Togo

Fournir au Togo un traitement antipaludéen gratuit aux femmes enceintes

Image de l'UNICEF
© UNICEF Togo/2007/Pudlowski
Akouvi, qui est enceinte et déjà mère de deux enfants, se rend pour sa première consultation prénatale au dispensaire du village de Goumou-Kopé, dans la région Maritime du Togo. Elle va également bénéficier d’un traitement préventif contre le paludisme.

Par Hadrien Bonnaud

À l’occasion de la Journée mondiale du paludisme, le 25 avril 2009, l’UNICEF et ses partenaires mettent en évidence les succès obtenus tout en appelant à redoubler d’effort pour éradiquer cette maladie mortelle. Voici une histoire qui illustre ce problème.

GOUMOU-KOPE, Togo, 21 octobre 2008 – Akouvi, une mère de deux enfants, vient de marcher 3 km pour se rendre dans un dispensaire de ce village proche d’Aného, dans la région Maritime du Togo. Enceinte de quatre mois, elle est venue dans ce dispensaire faire son premier bilan de santé. Elle a vécu une tragédie. 

« J’ai perdu mon premier enfant à la naissance. Il était mort-né », confie Akouvi, qui gagne sa vie en vendant des fruits et des légumes. « Cette fois-ci, je veux que mon enfant naisse en bonne santé. Il me faut donc être, moi aussi, en bonne santé et je dois éviter d’attraper le paludisme. »

Selon les estimations de l’UNICEF, un enfant meurt du paludisme toutes les 30 secondes, 80 pour cent de ces décès intervenant en Afrique. Au Togo, le paludisme a une issue mortelle pour 20 malades souffrant de cette maladie. La plupart des victimes sont des enfants de moins de cinq ans. Seulement quatre jeunes enfants sur dix dorment sous une moustiquaire traitée à l’insecticide et il n’y a que deux femmes enceintes sur vingt qui bénéficient d’un traitement préventif intermittent (TPI) afin de prévenir le paludisme.

Traitement gratuit, moustiquaires subventionnées
Le traitement TPI est simple et efficace. Les femmes enceintes reçoivent deux doses d’un médicament antipaludéen en respectant des intervalles fixés. La première dose est généralement donnée au quatrième mois de grossesse et la seconde un mois plus tard. Il y a trois comprimés dans chaque dose.

La prévention du paludisme chez les femmes enceintes protège en outre leur bébé contre des risques préoccupants entraînés par le paludisme et l’anémie liée à cette maladie – et cela accroît les chances du bébé d’avoir un poids normal à la naissance.

Avec l’appui de l’UNICEF, le dispensaire de Goumou-Kopé offre actuellement un traitement gratuit TPI aux femmes enceintes et fournit des moustiquaires traitées à l’insecticide qui sont subventionnées.

Au dispensaire, c’est une sage-femme du secteur, Akpegnidou, qui prodigue les soins. « Le paludisme est une bataille », dit-elle. « Nous avons les moyens de vaincre, mais il nous faut éduquer les mères. Un bon nombre de femmes accouchent encore chez elles … même si nous leur offrons des soins gratuits ! »

La santé maternelle et la santé infantile sont liées
Aujourd’hui, la salle d’attente du dispensaire de Goumou-Kopé est pleine. Une vingtaine de femmes enceintes attendent leur tour patiemment. Akouvi est la première à entrer dans la salle où se passe l’examen. Elle s’allonge sur la table et Akpegnidou ausculte son abdomen.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Togo/2008/Bonnaud
Un mois après avoir reçu trois comprimés antipaludéens, Akouvi va se rendre à nouveau dans le dispensaire afin de se voir administrer une nouvelle dose, améliorant ainsi les chances d’avoir un bébé d’un poids normal à la naissance.

« Tout va bien. On entend le cœur du bébé qui bat », apprend la sage-femme à Akouvi. « Et maintenant qu’elle en est à son quatrième mois, c’est le moment de lui prescrire le TPI », explique Akpegnidou à un visiteur, en remettant trois comprimés contre le paludisme à Akouvi, qui est heureuse de les avaler.

«nbsp;C’est un soulagementnbsp;», dit Akouvi. «nbsp;J’ai tellement peur qu’il arrive quelque chose à mon bébé. Je veux faire tout mon possible afin d’éviter de tomber malade. Pour être une mère, il faut d’abord prendre soin de soi. Lorsque vous pouvez le faire, alors vous pouvez prendre soin de vos enfants.nbsp;»

En partenariat avec le Gouvernement du Togo, l’UNICEF fait bénéficier de son appui plus de 245 dispensaires communautaires tels que celui de Goumou-Kopé. En 2009, l’initiative a pour objectif de fournir de l’IPT gratuitement à 65 pour cent des femmes enceintes et de protéger 60 pour cent des enfants de moins de cinq ans en mettant à leur disposition des moustiquaires.

Toutes ces actions permettent de se rapprocher des Objectifs du Millénaire pour le développement relatifs à la survie de l’enfant.


 

 

Recherche