Soudan

L’histoire d’Alfred : un journaliste en herbe enquête sur les mariages précoces au Sud-Soudan

Image de l'UNICEF
© UNICEF-NYHQ/2009/Kavanagh
Alfred Malish, 14 ans, lors de l’atelier radio sponsorisé par Radio UNICEF, Radio Sud-Soudan et le Programme de l’UNICEF « L’éducation dans les situations de crise et de transition d’après crise ».

A l'approche du vingtième anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant, un accord international important sur les droits fondamentaux de tous les enfants, l'UNICEF présente une série de reportages sur les progrès accomplis et les défis qui subsistent. Voici l'un de ces reportages.

JUBA, Sud-Soudan, 24 juillet 2009 – En grandissant, Alfred Malish, 14 ans, a remarqué un phénomène inquiétant dans son entourage : ses condisciples féminines quittaient l’école très tôt pour se marier.

AUDIO : écouter

Les mariages précoces sont encore fréquents au Soudan, surtout pour les filles,  qu’on marie parfois dès l’âge de 12 ans. Se marier si jeune peut constituer un obstacle à l’éducation. Cela peut aussi entraîner des complications si la fille tombe enceinte avant que son corps ne soit suffisamment développé.

« On ne t’aimera pas. »

Alfred s’est rendu compte du problème lorsque son amie Stella est tombée enceinte à 15 ans.

« Je voulais continuer l’école, mais je suis enceinte, alors je ne peux pas », a-t-elle expliqué à Alfred lorsqu’il l’a interviewée le mois dernier pour un reportage radio sur le problème du mariage des enfants au Sud-Soudan.

À titre d’avertissement aux autres filles qui se trouvent dans la même situation, Stella a rappelé qu’elle avait été rejetée par ses amis et sa communauté.
« On ne t’aimera pas, tu n’auras pas d’amie et tu te retrouveras toute seule », dit-elle. Et elle ajoute : « Mes sœurs, je veux vous dire ceci. Ne vous précipitez pas dans le mariage. N’essayez pas de vous marier très jeune. C’est très difficile de donner naissance. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF-NYHQ/2009/Kavanagh
Alfred Malish, maintenant en première secondaire au lycée Juba Day, a produit un reportage radio sur les mariages précoces au Sud-Soudan et sur les obstacles que cela crée pour les filles qui veulent recevoir une éducation.

Education pour un avenir meilleur

La mère d’Alfred pense que les enfants doivent tirer des leçons des erreurs de leurs parents.

« Mon message [aux filles], c’est qu’elles doivent lire, elles doivent étudier », confie-t-elle à Alfred au cours de son reportage. Parce que nous, les mères, nous n’avons pas étudié ni atteint un niveau suffisant d’éducation. »

L'article 28 de la Convention de l'ONU relative aux droits de l'enfant (CDE) stipule que les enfants disposent du droit à un enseignement de qualité et devraient être encouragés à poursuivre leurs études jusqu'au niveau d'enseignement le plus élevé qu'ils puissent atteindre.

C’est un sentiment que partage la Directrice générale du département Parité des sexes et bien-être de l’enfant au ministère de la Parité des sexes, du Bien-être social et des Affaires religieuses du gouvernement du Sud-Soudan, Regina Ossa Lullo.

« Les filles doivent recevoir une éducation, dit-elle à Alfred. Si elles le font, nous aurons un meilleur Sud-Soudan et un avenir meilleur pour nos enfants. »

La loi sur l’enfance qui a été récemment adoptée au Sud-Soudan stipule que les enfants ont le droit d’être protégés contre les mariages forcés.

« Les mariages précoces sont imposés, en général, mais c’est illégal d’y obliger une fille, fait remarquer Mme Ossa Lullo. Tout enfant qu’on oblige à se marier peut se plaindre à la police. »

Atelier radio de Juba

En juin, Alfred a participé à un atelier de production radiophonique d’une semaine destiné à une dizaine de jeunes de Juba. Radio UNICEF, en partenariat avec le programme de l'UNICEF « Back on Track » sur l'enseignement dans les situations d'urgence et de transition d'après-crise, animait l'atelier avec cinq garçons et cinq filles choisis dans les écoles locales.

 Les jeunes ont appris à enregistrer, monter, écrire et réaliser un segment radiophonique de leur choix.

Le reportage d’Alfred sur les mariages précoces a été diffusé le 16 juin sur Radio Sud-Soudan pour commémorer la Journée de l’enfant africain.

Le point de vue des jeunes

Radio UNICEF et le programme « Back on Track » animeront une série d'ateliers semblables dans d'autres pays au cours des prochains mois. Leur but : faire entendre le point de vue des jeunes dans le débat sur l’éducation dans les situations d'urgence et d'après-crise ainsi que célébrer le vingtième anniversaire de la CDE.

 Parallèlement, le bureau de l'UNICEF au Sud-Soudan collabore avec Radio Sud-Soudan pour faire participer les journalistes en herbe à ses programmes et leur donner une plus grande visibilité en leur offrant la possibilité de se faire entendre partout dans la région.



 

 

Audio (en anglais)

Juin 2009:
Alfred Malish, 14 ans, enquête sur le problème des mariages précoces au Sud-Soudan.
AUDIO écouter

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

La voix des jeunes

Recherche