Somalie

Le Représentant de l’UNICEF en Somalie évalue l’impact du conflit sur les enfants et leurs familles

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-0006/Kamber
Une femme et ses deux jeunes enfants sont assis dans une tente de fortune dans un camp pour personnes déplacées à Kismayo, en Somalie.

Par Blue Chevigny

NEW YORK, USA, 12 janvier 2007 –  De nombreux enfants du sud de la Somalie sont enlevés et enrôlés de force dans les milices, ou forcés de quitter leurs villages et souffrent en général de la recrudescence de la violence et de l’instabilité dans la région.

Les familles somaliennes dans les communautés les plus vulnérables fuient leurs villages et se regroupent à la frontière du Kenya. Malheureusement, une fois arrivées là, elles ne peuvent pas se réfugier dans une zone sûre car la frontière est fermée. Plus de 65 000 personnes ont été déplacées par la recrudescence des combats ces derniers temps.

Aujourd’hui, dans une interview avec Radio UNICEF, Christian Balslev-Olesen, Représentant de l’UNICEF en Somalie exprime son inquiétude pour les personnes vivant dans cette zone de combat. Beaucoup de problèmes surgissent en même temps et les conséquences sont catastrophiques sur les enfants, dit-il.

Toute une population touchée

Pour M. Balslev-Olesen, la bonne nouvelle, c’est que le Gouvernement fédéral de transition a pu reprendre le contrôle de la capitale, Mogadiscio. Mais il ajoute qu’il y a aussi de mauvaises nouvelles – un regain d’activités de dangereux seigneurs de la guerre dans la capitale, alors que, au cours des six derniers mois, ils avaient été relativement calmes.

Le retour des seigneurs de la guerre à Mogadiscio, ajouté aux combats au sud, font que les enfants partout en Somalie sont maintenant touchés par le conflit.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ07-0004/Kamber
Deux enfants marchent dans une rue qui grouille de monde à Mogadiscio, capitale de la Somalie. Après plusieurs jours de combat, la ville est relativement tranquille, malgré quelques tirs sporadiques.

« Les enfants enrôlés dans les milices, les enfants détenus et les enfants qui fuient les combats dans leur village, sont les personnes les plus touchées et aussi les plus vulnérables, », dit Mr. Balslev-Olesen.

« Mais nous sommes aussi préoccupés par le sort des enfants qui ne sont pas impliqués dans les conflits, note-t-il. Les  parents ne mettent plus leurs enfants à l’école parce qu’ils ont peur de les laisser dans la rue où ils risquent de faire recruter par les milices. Ainsi, l’ensemble de la population est affectée. »

Diminution des activités de l’UNICEF

Mr. Balslev-Olesen est particulièrement inquiet car les problèmes de sécurité ont beaucoup limité le travail de l’UNICEF et des autres agences humanitaires.

« En raison de la guerre dans le sud du pays, nous avons dû mettre un terme ou laisser en suspens bon nombre de nos activités et programmes de survie, dit-il, or c’est justement la région où les enfants souffrent le plus à cause des conflits, et nous ne pouvons pas avoir accès à eux. C’est très frustrant.”

Pour les enfants en Somalie, la situation est dramatique. Aujourd’hui, l’UNICEF et Save the Children ont publié un communiqué de presse commun pour alerter la communauté internationale.

« Ces enfants n’ont pas le soutien dont ils ont besoin, c’est certain »,  martèle Mr. Balslev-Olesen. « Des agents d’ONG et des Nations Unies ont été harcelés. Nous ne pouvons pas faire notre travail. Les gens n’ont pas le soutien dont ils ont besoin et que nous devons leur donner, tout cela à cause du conflit en cours.”


 

 

Audio (en anglais)

12 janvier 2007:
Blue Chevigny, correspondante de la Radio UNICEF, évoque avec Christian Balslev-Olesen, Représentant de l’UNICEF en Somalie, le travail de l’UNICEF au milieu de l’instabilité actuelle.
AUDIO Ecouter

Radio UNICEF

Recherche