En bref: République arabe syrienne

En Syrie, la Directrice régionale observe l'accomplissement de progrès en direction des objectifs de développement dans l'équité

Image de l'UNICEF
© UNICEF Syrie/2011/Rashidi
Lors de son voyage en Syrie, la Directrice régionale de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord Shahida Azfar effectue une visite dans une classe à l'école amie des enfants Iben Katheer.

Par Razan Rashidi

DAMAS, République arabe syrienne, 1er février 2011 – La Syrie est en train d'effectuer de remarquables progrès vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d'ici leur date d'échéance en 2015, selon la Directrice régionale de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Shahida Azfar qui a récemment effectué une visite à Damas et dans ses environs.

Shahida Azfar a cependant remarqué qu’il fallait mieux concentrer les efforts sur les plus vulnérables, par le biais du développement des partenariats, pour assurer un progrès équitable pour tous les enfants de Syrie.

Entre 1990 et 2008, la mortalité infantile et les décès chez les enfants de moins de cinq ans ont considérablement diminué dans le pays mais la malnutrition y reste un important défi. L'Enquête en grappes à indicateurs multiples 2006 pour la Syrie montre, par exemple, qu'environ un quart des enfants de moins de cinq ans souffrent de retard de croissance provoqué par une mauvaise nutrition.

Ce défi est en train d'être relevé grâce à la participation active des organisations locales. Pendant qu'elle se trouvait à Damas, Shahida Azfar a effectué une visite au Centre de soins primaires Al Husainya où elle a rencontré une équipe de bénévoles iraquiennes qui ont travaillé aux côtés de responsables de la santé pour mieux sensibiliser le public aux prestations offertes. De ce fait, l'utilisation des services du centre pour l'amélioration de la santé des enfants a fait un bond de 300 pour cent.

Écoles amies des enfants

Dans le domaine de l'éducation, les taux de scolarisation de la Syrie sont élevés, atteignant 95 pour cent dans les écoles primaires. Néanmoins, le taux d'abandon scolaire à la fin de la cinquième année, qui se situe à 5 pour cent au niveau national, nécessite la recherche de solutions.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Syrie/2011/Rashidi
Une fillette en train de peindre dans un espace ami des enfants géré par le Croissant-Rouge arabe syrien et appuyé par l'UNICEF dans un centre d'immatriculation pour réfugiés de l'ONU à Douma, près de Damas.

Une méthode consiste à développer les écoles « amies des enfants ». Dans le cadre du modèle des écoles amies des enfants, les écoles fonctionnent dans l’intérêt supérieur de l’enfant – grâce à des environnements éducatifs sûrs, sains et protecteurs et grâce à des enseignants qualifiés, des moyens adaptés et des conditions matérielles, émotionnelles et sociales appropriées à l'acquisition des connaissances.

« Le modèle des écoles amies des enfants dans tout le pays ne créé pas seulement un environnement scolaire plus agréable où les enfants souhaitent se trouver. Il assure vraiment une meilleure acquisition des connaissances et, plus tard, un capital humain plus solide pour le pays », a expliqué Shahida Azfar lors d'une visite à l'école amie des enfants Ibin Katheer.

Centres de soutien

Un espace ami des enfants dans le centre d'immatriculation de l'agence pour les réfugiés de l'ONU de Douma, près de Damas, est l'un de ces sept espaces gérés par le Croissant-Rouge arabe syrien et appuyés par l'UNICEF. Il offre un environnement protecteur pour les filles et les garçons iraquiens réfugiés ainsi que pour les membres de leurs familles, en mettant à disposition des prestations pour la santé mentale et une aide psychosociale.

« Pendant que les parents effectuent les procédures administratives avec le HCR, nous accueillons les enfants et travaillons avec eux en collaboration étroite, » raconte une bénévole qui travaille au centre. « C'est très gratifiant de les voir rire ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Syrie/2011/Rashidi
Au dispensaire Al Husainya, en Syrie, la Directrice régionale de l'UNICEF pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord Shahida Azfar s'entretient avec un médecin et sa jeune patiente.

Depuis 2007, plus de 20 000 enfants iraquiens réfugiés en Syrie ont bénéficié des services d'espaces amis des enfants similaires.

Collaboration avec les partenaires

Au cours de sa visite à Al Husainya, un camp indépendant de réfugiés situé à 14 kilomètres au sud-est de Damas, Mme Azfar a rencontré des jeunes Palestiniens et Iraquiens dans un espace ami des adolescents. 

« Ce programme m'a beaucoup apporté et j'espère que les adolescents qui retournent en Iraq ont accès à ce genre d'opportunités, » dit Lamia, une fille du camp.
Ici et sur les autres sites qu'elle a visités en Syrie, Mme Azfar a pu observer un éventail de partenaires – dont des organismes de l'ONU, les ministères du gouvernement, le Croissant-Rouge arabe syrien, le Comité syrien pour les affaires familiales, des ONG et des associations locales – collaborant avec l'UNICEF pour mettre en œuvre toute une gamme de programmes axés sur la réalisation des OMD dans l'équité.   

 


 

 

Écoles « amies des enfants »

Apprendre plus sur Ecoles amies des enfants et une éducation de qualité (site web en anglais)

Recherche