En bref: République arabe syrienne

Des fournitures d’urgence parviennent dans un district de Syrie ravagé par le conflit et coupé pendant des mois de l’aide humanitaire

Image de l'UNICEF
© UNICEF Syria/2014/Al Kaae
Un garçon porte une trousse familiale d’hygiène qui vient juste d’être distribuée dans la localité d’Areha. Environ 13 000 familles vivaient dans la ville avant qu’elle ne soit touchée par le conflit. Selon le Croissant-Rouge arabe syrien, elle en compte aujourd’hui environ 5 000.

Par Michele Al Kaae

Michele Al Kaae faisait partie du convoi inter-institutions qui a acheminé des fournitures d’urgence dans une région de la République arabe syrienne que, depuis des mois,  l’aide humanitaire n’avait pas réussi à atteindre.

AREHA, Gouvernorat d’Idleb/Tartous, 10 février 2014 – Le calme est revenu à Areha, une localité située à environ quatorze kilomètres au sud de la ville d’Idleb mais les signes des combats acharnés qui subsistent sont toujours très visibles.

Des milliers d’enfants et de familles ont fui les hostilités et beaucoup sont partis pour Idleb. Déplacés de leurs foyers et de leurs communautés, ils sont allés de refuges en refuges, dans des écoles ou différents bâtiments publics, ou bien se sont entassés dans les appartements d’amis ou de membres de leurs familles.  

La semaine dernière, j’ai fait partie d’un convoi inter-institutions des Nations Unies qui a apporté des stocks de fournitures d’urgence nécessaires à la population dans le district d’Areha et, également, dans la localité voisine de Muhambel. Cela faisait des mois que l’aide humanitaire n’avait pas réussi à y parvenir. Même aujourd’hui, alors que les combats ont cessé dans ce secteur, le convoi de vingt-deux camions a dû prendre une route détournée afin d’éviter des zones dangereuses.  

Image de l'UNICEF
© UNICEF Syria/2014/Al Kaae
Dans le stock de fournitures livrées se trouvaient des couvertures, des vêtements d’hiver, des kits de première nécessité pour l’eau et du savon. Des véhicules des Nations Unies sont en train de dépasser le convoi de 22 camions qui les accompagnent et transportent les stocks d’approvisionnements destinés aux familles touchées par le conflit.

Personne ne sait combien de personnes ont été déplacées mais plus de la moitié de la population de la ville est sans doute partie. Alors que, avant le conflit, la population d’Areha s’élevait à environ 13 000 familles, nos collègues du Croissant-Rouge arabe syrien (SARC) estiment que la population actuelle est de l’ordre de 5 000 familles. Certaines d’entre elles n’ont jamais quitté la ville mais, à présent, d’autres y reviennent petit à petit, inspectant leurs habitations et, si elles le peuvent, y effectuant des réparations.   

À Areha, le niveau de destruction est particulièrement important le long de l’ancienne ligne de front où de nombreux édifices ont été totalement détruits. D’autres présentent des trous d’obus ou sont criblés d’impacts de balles. De nombreuses autres parties de la ville ont subi des dégâts.

La moitié des camions du convoi était remplis de fournitures de l’UNICEF suffisantes pour 2 800 familles. Elles étaient composées de couvertures, de vêtements d’hiver, de trousses d’hygiène pour les bébés et les familles, de kits de première nécessité pour l’eau et de savon. 

L’UNICEF, le PAM, le FNUAP, l’OCHA, le DSSNU, le HCR et l’OIM ont chacun participé à cette mission.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Syria/2014/Al Kaae
À Areha, des enfants observent le déchargement de fournitures d’urgence. À cause du conflit, la ville a été coupée de l’aide humanitaire pendant des mois.

Les camions ont déchargé leurs stocks dans un dépôt d’Areha. Le SARC, en tant que partenaire de l’organisation, s’occupera de leur distribution aux enfants et aux familles sinistrés. Même dans cette partie de la ville, où des immeubles sont toujours debout, beaucoup portent les traces de combats à l’arme légère.

Alors que le déchargement des fournitures se poursuivait, j’ai pu observer un certain nombre d’enfants qui portaient des cartables de l’UNICEF. Je me suis adressée à un garçon âgé de 9 à 10 ans qui m’a dit qu’il s’était enfui avec da famille à Idleb pour échapper aux combats se déroulant à Areha. La famille est restée avec des proches. Le garçon a dit qu’il avait pu continuer à aller à l’école pendant qu’il était déplacé à Idleb et qu’on lui avait donné ce cartable de l’UNICEF qui contenait des cahiers et des crayons.

Avec le retour à Areha d’un calme relatif, sa famille est  revenue chez elle. Il a dit que leur maison avait subi des dégâts pendant les combats mais qu’ils pouvaient y vivre tout en faisant des  réparations. Le garçon va de nouveau à l’école à Areha et sa routine revient progressivement à la normale.

Il a été stimulant de pouvoir faire partie d’une mission capable d’apporter une aide immédiate aux enfants et aux familles pris dans le conflit en cours. Ces personnes ont vraiment besoin d’un soutien. Certaines ont perdu leurs maisons et ont subi l’expérience du déplacement et de l’incertitude sans savoir si elles pourraient retourner dans leur communauté. D’autres ont perdu des amis et des membres de leur famille. Cela a été vraiment encourageant de voir de nombreux enfants allant à l’école.  

Ce convoi fait partie d’un dispositif d’ensemble destiné à faire parvenir les fournitures d’urgence indispensables à la population des zones d’accès difficile. Bien que le convoi ait réussi sa mission, de nombreux obstacles restent à surmonter pour acheminer ces fournitures de secours aux  personnes les plus vulnérables, beaucoup d’entre elles restant inaccessibles à cause du conflit en cours.       


 

 

Photographie : Crise en Syrie

Recherche