Afrique du Sud

Alors que commencent les festivités de la Coupe du monde de la FIFA 2010, Angélique Kidjo met l’accent sur la détresse des enfants d’Afrique du Sud

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afrique du Sud/2010/Hearfield
A Soweto, en Afrique du Sud, l’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Angélique Kidjo se joint à la National Association of Child and Youth Care Workers d’Afrique du Sud pour célébrer son travail à travers la chanson et la danse.

Par Kun Li

SOWETO, Afrique du Sud, 10 juin 2010 - Angélique Kidjo, l'Ambassadrice itinérante de l'UNICEF, profite de l'effervescence générale qui anime les supporters de football partout dans le monde pour souligner les besoins considérables des enfants d'Afrique du Sud rendus vulnérables par la pauvreté, la violence, le VIH et le SIDA.

 VIDÉO : regarder

Aux côtés d’autres musiciens mondialement connus, Angélique Kidjo participe aujourd’hui au concert de lancement de la Coupe du monde de la Fédération internationale de football association (FIFA) 2010 en Afrique du Sud. Mais avant cela elle a pris le temps de rendre visite à une communauté particulièrement éprouvée par le HIV et le SIDA à Soweto, un ancien township en périphérie de Johannesburg. Elle y a rencontré des éducateurs sociaux qui soutiennent les communautés dans la protection des enfants vulnérables.

 « Un cercle social »

Ces agents de la protection de l’enfance appartiennent à « ISIBINDI » qui signifie « courage » en zoulou, un projet communautaire lancé par la National Association of Child and Youth Care Workers d’Afrique du Sud, un partenaire clé de l’UNICEF. Le travail d’ISIBINDI consiste à créer un « cercle social » grâce auquel les membres de la communauté au chômage sont identifiés, sélectionnés et formés. Ils sont alors déployés comme éducateurs sociaux auprès des enfants et des jeunes dans des familles de leurs propres communautés.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afrique du Sud/2010/Hearfield
L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Angélique Kidjo rend visite à une femme sud-africaine ayant à charge ses trois petits-enfants, orphelins à cause du HIV et du SIDA.

Sous le tutorat de professionnels expérimentés des services sociaux, les éducateurs sociaux apportent un appui pratique aux foyers afin d’aider les enfants et leurs familles à développer des habitudes saines, acquérir un bien-être, et mieux connaître les options d’appui social et les opportunités de développement existantes.

« Nous rendons régulièrement visite aux enfants, que ce soit chez eux, à l’école ou dans leurs communautés » raconte le tuteur ISIBINDI Hloniphile Dlamini, en expliquant à Angélique Kidjo les enjeux du programme lors de sa visite. « Au sein des foyers, nous aidons les familles à adopter des habitudes : s’assurer que les enfants font bien leurs devoirs, qu’ils ont le temps de jouer, et mangent avant de se rendre à l’école. Nous aidons également les familles avec les certificats de naissance et de décès, afin qu’ils puissent demander des bourses pour leurs enfants. »

L’appui aux familles

Angélique Kidjo s’est rendue dans un foyer tenu par une grand-mère. Cette femme âgée s’occupe de ses trois petits-enfants orphelins, dont un est porteur du HIV. Grâce à l’aide des agents d’ISIBINDI chargés de la protection de l’enfance, elle a pu obtenir des certificats de naissance pour les enfants et effectuer des demandes d’aide de sécurité sociale.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Afrique du Sud/2010/Hearfield
L’Ambassadrice itinérante de l’UNICEF Angélique Kidjo avec des agents qui s‘occupent d’enfants dans un « parc sécurisé » de Soweto, près de Johannesburg, en Afrique du Sud.

Dans un autre foyer, la célèbre chanteuse a rencontré une mère porteuse du HIV, alitée depuis quelques mois. Sa famille a dû lutter pour survivre au quotidien et ses deux enfants n’ont pas toujours pu se rendre à l’école parce qu’ils n’avaient rien à manger pour le déjeuner. Les éducateurs sociaux ont aidé la famille à obtenir des pensions alimentaires et ont permis à la mère souffrante de suivre un traitement au sein d’une clinique locale.

ISIBINDI a également créé un « parc sécurisé » avec un terrain de jeu pour les enfants qui restent après la fin des cours. Surveillés par les éducateurs sociaux, les enfants peuvent jouer, faire leurs devoirs, discuter avec leurs camarades et être des enfants, tout simplement. Le parc sécurisé propose également des soins de santé ou un appui psychosocial entre autres services.

« J’ai toujours pensé qu’on ne pouvait aider les gens que si eux-mêmes en avaient la volonté, » affirme Angélique Kidjo en faisant allusion au modèle du cercle social. « Si la communauté n’est pas impliquée, on ne peut progresser. Pour moi, cela représente une immense réussite. »

Des endroits sûrs pour les jeunes supporters

Plus de 48 000 enfants orphelins et vulnérables de huit provinces d’Afrique du Sud reçoivent actuellement un appui dans le cadre du cercle social ISIBINDI.

Alors que l’Afrique du Sud se prépare pour le lancement officiel de la Coupe du monde de la FIFA 2010, qui aura lieu vendredi 11 juin, l’UNICEF veille à ce que les enfants évoluent en sécurité dans les festivités. Les écoles sont fermées pendant la Coupe et de nombreux enfants sont attendus dans les espaces publics gratuits pour les spectateurs. Les experts de la protection de l’enfance se préoccupent de leur sécurité.

Grâce à l’aide de partenaires comme la National Association of Child and Youth Care Workers, l’UNICEF ouvre des « espaces adaptés aux enfants » dans ces lieux. Les jeunes gens pourront y jouer en sécurité et recevoir l’appui de volontaires formés, tout en profitant de l’un des événements sportifs les plus importants de leur vie.


 

 

Vidéo (en anglais)

7 juin 2010 : Reportage de la correspondante de l’UNICEF Kun Li sur la visite de l’ambassadrice itinérante de l’UNICEF Angélique Kidjo à Soweto, en Afrique du Sud, juste avant la Coupe du monde de la FIFA 2010.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Recherche