Swaziland

Au Swaziland, c’est la vieille génération qui s’occupe des enfants dont les parents sont morts du SIDA

Image de l'UNICEF: Swaziland: les grands-mères et le SIDA
© UNICEF video
Dans le district de Buseleni, une région rurale du Swaziland, Evelyn Simelani, 64 ans, prend soin de deux des sept enfants de sa fille depuis que leur mère est malade du SIDA.

Par David McKenzie

BUSELENI, Swaziland, 10 novembre 2006 – À 64 ans, Evelyn Sikholiwe Simelani devrait être en train de profiter d’une vie tranquille. Elle espérait que sa fille l’aiderait à passer une retraite confortable, en lui prodiguant une aide financière et un appui affectif. Mais voilà, sa fille, malade, ne peut quitter son lit. Et Simelani doit s’occuper de deux des sept enfants de sa fille.

Au Swaziland, comme dans le reste de l’Afrique australe, le SIDA écrase les grands-mères de son fardeau.

« A mon âge, je dois élever des enfants, et c’est pénible, affirme Mme Simelani dans sa petite maison du District de Buseleni, une région rurale. « J’essaie de les élever le mieux possible ».

Souvent cela ne suffit pas. Mme Simelani gagne un peu d’argent en travaillant dans le jardin d’une ferme dont le propriétaire est le chef du village. Mais elle arrive difficilement à gagner de quoi se payer un repas par jour. 

« Elles n’ont ni l’énergie ni les ressources financières nécessaires pour se débrouiller, constate le Conseiller régional de l’UNICEF pour les orphelins et enfants vulnérables Stanley Phiri. Le SIDA a balayé le système d’assurance sociale qui offrait jadis aux grands-parents une certaine forme de sécurité ».

Un nombre grandissant d’orphelins

Au Swaziland, les statistiques sont stupéfiantes. Le pays compte le pourcentage de personnes séropositives au VIH le plus élevé du monde. Près de 39 % des habitants de 15 à 49 ans vivent avec le VIH ; en cinq ans seulement, le SIDA a fait plonger l’espérance de vie, de 58 ans à 39 ans environ.

Image de l'UNICEF: Swaziland: les grands-mères et le SIDA
© UNICEF video
Des centres d’entraide de quartier, soutenus par l’UNICEF, jouent le rôle de famille élargie. On y aide les orphelins et enfants vulnérables de tous les âges.

Dans un pays d’à peine un million d’habitants, une personne sur cinq est infectée par le virus. Plus de 60 000 enfants ont perdu leurs parents à cause du SIDA et, selon UNAIDS, ce nombre continuera à grandir.

Maintenant, la vieille génération doit s’occuper des enfants de ses enfants. Oncles et tantes, cousins et amis de la famille ont bien essayé de prendre ces enfants en charge mais maintenant c’est souvent sur les grands-mères – qu’on appelle affectueusement Gogos, ici -- que le fardeau retombe.

Des centres d’entraide dans les quartiers

Heureusement, des renforts arrivent pour Mme Simelani et de nombreuses grands-mères dans sa situation, avec la construction de centre d’entraide de quartier. Celimphilo, son petit fils de 3 ans, va dans un de ces centres depuis un petit plus d’un an.

Le bâtiment de briques rouges, à quelques kilomètres de leur maison, est un centre d’entraide pour les enfants orphelins et vulnérables. Des enfants de tous âges reçoivent là une éducation de base et deux repas par jour, et ils peuvent jouer et apprendre en toute sécurité.

Ces dernières années, l’UNICEF a rapidement augmenté le nombre de ces centres et le concept de centres qui jouent le rôle d’une famille élargie a été repris par le gouvernement et les habitants eux-mêmes. Compte tenu du nombre d’orphelins qui vivent dans ce petit pays, il faudra que ce projet réussisse pour que le futur du Swaziland.

Avec la contribution de Sabine Dolan à New York.


 

 

Vidéo (en anglais)

9 novembre 2006:
le Swaziland, pays où la prévalence du VIH est la plus forte du monde, compte de nombreuse grands-mères qui doivent supporter le fardeau du SIDA. Voici l’histoire de l’une d’entre elles.
 VIDEO haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

9 novembre 2006:
Le Conseiller régional de l’UNICEF pour les questions d'orphelins et enfants vulnérables évoque les effets de la crise du SIDA au Swaziland.
AUDIO écoutez

Campagne contre le SIDA

  Ce site est uniquement disponible en anglais.
Recherche