Somalie

Un jeune journaliste de Radio UNICEF s'entretient avec Hassan Abdi Elmi, 16 ans, sur la vie dans un camp de réfugiés somalien

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalie/2009/Nidam
Hassan Abdi Elmi, 16 ans, dans un camp pour personnes déplacées à Bossaso, une ville côtière du nord-est de la Somalie.

NEW YORK, Etats-Unis, 18 décembre 2009 – Cette année marque le 20ème anniversaire de la Convention de l'ONU relative aux droits de l'enfant. A l'occasion de cet anniversaire, un jeune journaliste de Radio UNICEF, Mostafa Mohamed Abdurrahman, s'est entretenu avec Hassan Abdi Elmi, 16 ans, sur sa vie dans un camp de réfugiés à Bossaso, une ville côtière du nord-est de la Somalie.

L'adolescent s'est enfui de sa maison de Mogadiscio il y a un an.

 AUDIO: écouter maintenant

« Il y a de la violence tout le temps, » dit-il de sa ville d'origine. « Il y a des tirs de balles tout le temps. On ne peut pas dormir la nuit. Des bombardements et des tirs d'artillerie ont lieu continuellement. » 

Pour Hassan, la vie de réfugié est dure mais il ne veut pas retourner chez lui pour retrouver la violence.

Une vie difficile

Bien qu'il ne puisse pas actuellement aller à l'école, Hassan dit qu'il souhaite devenir un jour homme d'affaires. Il aimerait pouvoir aider ses parents.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalie/2008/Morooka
Des enfants dans un camp situé à Bossaso.

Pour gagner de l'argent, il lave des voitures. De temps en temps, dit-il à Mostafa, les enfants du secteur lui volent son matériel et il se retrouve sans pouvoir travailler.

Hassan explique aussi à Moustafa comment, même quand il travaille, il est souvent dupé par ses clients qui lui demandent de laver leur voiture et prétendent ensuite qu'ils n'ont pas d'argent pour le payer.

L'aide humanitaire bloquée

La Somalie a une population totale d'environ huit millions de personnes. Environ 1,55 million ont été déplacées par le conflit, la sécheresse ou d'autres raisons.

La grande majorité des personnes déplacées vivent dans des campements provisoires sur des terres privées où elles sont à la merci des propriétaires qui abusent d'elles. Elles sont fréquemment obligées de payer un loyer et forcées de vivre dans des habitations surpeuplées et dépourvues de l'essentiel comme, par exemple, des latrines.

Les autorités de la ville n'ont pas les moyens de fournir de l'eau salubre et d'organiser un service de ramassage des ordures. Les conditions sanitaires sont donc très mauvaises, ce qui augmente le risque de maladies hydriques évitables.

Un certain nombre d'agences humanitaires, dont l'UNICEF, ont essayé de pourvoir à l'essentiel mais jusqu'à présent la demande a excédé les moyens disponibles.

Bossaso abrite 27 camps où 40 000 personnes, en provenance d'autres parties du pays, sont venues chercher refuge.


 

 

Audio (en anglais)

L'interview par le jeune journaliste Mostafa Mohamed Abdurrahman de Hassan Abdi Elmi, 16 ans, sur la vie dans un camp de réfugiés somalien.
AUDIO écouter

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Radio UNICEF

Recherche