Somalie

L’occupation de la base de l’UNICEF en Somalie gêne des interventions cruciales

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0205/Ysenburg
Des enfants et des femmes font la queue pour consulter un agent de santé à l’extérieur de la Maternité de Jowhar. Des miliciens se sont emparés de la base de l’UNICEF le 17 mai.

New York, États-Unis, 23 juin 2009 – Le groupe de miliciens somaliens Al Shabaab poursuit l’occupation de la base de l’UNICEF dans la ville de Jowhar, près de six semaines après s’en être emparé, le 17 mai 2009. Jowhar est la principale plateforme de l’UNICEF en Somalie centrale et méridionale.

 avec audio

Les miliciens auraient lancé un raid sur le camp et entrepris de piller et de détruire les approvisionnements humanitaires, les installations et les équipements.

« Ces approvisionnements aident à sauver des vies, » a rappelé Wafa Saeed, la responsable du Bureau local de l’UNICEF.  Dans les stocks détruits, il y avait des produits destinés à 40 000 enfants courant un risque de malnutrition et du matériel qui devait permettre de poursuivre une campagne nationale de vaccination.

Un réseau d’approvisionnement proche de l’effondrement

Au cours d’un bon nombre d’années d’instabilité, un grand réseau comprenant plus d’une centaine d’ONG et d’organisations communautaires en est venu à dépendre des fournitures et de l’assistance technique de l’UNICEF pour assurer une série de services – depuis les interventions en matière de santé et de nutrition, jusqu’à l’éducation et la protection.

Ce réseau « risque à présent de s’effondrer, » a déclaré la Représentante par intérim de l’UNICEF en Somalie, Hannan Suleiman, en raison de ce qui s’est passé à Jowhar et de l’attitude hostile vis-à-vis des travailleurs humanitaires.

Dans une déclaration diffusée la semaine dernière, Mme Suleiman a demandé la « récupération immédiate de nos installations de Jowhar et le retour des équipements et des approvisionnements pillés. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0203/Ysenburg
Un agent de santé mesure la circonférence du bras d'un enfant Somalien pour vérifier sa croissance et sa bonne santé dans le camp de Jowhar pour personnes déplacées.

Une population de déplacés qui augmente

En même temps, l’escalade de la violence dans la capitale a entraîné une nouvelle hausse du nombre de personnes déplacées, qui ont besoin de nourriture et d’abris. Actuellement, il y a environ 160 000 personnes déplacées à cause des combats qui ont commencé début mai.

« Les combats de Mogadiscio sont responsables d’une des plus fortes densités de population en Afrique en ce qui concerne les  camps de personnes déplacées dans leur propre pays, » a indiqué Mme Saeed, en parlant du camp s’étendant sur 20 miles, à l’ouest de Mogadiscio, où quelque 400 000 Somaliens vivent temporairement.

« Notre absence de Jowhar aujourd’hui affecte également nos possibilités d’aider ces personnes déplacées », a-t-elle rappelé.

Persévérer malgré les obstacles

Les dix-huit ans de combat dans les parties méridionale et centrale de la Somalie ont été désastreux pour les enfants et les femmes.

Vu l’ampleur de leurs besoins, l’UNICEF a toujours travaillé dans les régions contrôlées par les groupes armés opposés au pouvoir. La neutralité de l’organisation est généralement respectée, a rappelé Mme Saeed.

« Nous nous sommes montrés extrêmement transparents et ouverts vis-à-vis de toutes les parties, qu’elles soient ou non au pouvoir, » a-t-elle dit, ajoutant que l’UNICEF avait trouvé d’autres partenaires susceptibles d’assurer des distributions pendant l’occupation de Jowhar.

Elle a fait observer, par ailleurs, qu’en dépit de l’instabilité actuelle, l’UNICEF était encore sur le terrain d’un bout à l’autre du pays, travaillant avec des partenaires et en appelant aux autorités afin qu’elles permettent d’accéder à ceux qui sont le plus dans le besoin.

Ces deux dernières années, l’UNICEF a aidé plus de 200 centres d’alimentation.


 

 

Audio

24 juin 2009 :
Mme Wafaa Saeed, de l’UNICEF, évoque l’occupation de l’une des principales bases de l’organisation en Somalie par un groupe de miliciens.
AUDIO écouter

Recherche