Ouganda

Survivre à l’enlèvement dans le conflit civil de l’Ouganda

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Janet, 19 ans, a été enlevée par l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) il y a sept ans. Après avoir passé six ans en captivité, elle a réussi à s’évader et elle a été remise à sa famille.

Par Kun Li et Victor Chinyama

Lors de la consultation organisée à Johannesburg au sujet de l’Etude du  Secrétaire général sur la violence contre les enfants, qui commence le 19 juillet 2005, l’UNICEF et ses partenaires demanderont que l’on mette fin à toutes les formes de violence dont sont victimes les enfants du monde entier.

La consultation de trois jours examinera plusieurs questions, dont la violence sexiste, les châtiments corporels, le VIH/SIDA et les rapports entre cette épidémie et la violence contre les enfants. Il est admis que la violence contre les enfants est un phénomène qui survient dans toutes les sociétés. Mais en Afrique de l’est et australe, les enjeux sont particulièrement élevés car le VIH/SIDA et les conflits armés y rendent les enfants particulièrement vulnérables.

DISTRICT DE GULU, Ouganda, 19 Juillet – Janet se rappelle avec horreur ce qui lui est arrivé il y a sept ans. Elle marchait avec sa mère lorsqu’elles se sont retrouvées cernées par une milice armée de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), un groupe rebelle. Janet, 12 ans seulement à l’époque, a été enlevée.

« J’était terrifiée. J’ai bien essayé de m’enfuir mais ils étaient trop nombreux et il n’y avait pas moyen de s’échapper ».
« J’avais peur de me faire tuer. J’avais entendu dire qu’ils emmenaient de jeunes enfants au Soudan et qu’ils les échangeaient contre des fusils. Je pensais donc que c’est ce qui allait m’arriver », poursuit Janet.

Après six ans de captivité, au cours desquels elle a dû servir d’esclave sexuel à un des commandants de la LRA, Janet est devenue enceinte. C’est à ce moment-là qu’elle a entrevu la possibilité de s’échapper et elle a bondi sur l’occasion.

Après avoir été rendue à sa famille, Janet, maintenant accompagnée de sa propre fille, habitent ensemble à Pabbo Camp, district de Gulu, dans le nord de l’Ouganda. Le camp offre un abri aux gens qui ont dû fuir leurs habitations.

L’un des frères de Janet a lui aussi été enlevé mais il n’a pas survécu, lui, et est mort du choléra en captivité.

Dans le nord de l’Ouganda, les enlèvements d’enfants perpétrés par la LRA sont fréquents. Depuis 2002, près de 12 00 enfants ont été enlevés et obligés de se battre ou de devenir des esclaves sexuels.

Chaque soir, quelque 40 000 enfants, d’après les estimations, quittent leurs foyers des villages des campagnes car ils craignent les attaques de la LRA et de se faire enlever. Ils vont se réfugier dans les centres urbains. Ce phénomène, surnommé “migration de la nuit”, survient surtout dans les districts de Gulu, Kitgum et Pader.

Le conflit dans le nord de l’Ouganda se poursuit maintenant depuis 19 ans et près de 1,4 million de personnes ont dû fuir leurs foyers. Près de 80 % d’entre elles sont des femmes et des enfants.

Le cauchemar de Janet est finalement terminé. Grâce à une machine à coudre donnée par une assistante sociale, elle a pu trouver un emploi de tailleur, et peut maintenant subvenir aux besoins de sa famille et de sa famille.

Mais tant que le conflit continue, des filles comme Janet qui vivent dans les régions affectées risqueront de se faire enlever et de devenir des esclaves sexuels – ce qui nous rappelle que si la guerre est toujours commencée par des adultes, ce sont les enfants qui en souffrent le plus.

A propos de l’étude

La réunion de Johannesburg est l’une des trois consultations régionales organisées dans le monde avec l’appui de l’UNICEF, pour réunir des informations qui seront utilisées dans l’Etude du Secrétaire général sur la violence contre les enfants.

L’étude, commissionnée par l’Assemblée générale de l’ONU, cherche à réunir des informations qui permettront de comprendre, réduire et prévenir la violence contre les enfants. Des représentants de gouvernement, des membres d’organisations non gouvernementales et des spécialistes éminents de la question participent à toutes ces consultations. L’étude, et le rapport final, qui sera publié en 2006, font également une large place aux vues et expériences des jeunes.


 

 

Vidéo (en anglais)

19 juillet 2005 :
Kin, Li, correspondante de l’UNICEF à New York, examine les répercussions que le risque constant d’enlèvement a sur les enfants du nord de l’Ouganda.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Liens

Les enfants sont les premières victimes du conflit en Ouganda, qui dure depuis 19 ans

Les enfants soldats pris dans l’engrenage de la guerre

Recherche