social, afin d’assurer la protection des droits des enfants vivant et travaillant dans les rues. Cela se fait à plusieurs stades : l’identification, le retrait des rues et la réintégration dans la communauté et le foyer, » explique le responsable de l’UNICEF en Ouganda pour la protection de l’enfance, Cornelius Williams.

Abura est heureux dans sa nouvelle vie et il travaille dur à l’école. « Je veux travailler d’arrache-pied et devenir directeur de banque, car je suis bon en maths, » dit-il. Retouner à Kampala est la dernière chose à laquelle il pense. « Je ne souhaite à aucun de mes amis de souffrir comme j’ai souffert à Kampala, si bien que je leur dis de ne pas aller en ville, » dit-il.


 

 

Vidéo (en anglais)

27 octobre 2009 : le correspondant de l’UNICEF, Thomas Nybo, rend compte d’un projet soutenu par l’UNICEF visant à porter secours aux enfants des rues ougandais en butte à la violence et aux sévices.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche