En bref : Sierra Leone

Réunir les enfants vulnérables avec leurs familles en Sierra Leone

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sierra Leone/2006
L’UNICEF s’efforce de faire ramener les enfants orphelins chez leurs proches.

Par Umaru Fofana et Karolina Roiha

KENEMA, Sierra Leone, 10 novembre 2009 – Les conflits ont fait rage dans les années 1990 en Sierra Leone, détruisant de nombreuses habitations et affaiblissant les structures communautaires.  Ils ont aussi déchiré de nombreuses familles, les enfants ayant été envoyés vivre chez des parents, avec des étrangers ou dans des orphelinats.

« C’est encore un problème très grave, surtout dans l'est du pays, » affirme le directeur de l'Institution Hirsch Ben, Musu Bureh. L'institution gère un refuge pour les orphelins et enfants vulnérables, et travaille activement à les réunir avec leurs parents ou des proches de leur collectivité.

Il y a deux ans, une évaluation de l'UNICEF avait noté que de nombreux enfants séparés avaient encore des parents ou des proches qui étaient disposés à s'occuper d'eux. L'UNICEF avait alors mis en route un processus visant à ramener ces enfants chez leurs parents ou leurs proches.

Fournir un appui

Une fois confirmée la capacité de la famille à s'occuper d'un enfant, l'UNICEF lui fournit un soutien financier en payant les frais de scolarité pendant une année et en donnant aux parents ou aux proches une somme leur permettant de lancer une petite entreprise de petite envergure; ainsi, ils pourront subvenir aux besoins de leurs enfants à l'avenir.
 
Mama Wuya est l'une des bénéficiaires de ce soutien. Elle a retrouvé son fils l'an dernier après six ans de séparation, mis sur pied une petite entreprise et est maintenant en mesure de s'occuper de son garçon. 

« Je suis tellement reconnaissante à l'UNICEF de m’avoir rendu mon fils, » dit-elle.

À ce jour, le programme a touché 317 enfants dans tout le pays. Il vise à atteindre au moins 250 enfants de plus. Si les parents d'un enfant ne peuvent être retrouvés, d’autres membres de la famille peuvent être sollicités pour s’occuper de la fille ou du garçon.

Comités pour le bien-être de l’enfant

Pour résoudre sur le long terme les problèmes auxquels se heurtent les enfants vulnérables, des Comités pour le  bien-être de l’enfant ont été formés au niveau des communautés dans toute la Sierra Leone. Les comités comprennent des enseignants, des policiers, des chefs traditionnels, rdes eprésentants des familles touchées, et les enfants eux-mêmes.

Ces groupes communautaires reçoivent une formation qui leur permettra de soutenir les familles de la collectivité afin qu’elles ne soient pas obligées d’envoyer leurs enfants à l’extérieur.

En plus de son soutien à la famille et de ses efforts de réunification - qui font partie d'une initiative plus vaste d’autres formes de prise en charge -, l'UNICEF appuie le ministère des Affaires sociales, de la parité des sexes et de l'enfance pour développer et renforcer le réseau national de protection des enfants. Selon la Chef de la Protection des enfants pour l’UNICEF au Sierra Leone, Maud Droogleever Fortuyn, cela signifie qu’il faut faire en sorte que les lois, politiques et règlements soient en place, et aider à renforcer les capacités du ministère, du personnel du conseil local et des travailleurs sociaux.

Mieux sensibiliser les populations

L'UNICEF lance également des recherches, des évaluations et la collecte de données sur des questions essentielles de protection des enfants telles que les grossesses d’adolescentes, la mutilation génitale féminine/excision et les autres formes de prise en charge pour permettre aux décideurs d'élaborer des politiques et programmes ayant fait la preuve de leur efficacité.
 
En outre, l'UNICEF aide le gouvernement à mettre en place des systèmes de surveillance pour assurer le bon fonctionnement des orphelinats et éviter la traite d’enfants.

L'initiative de l'UNICEF visant à réunir les enfants avec leurs parents ou membres de leur famille a permis de sensibiliser davantage la population au fait qu’il importe que les enfants grandissent dans un environnement familial. Il renforce également les communautés, leur donnant les moyens de s'occuper des enfants vulnérables. En permettant aux enfants de vivre dans une famille, d’aller à l'école et d’avoir accès à des soins de santé, on leur donne la possibilité de grandir et de se développer pour devenir des adultes dynamiques et en bonne santé.

 « A cause de la pauvreté et des conséquences de la guerre, les enfants ont été abandonnés et obligés de vivre dans la rue, » a dit Mme Wuya. « Quoi que propose un orphelinat, rien ne vaut un foyer avec ses parents pour un enfant. »


 

 

Recherche