Ouganda

Des enfants quittent leur foyer de peur d’être enlevés

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-0256/Furrer
Des familles viennent chercher un abri en ville avant la tombée de la nuit et la reprise des attaques

GULU, Ouganda, 27 mai 2004— Chaque soir au coucher du soleil, des familles se pressent sur la route qui mène à Gulu, dans le nord de l’Ouganda, tentant désespérément d’arriver en ville avant la tombée de la nuit. Elles font partie des dizaines de milliers de personnes qui quittent leur maison le soir pour échapper aux attaques des forces rebelles et éviter que leurs enfants ne soient enlevés par l’Armée de résistance du seigneur (LRA).

On estime à 12 000 le nombre d’enfants enlevés depuis 2002. Ces jeunes sont obligés de combattre pour la LRA, de travailler ou devenir des esclaves sexuels. 3 000 autres enfants ont été séparés de leur famille alors qu’ils fuyaient pour se mettre à l’abri.

Cette semaine, la Directrice générale de l’UNICEF Carol Bellamy a appelé l’attention sur la souffrance de ces enfants et des 1,6 million de personnes déplacées par une guerre civile de 18 ans.

« Le gouvernement de l’Ouganda a le devoir de protéger ces enfants, et le reste du monde ne doit pas rester inactif. À ce jour, les interventions de la communauté internationale ont été pour le moins inadéquates », a-t-elle déclaré. « Les gouvernements n’ont fourni que 20 % des 127 millions de dollars que l’ONU leur a demandé cette année pour envoyer une aide humanitaire dans cette région. »

Chaque nuit, la ville de Gulu sert de refuge à 14 000 enfants qui ne veulent pas tomber aux mains des rebelles. L’UNICEF fournit des tentes, des couvertures et des équipements d’assainissement, et travaille avec des organisations locales pour alléger leurs souffrances.

Mme Bellamy a aussi visité un centre qui accueille les enfants libérés ou qui ont réussi à s’échapper des camps de la LRA. Un grand nombre de filles ont donné naissance à des bébés conçus lors de rapports sexuels forcés avec les commandants de l’armée. L’UNICEF travaille en collaboration avec l’Organisation de soutien des enfants de Gulu (GUSCO) pour  leur offrir des vivres, des vêtements, des soins de santé, des conseils et une éducation de base.

Mme Bellamy a lancé un appel aux groupes armés pour que tous les enfants soient immédiatement libérés. Pendant sa visite à Gulu, elle a rencontré le commandant de la 4e Division des forces de défense du peuple ougandais, qui lui a confirmé que l’Ouganda avait mis fin au recrutement des jeunes de moins de 18 ans.

Dans le sud du pays, Mme Bellamy est allée à la rencontre du personnel de programmes communautaires en faveur de l’éducation et de la prévention du VIH/SIDA soutenus par l’UNICEF. Elle a loué les progrès faits en Ouganda pour parvenir à l’éducation primaire universelle et les mesures prises pour lutter contre la pandémie de SIDA.


 

 

Voir le vidéo reportage (en anglais)

"Night commuters of northern Uganda"

Bas débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Haut débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Recherche