En bref: République arabe syrienne

Une campagne de vaccination contre la polio a pour objectif de toucher tous les enfants syriens

Par Razan Rashidi

DAMAS, Syrie, 19 décembre 2013 – La plus importante campagne de vaccination jamais organisée au Moyen-Orient a récemment été déployée, cela avec l’objectif de vacciner contre la polio plus de 23 millions d’enfants dans la région, y compris en République arabe syrienne où dix-sept cas de polio ont été confirmés à la fin du mois de novembre.

Image de l'UNICEF
© Ar-Raqqa Youth Volunteers organization/2013
Dans le cadre d’une campagne nationale de vaccination appuyée par l’UNICEF, un jeune garçon reçoit des gouttes de vaccin antipolio dans la localité de Raqqa au milieu de conditions météorologiques difficiles.

Pour prévenir une nouvelle propagation du virus, les parties concernées ont associé leurs efforts pour vacciner tous les enfants de moins de cinq ans, qu’ils vivent chez eux ou soient déplacés par le conflit en cours. À l’intérieur de la République arabe syrienne, il est prévu de toucher plus de deux millions d’enfants de moins de cinq ans. 

« Toucher tous les enfant qui se trouvent à l’intérieur de la Syrie, y compris ceux qui vivent dans les zones disputées et qui n’ont pu l’être lors d’une campagne précédente, est une priorité pour l’UNICEF et tous les autres partenaires du pays, » a dit Youssouf Abdel Jelil, le Représentant de l’UNICEF en Syrie.

« Comment pourrions-nous rester sans rien faire ? »

À Raqqa, un temps froid et orageux n’a pas empêché les jeunes bénévoles de la ville de vacciner tous les enfants qu’ils pouvaient.

« Ce sont nos enfants, ils nous représentent. Comment pourrions-nous simplement rester sans rien faire ? » a dit Abed Issa Al Muhammad, responsable de l’Organisation des jeunes de Raqqa. « Nous suivons de près les informations qui concernent la campagne dans toutes les parties de la Syrie parce que nous savons que nos efforts seront gâchés si un enfant ne reçoit pas sa dose. »

L’organisation comprend plus de trente jeunes qui lui consacrent leur temps et des efforts considérables dans des circonstances très difficiles.

« Certaines familles n’ont pas les moyens de parvenir jusqu’aux dispensaires qui sont toujours en service, » dit un des bénévoles. « Alors, nous venons auprès d’elles pour apporter un avenir meilleur à leurs enfants. » 

« Tous les parents que nous rencontrons étaient à la recherche du vaccin, » dit Abed Issa Al Muhammad. « Ils se rendent compte combien c’est essentiel et important pour l’avenir de leurs enfants. »

La campagne fait également participer les agents sanitaires locaux car ils ont la confiance de la population. Certaines familles font don de carburant aux organisations de jeunes pour leur permettre de parvenir aux villages et localités du gouvernorat de Raqqa.

Période critique

« Il s’agit d’une période vraiment critique pour l’UNICEF et tous ses partenaires mais les récits et les exemples en provenance de tout le pays prouvant  l’engagement des communautés d’habitants et la conscience qu’ils ont de la situation nous donnent de l’espoir, » a dit le Dr Iman Bahnasi, en charge de la santé à l’UNICEF et responsable de la gestion de la campagne antipolio.

Image de l'UNICEF
© SARC/2013
À Deir ez-Zor, un agent de santé de l’UNICEF administre un vaccin antipolio à un jeune garçon.

À Deir ez-Zor, un secteur où se déroulent d’importants combats depuis près de deux ans, la communauté locale joue un rôle important dans la vaccination des enfants. En coopération avec le Ministère de la santé, l’UNICEF épaule les ONG locales et les établissements médicaux afin de pouvoir vacciner chaque enfant de moins de cinq ans.

« Nous avons des informations qui nous disent que plus de 80 000 enfants ont été vaccinés dans le gouvernorat de Deir ez-Zor où se trouve le nombre le plus élevé de cas confirmés de polio, » a dit le Dr Bahnasi. « Il n’est pas facile de faire des vérifications et d’avoir et des informations précises sur le déroulement de la campagne mais nous travaillons en collaboration étroite avec le Ministère syrien de la santé afin de recevoir des chiffres plus précis. »

En Syrie, de nombreux enfants restent inaccessibles, spécialement ceux qui sont retenus dans les secteurs qui ont été bouclés ou vivent dans les zones de combat.

Le droit de tous les enfants

Au cours des mois prochains, l’UNICEF prévoit de distribuer 10 millions de doses de vaccins à la Syrie. La première cargaison de 2 millions de doses est arrivée à Damas à la fin du mois de novembre. Les vaccinations seront effectuées à des points fixes dans les secteurs à forte population ou en faisant du porte-à-porte, cela en fonction des conditions de sécurité et d’accès. Les opérations sont menées par les autorités sanitaires nationales et locales avec l’appui de l’UNICEF, de l’OMS, du Croissant-Rouge arabe syrien et de différents partenaires.  

« Tous les enfants syriens doivent être vaccinés, quel que soit l’endroit où ils se trouvent, » a dit Youssouf Abdel Jelil. « Tous les enfants ont droit à une telle protection et l’apport de soins de santé doit rester neutre, quel que soit le contexte. »

 


 

 

Photographie : Crise en Syrie

 

Recherche