Somalie

Le Directeur des opérations d'urgence de l'UNICEF effectue une visite des sites de programmes en cours en Somalie

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalie/2009/Ysenburg
Dans une école soutenue par l'UNICEF du camp pour personnes déplacées de Jamalaaye, à Berbera, au nord-ouest de la Somalie, une fille montre ses manuels scolaires au Directeur des opérations d'urgence, Louis-Georges Arsenault.

Par Iman Morooka

NAIROBI, Kenya, 4 mars 2009 – Le Directeur des opérations d'urgence de l'UNICEF, Louis-Georges Arsenault, vient de rentrer d'une visite en Somalie où il a observé directement la situation des enfants et des femmes ainsi que le déroulement de programmes destinés à leur apporter l’aide et les services indispensables.

Au cours de sa visite d'une durée de trois jours la semaine dernière, M. Arsenault a rencontré des personnes déplacées qui se sont ont enfuies de leurs foyers en Somalie à cause de l'actuel conflit, de la sécheresse et de diverses calamités. On estime que 1,3 million de Somaliens ont été déplacés et ils vivent aujourd'hui une situation extrêmement difficile.  

Pour des personnes qui se trouvent éloignées de leurs maisons depuis des mois ou des années, répondre à des besoins essentiels comme trouver de la nourriture et de l'eau représente un défi.

Aide humanitaire et aide au développement

A Bossaso, au nord-est de la Somalie, M. Arsenault a effectué une visite dans le camp pour personnes déplacées de Buulo Mingis où du Plumpy'doz, un aliment thérapeutique prêt à l'emploi, était en train d'être distribué aux enfants de moins de trois ans comme mesure préventive contre la malnutrition.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalie/2009/Ysenburg
Le Directeur des opérations d'urgence Louis-Georges Arsenault s'entretient avec des femmes dans le camp pour personnes déplacées de Buulo Mingis situé à Bossaso, au nord-est de la Somalie.

Selon les dernières enquêtes menées par  l'Unité d'analyse de la sécurité alimentaire en Somalie, plus de 300 000 enfants seront cette année sous-alimentés dans le pays, 96 000 d'entre eux souffrant même de malnutrition sévère. On estime également que presque la moitié de la population, soit plus de trois millions de personnes, aura besoin d'une aide humanitaire.

« Il y a une grave crise humanitaire à Bossaso où se trouvent des dizaines de milliers de personnes qui sont venues de tout le pays à cause des divers conflits », a déclaré M. Arsenault. « L'UNICEF a fait beaucoup d'efforts, avec ses partenaires, pour venir en aide à ces populations. » 

« Le travail de l'UNICEF en Somalie est un mélange d'aide humanitaire aussi bien que de reconstruction initiale et de développement, » a-t-il ajouté. « Notre présence est essentielle là où les enfants sont dans des situations désespérées... et il y a toujours beaucoup de choses à faire.  » 

L'UNICEF est en train de mettre en place une campagne de distribution de Plumpy'doz à vaste échelle visant environ 90 000 des enfants les plus vulnérables de Somalie, cela en plus de ses programmes d'alimentation thérapeutique pour les enfants souffrant de malnutrition modérée et sévère. La distribution est  rendue possible grâce aux donations des gouvernements du Danemark, du Royaume-Uni et des États-Unis et grâce au Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires.

« Un engagement à long terme »

Au camp de Jamalaaye, qui accueille actuellement  500 familles dans la ville côtière de Berbera, au nord-ouest du pays, M. Arsenault s'est rendu sur les sites où se déroulent des programmes d'enseignement, de nutrition, d'eau et d'assainissement soutenus par l'UNICEF.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Somalie/2009/Ysenburg

Au camp de Jamalaaye, qui accueille actuellement  500 familles dans la ville côtière de Berbera, au nord-ouest du pays, M. Arsenault s'est rendu sur les sites où se déroulent des programmes d'enseignement, de nutrition, d'eau et d'assainissement soutenus par l'UNICEF.

Sur l'itinéraire figurait une visite de l'école primaire Hassan Ali Henry, qui est soutenue par l'UNICEF et assure l'éducation d'environ 230 enfants, la moitié d'entre eux provenant du camp et le reste appartenant à la communauté d'accueil. Avant la mise en place de cette école, la plupart des enfants de la région de Jamalaaye ne pouvait pas avoir accès à l'enseignement et devaient faire au moins deux kilomètres à pied pour se rendre à l'école la plus proche.

L'UNICEF équipe l'école en matériel pédagogique et éducatif et assure aussi la formation du personnel enseignant.

Berbera est aussi un endroit où un programme innovant et durable d'approvisionnement en eau a été développé avec succès, cela avec une forte participation de la population locale. La nouveau système, lancé par l'UNICEF en 2008, a augmenté l'approvisionnement en eau potable de 30 pour cent pour les habitants de Berbera et de ses environs, y compris la population déplacée. Il fait partie d'un programme plus important, un projet soutenu par l'Union européenne qui est cours de réalisation dans sept centres urbains de Somalie.


 

 

Recherche