Soudan

Podcast #42 : Alors que le Sud-Soudan se prépare à devenir une nation, l'éducation a un rôle critique à jouer

« Au-delà des livres d'école » – une série « podcast » sur l’éducation dans les situations d’urgence

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2007-0862/Cranston
Des enfants participent à une classe de l’école de base du Centre Muniki à Muniki Payam, un sous-district de Juba, capitale du Sud-Soudan.

Par Rudina Vojvoda

NEW YORK, États-Unis, 6 juillet 2011 – A la fin de cette semaine, le 9 juillet, le Sud-Soudan deviendra une nation indépendante. Les citoyens du dernier-né des pays du monde, les habitants du Sud-Soudan, affrontent des obstacles considérables et des dangers immédiats.

 AUDIO : écouter

Ils ont également l’occasion unique de bâtir un pays sans guerre, respectueux des droits de l’homme et prospère. L’éducation jouera un rôle capital dans la stabilité future et le développement économique du Sud-Soudan.

Pour débattre des difficultés à surmonter pour fournir une éducation de qualité dans le nouveau pays, l’animatrice de radio « podcast » de l’UNICEF Amy Costello a récemment parlé avec Yasmin Haque, Directrice du Programme de l’UNICEF dans la zone du sud du Soudan et Carol Francis-Rinehart, Directrice exécutive et Présidente du Projet "Educate Sudan", une organisation communautaire qui travaille avec les dirigeants de la communauté et des anciens pour développer l’éducation dans la région.

Une éducation interrompue

Au cours de la discussion « podcast », elles ont fait valoir que plus de 100 000 civils soudanais avaient été déplacés au cours des récents accrochages dans le district frontalier d’Abyei, une région disputée. La moitié environ sont des enfants qui sont exposés à la faim, aux violences et aux maladies. Ils sont souvent séparés de leurs parents et non scolarisés à cause du conflit.

D’après Yasmin Haque, les organismes humanitaires ont réussi à apporter leur aide en dépit des combats.

« Heureusement, la violence n’as pas trop affecté les secours, parce que l’essentiel de la population a quitté la zone vraiment touchée par la violence à Abyei », souligne-t-elle.

Des filles non scolarisées

Le Sud-Soudan ses trouve en bas du classement des pays en développement en ce qui concerne la scolarisation dans le primaire : environ 1,3 million d’enfants en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisés.

Pour les filles, la situation est encore pire. Huit pour cent seulement environ des femmes du Sud-Soudan savent lire, ce qui fait que le taux d’alphabétisation des femmes dans le pays est l’un des plus bas du monde.  En dépit de ces chiffres, des progrès remarquables ont été accomplis ces cinq dernières années. Il y a davantage d’écoles qui ont été reconstruites, d’enseignants qui ont été formés et le nombre de filles inscrites à l’école et qui la fréquentent a augmenté. 

Une scolarisation qui progresse

Evoquant son expérience dans les zones rurales du Sud-Soudan, Carol Francis-Rinehart a affirmé qu’il avait fallu environ trois ans au projet "Educate Sudan" pour forger des partenariats avec les communautés rurales. Mais les résultats sont évidents.

« Quand on a commencé, il n’y avait quasiment pas de filles dans les classes, peut-être deux ou trois, dit-elle. Mais maintenant, dans une classe de 60 élèves, on en compte 27, quelquefois la moitié ».

Yasmin Haque confirme que la scolarisation a considérablement progressé ces cinq dernières années et elle fait preuve d’optimisme en ce qui concerne le travail à faire avec les institutions officielles du Sud-Soudan.

« Les associations entre enseignants et parents sont de plus en plus fortes, dit-elle, nous devons vraiment en faire prendre conscience à la communauté ».


 

 

Audio (en anglais)

24 juin 2011 : Yasmin Haque de l'UNICEF et Carol Francis-Rinehart du projet "Educate Sudan" (Éduquer le Soudan) s'entretiennent avec l'animatrice de Radio UNICEF, Amy Costello, sur les défis qui attendent les enfants du nouvel État indépendant du Sud-Soudan.
AUDIO écouter

Recherche