Sainte-Lucie

À Sainte-Lucie, l’UNICEF vient en aide aux victimes de l’ouragan Tomas

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Sainte-Lucie/2010
Dylan, 10 ans, Janelle, 3 ans, et Naphia, 6 ans, à l’endroit où se trouvait leur maison, détruite lors du passage de l’ouragan Tomas.

CASTRIES, Sainte-Lucie, le 11 novembre 2010 - Alors que des vents déchaînés et la pluie battante du furieux ouragan Tomas détruisaient leur maison, Michelle Francis a instinctivement attrapé ses deux filles, Naphia, 6 ans, et Janelle, 3 ans, et, serrant chacune d'elle sous un bras, elle a réussi à s'échapper en courant, au pire de l'orage. 

Une fois dehors, la mère et ses filles sont restées blotties les unes contre les autres, alors que l’ouragan, par ses assauts violents, fracassait tout, autour d’elles. Sans pouvoir réagir, elles ont assisté à un glissement de terrain terrible qui a englouti leur maison, la propulsant sauvagement dans un ravin profond plus bas.

Heureuse d’être en vie

Malgré l’horreur de ces événements et la perte de tout ce qu’elles avaient, Michelle est heureuse d’être en vie.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/Sainte- Lucie/2010
Des enfants à l’école primaire Ti Rocher à Sainte-Lucie qui sert désormais d’abri provisoire. Des centaines d’enfants sont sans abri suite au passage de l’ouragan Tomas.

« Je remercie Dieu, car nous avons pu quitter la maison à temps. Nous étions accroupies dans un coin avec le vent qui hurlait autour de nous lorsque j’ai entendu du bruit et j’ai regardé par la fenêtre juste au moment où l’eau et la boue venaient sur nous. Tout ce que j’ai pu faire c’était d’attraper mes deux anges et courir. Nous n’avons rien pu sauver. Tout ce que nous avions est parti, mais je remercie Dieu car nous sommes en vie, » a raconté Michelle sous le coup de l’émotion.

Presqu’une semaine plus tard, Naphia, Janelle et leur frère Dylan, 10 ans, qui ne se trouvait pas à la maison lors du passage de l’ouragan, font partie des centaines d’enfants sans abri de Sainte Lucie, actuellement hébergés dans les écoles, d’un bout à l’autre du pays.

À la recherche d’une aide

Comme un bon nombre des personnes déplacées, Michelle ne sait pas du tout quand ni comment elle pourra reconstruire une maison. « En ce moment, l’essentiel c’est de garder mes enfants en sécurité et de vivre au jour le jour, » dit-t-elle.

Avec beaucoup d’écoles endommagées, enterrées sous la boue et la vase ou servant d’abri d’urgence, les 40 000 enfants en âge d’être scolarisés vont être privés d’école indéfiniment pendant que les autorités de Sainte-Lucie cherchent de l’aide internationale. Officiellement, on indique huit décès, mais les autorités ne peuvent pas encore donner un chiffre précis du nombre de personnes qui manquent à l’appel.

L’UNICEF fournit de l’aide

« Je voudrais retourner en classe. Mes amis et mon école me manquent, » dit Naphia, qui est une élève de l’école Ti Rocher. Cette école sert actuellement d’abri pour les résidents d’une communauté avoisinante.

Les communautés les plus durement frappées, dans les villes du Sud de Soufrière et de Vieux-Fort, ont perdu des dizaines de maisons, englouties par les coulées de boue. Elles restent coupées du reste de l’île, car des glissements de terrain importants ont balayé les routes et les ponts d’une importance vitale. Ces dégâts sévères infligés à l’infrastructure expliquent que les autorités ont du mal à faire une évaluation complète de la situation dans cette région.

Dans la capitale et le Nord de l’île, le barrage principal est sérieusement endommagé, ce qui a créé une situation critique, obligeant le gouvernement à une déclaration de situation d’urgence en ce qui concerne l’eau, dans certaines parties du pays. L’UNICEF a réagi en envoyant des bouteilles d’eau. L’organisation a également fourni 5000 boîtes de comprimés pour la purification de l’eau, 1500 bidons d’une capacité de 20 litres et 100 citernes d’eau souples, chacun d’une capacité de capacité de 15 litres. En outre, l’UNICEF est actuellement en train de former des conseillers qui aideront les enfants à faire face à l’impact psychologique du choc qu’ils ont subi.


 

 

Recherche