Somalie

En dépit des pluies récentes, la Somalie est ravagée par la sécheresse

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-0029/Bannon
Un berger à la recherche d’un peu d’eau pour sa chèvre dans la région de Bakol (Somalie). Le point d’eau le plus proche est à 25 km de là.

Par Blue Chevigny

NEW YORK, Etats-Unis, 19 avril 2006 – Le Représentant de l’UNICEF en Somalie, M. Christian Balslev-Olesen, se trouvait à New York au début du mois pour débattre des efforts menés par l’UNICEF en vue d’offrir une aide humanitaire aux régions de la Corne de l’Afrique frappées par la sécheresse.

Certes, des pluies de printemps sont tombées dans la région ces dernières semaines, mais c’est trop tard pour réparer les dégâts provoqués par la sécheresse catastrophique, a dit M. Balslev-Olesen.

La Somalie est l’un des pays de la Corne de l’Afrique – qui comprend Djibouti, l’Erythrée, l’Ethiopie et le Kenya – à avoir souffert d’une très grave sécheresse pendant deux ans. On estime à 8 millions le nombre de personnes de la Corne de l’Afrique qui ont besoin d’une aide urgente, dont 1,6 million de personnes de moins de 5 ans. Les enfants sont particulièrement affectés par la sécheresse car ils s’affaiblissent rapidement dès qu’ils sont déshydratés et sous-alimentés.

Bétail décimé, cultures ravagées

Le peuple somali a été particulièrement éprouvé par la crise, le quart de sa population ayant été directement affecté. Les personnes les plus exposées sont celles qui sillonnent tout le pays à la recherche d’eau. Il est difficile de les retrouver et donc de leur venir en aide.

« En plus, une flambée de polio a éclaté en Somalie,  a dit M. Balslev-Olesen au correspondant de l’UNICEF Dan Thomas. « Nous avons recensé 200 cas de polio. Cela a commencé à Mogadishu mais, depuis, l’épidémie s’est déplacée dans tout le pays. »

La sécheresse a été particulièrement éprouvante pour les peuples de pasteurs, qui comptent sur leurs animaux pour survivre. La santé du bétail n’a cessé de se détériorer ces derniers temps et de nombreux animaux meurent. Même avec les nouvelles pluies, abondantes dans certaines parties de la région ce mois-ci, le bétail a été décimé et les cultures ravagées. Il sera bien difficile de surmonter une telle épreuve.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ06-0048/Bannon
Le Représentant de l’UNICEF en Somalie, M. Christian Balslev-Olesen.

Des mesures s’imposent d’urgence

Après deux années de mauvaises pluies dans la région, les précipitations abondantes actuelles ne représentent pas grand-chose comparé à ce qui aurait fallu il y a longtemps.

« Nous avons très peur de ce qui peut se passer dans les mois à venir, a-t-il dit. Il n’y aura pas de nourriture, pas moyen de survivre en menant une vie normale en Somalie. Cela signifie que les enfants dépendront totalement de l’aide que nous serons en mesure de leur fournir : de l’eau, des vivres, des soins de santé et une nutrition adaptée »

La Somalie risque fort également de sombrer dans la famine. D’après M. Balslev-Olesen, on peut parler de famine lorsqu’une crise alimentaire tue entre 10 000 et 12 000 personnes sur un million de personnes affectées. « Et cela est une estimation prudente de ce qui peut se passer ici si l’aide internationale qui est nécessaire tarde à se matérialiser », a-t-il dit.

Pour aider à trouver une solution à la crise et éviter la famine, l’UNICEF travaille de concert avec les institutions partenaires et les collectivités locales pour établir des centres de distribution de vivres, souvent installés à côté des écoles sous tente. L’UNICEF faisait partie d’un appel de fonds consolidé lancé par les Nations Unies le 7 avril pour apporter une aide humanitaire à la Corne de l’Afrique.

Il est peut-être trop tard pour sauver le bétail et les récoltes cette année en Somalie, a dit M. Balslev-Olesen, mais il n’est pas trop tard pour trouver et appliquer des mesures qui aideront les enfants et les adultes qui affrontent des conditions de vie difficilement imaginables.


 

 

Audio (en anglais)

19 avril 2006:
La correspondante de l’UNICEF Blue Chevigny enquête sur la sécheresse catastrophique en Somalie et le correspondant de l’UNICEF Dan Thomas interroge le Représentant de l’UNICEF pour la Somalie Christian Balslev-Olesen.

Recherche