Soudan

La crise humanitaire au Darfour : pas de solution en vue

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-0534/Noorani
Des femmes tirent l’eau d’un puits à Kabkabia, dans l’Etat du Nord-Darfour.

Par Sabine Dolan

NEW YORK, USA, 22 janvier 2007 – La violence dans la région du Darfour, à l’ouest du Soudan, se poursuit.  Des villages du nord de cette région auraient subi ce week-end d’intenses bombardements. Par ailleurs, une déclaration commune faite le 17 janvier par un groupe d’institutions humanitaires des Nations Unies, dont l’UNICEF, a replacé la crise humanitaire dans cette région sous les feux des projecteurs.

La Directrice adjointe de l’UNICEF pour les situations d’urgence Pierrette Vu Thi vient juste de rentrer du nord du Darfour, où elle a pu observé de ses propres yeux la détérioration de la situation pour les femmes et les enfants.

Au cours de son voyage de quatre jours la semaine dernière, Mme Vu a visité, entre autres, le Camp Al Salam pour les personnes déplacées par la violence. Le camp se trouve près d’El Fasher, la capitale de l’Etat du Nord-Darfour

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-0534/Noorani
Le Dr Adam Musa examine un bambin sous-alimenté dans un centre de nutrition d’El Fasher, la capitale de l’Etat du Nord-Darfour. Le centre, géré par le gouvernement, est soutenu par l’UNICEF.

Le Camp Al Salam est bien au-delà de ses capacités : il abrite maintenant 45 000 personnes, dont 20 000 sont arrivées au cours des six derniers mois. Au cours de sa visite, Mme Vu Thi a parlé avec des habitants du camp, qui viennent souvent des régions rurales avoisinantes, des problèmes auxquels ils se heurtent et de leurs besoins.

La violence entrave les secours

« Ce dont ils ont le plus besoin, m’ont-ils dit, c’est de protection et de sécurité, a-t-elle affirmé, et ils tiennent à rentrer chez eux, ce qui est impossible dans la situation actuelle. Ils ont également déploré l’effritement des normes sociales traditionnelles dans les camps et le manque de moyens de subsistance pour eux-mêmes ».

Mme  Vu Thi a aussi rencontré des associations de femmes. « Leur préoccupation essentielle, a-t-elle dit, c’est la violence et elles veulent être protégées, en particulier lorsqu’elles s’aventurent en dehors des camps pour aller chercher du bois. Elle sont souvent attaquées et il y a eu de nombreux viols », a-t-elle dit.

Les viols, pillages, meurtres quotidiens continuent de terroriser la population locale. La crise, qui en est à sa quatrième année, a fait plus de 200 000 morts et chassé plus de 2 millions de personnes de leurs foyers.

Le Darfour est maintenant la région qui est le siège de la plus vaste opération d’assistance humanitaire du monde mais la violence et l’insécurité entravent considérablement l’acheminement des secours. La déclaration conjointe de l’ONU sur le Darfour souligne que l’accès aux populations en difficulté n’a jamais été aussi difficile depuis avril 2004.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-0534/Noorani
Osman Idris Abu Bakar, 9 ans, fait ses devoirs avec son frère à dans leur logement du camp Abu Shouk pour les personnes déplacées près d’El Fasher, dans le nord du Darfour.

« Un sentiment d’espoir »

Après sa visite au Camp Al Salam, Mme Vu Thi a visité le village de Sag el Naam. Situé à 45 km à l’est d’El Fasher, la communauté vit sous le contrôle d’un groupe de rebelles qui a signé l’accord de paix du Darfour. L’UNICEF a pu avoir accès au camp il y a six mois.

« L’UNICEF travaille directement avec les dirigeants de la communauté pour dispenser une aide humanitaire aux populations vulnérables du village dans les secteurs de la santé, de l’approvisionnement en eau et de l’éducation de base », a dit Mme Vu Thi, en ajoutant que les programmes d’aide dans ce village avaient été couronnés de succès.

« Travailler avec cette communauté, a-t-elle poursuivi, cela donne un sentiment d’espoir, on se met à espérer que les gens du Darfour seront capables de surmonter l’épreuve et de prendre leur destinée en main quand le conflit actuel se terminera, et quand les personnes déplacées pourront rentrer chez elles ».


 

 

Vidéo (en anglais)

22 janvier 2007:
A Saboun El Fagour, au sud du Darfour, la dirigeante de l’Association locale des femmes évoque ses inquiétudes. Un reportage de la correspondante de l’UNICEF Sabine Dolan.
 VIDEO  haut | bas

Audio (en anglais)

22 janvier 2007:
La Directrice adjointe de l’UNICEF pour les situations d’urgence Pierrette Vu Thi parle de la crise humanitaire au nord du Darfour, une région qu’elle a récemment visitée.
AUDIO Ecouter

Recherche