Soudan

Emmanuel Jal : un enfant soldat devenu grande vedette du hip hop

Image de l'UNICEF
© UNICEF/2008/Marin
Le nouvel album d’Emmanuel Jal s’appelle War Child (Enfant de guerre)

Par Ticiana Maloney et Elizabeth Njinga

NEW YORK, États-Unis, août 2008 –Emmanuel Jal, la vedette du hip hop acclamée partout, était enfant soldat au Soudan il y a plus de dix ans. Il a survécu pour raconter son histoire et il est devenu, à présent, un musicien international qui a un message à transmettre.

« Il y a un toujours un thème à chacun de mes albums », déclare-t-il. « War Child » parle de mon histoire, de mon expérience, de ce que j’ai vu de la guerre et de ce que je veux changer. Je veux faire avancer les choses ».

Emmanuel avait sept ans lorsqu’il a été enrôlé par l’Armée de libération du peuple du Soudan. Il a été l’un des milliers d’enfants forcés par les groupes armés à rejoindre leurs rangs. Beaucoup de ces enfants n’ont pas survécu.

Mais Emmanuel a eu de la chance. Alors qu’il était âgé de 13 ans, il a rencontré un travailleur humanitaire qui l’a fait sortir du Soudan et passer au Kenya. Dans ce pays, on l’a scolarisé et il a trouvé sa voie vers une vie nouvelle.

« J’ai reçu une éducation », confie-t-il. « Il se trouve qu’on m’a aidé. »

Avocat de la paix et de la réconciliation

Pour Emmanuel, l’éducation l’a incité à développer sa personnalité et non pas à troquer sa personnalité contre une nouvelle.

Image de l'UNICEF
© 2008/Cary Hammond
Dans son plus récent album, «War Child», Emmanuel Jal utilise le hip hop pour répandre un message de paix et de réconciliation.

Emmanuel a une compréhension profonde des causes ayant conduit à ce qu’il devienne enfant soldat et il est déterminé à utiliser ses capacités et son talent pour faire partager au monde ses expériences. Il se sert du hip hop pour diffuser un message fort de paix et de réconciliation.

« J’ai survécu pour raconter une histoire », explique-t-il. « Je raconte mon histoire par la musique. Je veux inspirer les gens. »

Acclamé dans le monde entier

Le message de paix d’Emmanuel a été diffusé partout, par des chaînes allant de CNN à MTV. Récemment, un documentaire sur Emmanuel appelé War Child a obtenu le prix Cadillac Audience  au Festival du film Tribeca de New York. Son autobiographie va être publiée en 2009 par St. Martin’s Press.

Aujourd’hui, Emmanuel Jal divise son temps entre Londres et Nairobi. Mais il n’a pas oublié son Soudan natal.

Alors qu’il était encore au Kenya, il a fondé une organisation sans but lucratif, Gua Africa, qui a pour objet l’éducation des enfants affectés par la guerre et par la pauvreté en Afrique subsaharienne. Son voeu le plus cher est de construire une école à Leer, au Sud Soudan, d’où il est issu, et qui a le plus grand nombre d’enfants soldats de la région.

Le mot « Gua » signifie paix en nuer, une langue soudanaise.

Kyria Abrahams a contribué à cette histoire depuis New York.


 

 

Audio (en anglais)

13 août 2008:
Le chanteur Emmanuel Jal parle de son enfance en tant qu'enfant soldat au Soudan, ainsi que du pouvoir du hip hop.
AUDIO écouter

Recherche