Soudan

Le Représentant de l'UNICEF estime qu’il y a de nouvelles possibilités au Sud-Soudan et que le Darfour doit être aidé d’urgence

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-0942/Shehzad Noorani
Un garçonnet se lave le visage dans le camp pour déplacés de Krindig, près d'El Geneina, la capitale du Darfour occidental. L'UNICEF soutient la réparation et l'installation de pompes manuelles ainsi que les autres besoins en eau ou en équipements sanitaires dans le camp.

Par Sabine Dolan

NEW YORK, ETATS-UNIS, 16 mars 2006 – Le Représentant de l'UNICEF au Soudan, Ted Chaiban, s’est rendu aujourd’hui à Washington, D.C., pour s’entretenir avec des responsables du Gouvernement américain sur la situation critique qui règne au Darfour et au Sud-Soudan. Son but était double : susciter une plus grande sensibilisation au problème et convaincre de l’urgence des besoins en argent frais pour aider des millions de personnes – des enfants et des femmes pour la plupart – touchées par le conflit dans la totalité du Soudan. A la suite de ces entretiens, le Représentant de l’UNICEF devait gagner Londres et Berlin pour plaider la cause de cette région d’Afrique.

«En ce moment même, nous sommes confrontés, dans le cas du Darfour, à  de très grandes difficultés de financement et il est nécessaire de s'y attaquer immédiatement, explique Ted Chaiban. Mais nous avons aussi besoin de ressources pour aider l'ensemble du Soudan à se placer sur la voie du redressement et du développement.»

Vingt ans de conflit

Une des plus graves crises humanitaires du monde se poursuit dans la région du Darfour, au Soudan. On estime que 3,5 millions de personnes, soit à peu près la moitié de la population de la région avant le début du conflit, ont été touchées par la crise. On y compte environ 1,8 million de déplacés.

Bien que la violente guerre civile qui ravageait le Sud-Soudan se soit apaisée, la région continue d'avoir un des plus mauvais palmarès du monde dans le domaine des droits de l'enfant. Au Sud-Soudan, un enfant sur quatre mourra avant l'âge de cinq ans. Le taux de mortalité des mères du Sud-Soudan, de 1 700 pour 100 000 naissances vivante, est comparable à celui de l'Afghanistan. Dans la région, seulement une fillette sur 100 achève ses études primaires.

« Il y a donc des besoins énormes créés par plus de vingt années de conflit et de sous-développement », a noté le Représentant special.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/ HQ04-0947/Shehzad Noorani
Un enseignant d'El Geneina dans une classe pour élèves de troisième année, dans une école primaire parrainée par l'UNICEF au camp pour déplacés de Krindig, au Darfour occidental.

Une occasion sans précédent

En janvier 2005, un accord de paix global entre le nord et le sud du Soudan a officiellement mis un terme à 20 ans de conflit, une des plus longues guerres civiles d'Afrique. «Avec le maintien de la paix, le climat social et politique s’améliorer, ce qui permet d’aider cette région en crise, a-t-il ajouté.

«Ce qui est passionnant en ce moment au Soudan, poursuit-il, c’est que nous avons pour la première fois l’occasion d’améliorer durablement la vie des enfants ».

« Grâce au processus de paix entre le nord et le sud, nous pouvons pour la première fois tenter de vacciner chaque enfant contre la rougeole; de scolariser chaque enfant qui n'a jamais été à l'école avant; de tripler le nombre de points d'eau qui existent dans le Sud-Soudan et les zones reculées du Soudan; et enfin de démarrer une grande campagne sur le virus VIH et la protection des enfants en les présentant comme des questions qui  doivent être réglés par la société d'une façon systématique.»

Le financement pour le Darfour à bout de souffle

Par ailleurs, selon Ted Chaiban, un règlement politique de la crise du Darfour ne sera pas conclu avant plusieurs mois. L'UNICEF, divers organismes de l'ONU et des partenaires locaux continuent par conséquent de dispenser une aide humanitaire aux enfants et aux familles sans défense en intervenant dans quatre domaines essentiels : l'eau et l'assainissement, la santé et la nutrition; l'enseignement; la protection de l'enfance. L'UNICEF apporte aussi son concours avec des opérations d'aide d'urgence et de protection pour les personnes déplacées par la violence.

Selon Ted Chaiban, 2 millions d'enfants au Darfour comptent sur les efforts que l'UNICEF déploie pour les protéger de la maladie et du conflit et pour leur donner la chance d'être scolarisés. Mais, alors qu'il se prépare à une tournée dans les capitales occidentales, il lance aussi une mise en garde : « Nos capacités d’intervention en faveur des enfants du Darfour sont compromises par une pénurie de financement.»

Tim Ledwith a participé à ce reportage.


 

 

Vidéo (en anglais)

15 mars 2006 :
Le Représentant de l'UNICEF au Soudan, Ted Chaiban, parle de la situation au Darfour et au Sud-Soudan.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes:
Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche