Soudan

Augmentation vertigineuse du taux de mortalité chez les enfants du Darfour

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ04-0271/Nesbitt
Une femme berce un bébé malnutri à l'hôpital de Koutoum, dans le nord du Darfour.

New York, le 13 septembre 2004 - Le taux de mortalité parmi les populations forcées de fuir leur foyer dans la région du Darfour est jusqu'à dix fois plus élevé que dans le reste de la population soudanaise. Des milliers d'enfants meurent chaque mois de maladies pourtant évitables et faciles à soigner. Telles sont les sombres conclusions d'une étude que l'Organisation mondiale de la Santé et le Ministère soudanais de la santé viennent de mener dans le nord et l'ouest  de la province.

Les épisodes diarrhéiques sont à l'origine de 75 pour cent des décès chez les moins de cinq ans. La fièvre, les maladies respiratoires et les blessures infligées au cours des violentes attaques menées contre les villageois comptent parmi les autres grandes causes de décès.

Dans ces régions, le taux de mortalité dépasse de loin le chiffre sur lequel les agences humanitaires se basent pour définir une crise humanitaire, à savoir un décès par jour pour dix mille habitants. Dans le nord du Darfour, le taux est de 1,4 décès par jour pour dix mille habitants et dans l'ouest, il est de 2,9.

Les enfants succombent à un ensemble de menaces qui combinées, deviennent mortelles : surpopulation extrême dans les camps pour personnes déplacées, manque d'eau salubre, latrines inadéquates et conditions sanitaires scandaleuses, la terre rendue boueuse par les pluies se mêlant aux excréments humains. De nombreuses familles n'ont d'autre abri que de petites huttes recouvertes d'une bâche goudronnée qui ne résistent ni au vent ni aux pluies diluviennes qui tombent en cette saison.

L'UNICEF et les agences humanitaires avec qui il travaille en partenariat redoublent d'efforts pour améliorer l'eau, l'assainissement et les services sanitaires. Quelque 700 000 personnes déplacées ont à présent accès à de l'eau potable, 30 000 latrines ont été construites et 127 dispensaires touchent 950 000 individus. Mais la population déplacée du Darfour compte 1,2 millions de personnes réparties dans 129 campements dispersés sur une zone grande comme la France et de nombreuses familles n'ont pu encore être jointes.

Tant que les attaques continueront au Darfour et que les personnes déplacées auront peur de rentrer dans leur village, il faudra faire bien davantage pour fournir des services adéquats dans le domaine de l'eau et de l'assainissement, de l'alimentation et des services de santé. A ce jour, les agences humanitaires n'ont reçu que la moitié des fonds dont elles ont besoin pour leurs opérations dans la région.

L'équipe d'enquête a obtenu ses informations en s'adressant directement aux personnes déplacées dans 1 500 foyers au nord et à l'ouest du Darfour.


 

 

Vidéo (en anglais)

13 septembre 2004 : augmentation vertigineuse du taux de mortalité chez les enfants du Darfour. Reportage de Francis Mead, de l'UNICEF

Bas débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Haut débit
Voir clip vidéo (format Real Player)

Recherche