Afrique du Sud

Au Kwazulu-Natal, un programme de santé maternelle apporte l’espoir aux femmes enceintes séropositives

© UNICEF video/2008 Parce que Thabisile Dhlamini, 27 ans, vit avec le VIH, elle est accablée d’opprobre à KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud.

Par Guy Hubbard

Le dernier rapport de l’UNICEF « Progrès pour les enfants » met l’accent sur les risques de mortalité maternelle dans les pays en développement. Voici un reportage faisant partie d’une série consacrée à ce sujet.

KWAZULU-NATAL, Afrique du Sud, 19 septembre 2008 – La province de KwaZulu-   Natal est devenue synonyme de l’épidémie de SIDA qui sévit en Afrique du Sud. Les taux d’infections y font partie des plus élevés du pays et les femmes enceintes de la province sont menacées. Plus d’un tiers d’entre elles sont contaminées, ce qui les rend, elles et les enfants qu’elles portent, les plus vulnérables.

Des taux de mortalité maternelle se situant entre 10 et 15 % durant les deux années qui suivent les accouchements chez les femmes séropositives ont été enregistrés. En outre, le taux de transmission du virus de mère à enfant, en l’absence de traitement antirétroviral (ARV), reste bien trop élevé.

En plus d’avoir à combattre le virus, les femmes doivent aussi lutter contre l’opprobre dont elles sont accablées au KwaZulu-Natal.

« Il y a des gens qui pensent que si vous avez le VIH c’est comme si vous alliez mourir et que, si vous êtes enceinte et que vous êtes séropositive, votre bébé va finalement ne pas s’en sortir, » affirme Thabisile Dhlamini, qui est âgée de 27 ans et fait face chaque jour à ces sentiments d’exclusion.

Sauver les mères et leurs enfants

Mais l’UNICEF s’est consacré avec l’Organisation mondiale de la Santé et l’Université du KwaZulu-Natal au programme de recherche Kesho Bora pour réduire la mortalité maternelle et la transmission du virus de mère à enfant. L’objectif général est de maximiser l’utilisation de la thérapie par ARV pendant la grossesse, l’accouchement et la période post-partum afin d’empêcher la transmission du VIH de la mère à l’enfant et de préserver la santé des mères.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video/2008
Des femmes en train d’attendre avec leurs enfants dans un dispensaire du KwaZulu-Natal. Grâce aux actions du programme Kesho Bora, les mères donnent naissance à des bébés en bonne santé et mènent elles-mêmes des vies plus saines.

Le VIH augmente les risques d’hémorragie en cours d’accouchement et le traumatisme causé par la travail provoque chez les mères séropositives un affaiblissement du système immunitaire et une plus grande vulnérabilité aux infections. En tenant compte de cela, le programme Kesho Bora part du principe que les efforts pour empêcher l’infection des nouveaux-nés par VIH doivent aussi inclure des mesures destinées à prévenir la maladie ou le décès de leurs mères.

Les chercheurs relèvent que la vie des nouveau-nés sans mère restera menacée et que la qualité de vie d’un enfant orphelin diminuera.

« L’espoir que tout n’est pas fini »

Le programme Kesho Bora recrute des femmes enceintes séropositives et leur offre un traitement, un soutien psychologique et une aide financière pour couvrir leurs dépenses alimentaires. Il leur offre également, et c’est le plus important, l’espoir.

« Les idées que nous partageons avec elles leur donnent l’espoir que tout n’est pas fini. Elles vont vivre plus longtemps car nous améliorons leur situation comme en leur administrant des ARV en comprimés ou en leur donnant des conseils [sur] la façon de se nourrir de façon équilibrée, » affirme une des conseillères sur le VIH/SIDA du programme Kesho Bora, Edith Mapitshe.

Grâce aux actions du programme Kesho Bora, les mères donnent naissance à des bébés en bonne santé. En même temps, les femmes elles-mêmes, grâce à une thérapie par ARV, à une alimentation particulière et à d’autres moyens, améliorent leur propre santé et vivent plus longtemps.


 

 

Vidéo (en anglais)

Le reportage de Guy Hubbard, de l’UNICEF, sur le programme de recherche Kesho Bora destiné à réduire la mortalité maternelle et la transmission du virus VIH de mère à enfant en Afrique du Sud.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche