En bref : Sierra Leone

Donner aux communautés les moyens d’améliorer l’assainissement en Sierra Leone

Image de l'UNICEF
© UNICEF Sierra Leone/2009/Bamford
Kadiatu, 42 ans, se tient à l’extérieur de la nouvelle latrine construite par la communauté à Saahun, un village de Sierra Leone.

Par Emily Bamford

FREETOWN, Sierra Leone, 25 février 2009 – Jusqu’à récemment, les enfants de Kadiatu souffraient de diarrhées et autres maladies liées au manque d’hygiène et à des conditions d’assainissement peu adaptées. Ces poussées de maladies sont à l’origine d’absence à l’école et de visites répétées à l’hôpital local, ce qui ajoutait des contraintes à un travail dans une maisonnée déjà élargie.

« Comme notre maison se trouve près de la brousse, il y avait des crottes de partout, » se rappelle Kadiatu. « C’était à un point tel que nous ne pouvions pas rester assis dehors à cause de l’odeur et des mouches. »

Ces jours ci, de telles installations sanitaires font partie du passé pour cette femme de 42 ans,  mère de quatre enfants. Aujourd’hui elle nous montre fièrement la dernière acquisition de son foyer dans le village de Saahun – une latrine construite par les membres de sa communauté, et l’aide de l’UNICEF.

Approche basée sur la communauté
En septembre 2008, l’UNICEF s’est mis en partenariat avec une organisation non-gouvernementale pour installer un Assainissement complet porté par la communauté, ou CLTS, à Saahun.

Cette nouvelle approche compte sur les dirigeants de la communauté pour plaider en faveur de l’amélioration de l’assainissement, utilisant les matériaux locaux afin de construire leurs propres latrines, ce qui permettrait de mettre fin à l’usage de la défécation à ciel ouvert. 

L’UNICEF était en première ligne du CLTS en Sierra Léone depuis la conception du projet. Cet engagement est nécessaire car les projets de latrines disséminées ont souvent failli lorsque celles ci n’étaient pas entretenues ou qu’elles étaient “réservées” pour des personnes importantes ou celles rendant une visite à la communauté.

L’UNICEF pense que le CLTS est l’une des méthodes les plus efficaces  et supportables pour s’assurer que les interventions d’assainissement seront couronnées de succès en touchant l’ensemble de la communauté.

Interventions durables

Le 25 novembre 2008, le village de Saahun a été déclaré libéré de la défécation sauvage, ce qui veut dire que l’ensemble de la communauté utilise les latrines. L’événement a été suivi par des célébrations pour l’ensemble de la communauté. La fierté des villageois est encore vivace, en effet les familles accueillent leurs visiteurs en les invitant à visiter les latrines de la maisonnée.

Grâce à l’UNICEF et ses partenaires, le CLTS est maintenant en cours d’installation partout en Sierra Leone, où la diarrhée reste l’une des principales causes de mortalité infantile chez les enfants de moins de cinq ans.

Il reste encore beaucoup à faire. De nombreuses familles de Sierra Leone manquent d’aménagement correct et n’ont d’autre choix que de déféquer dans la brousse. L’approvisionnement en latrines est une étape importante dans l’arrêt de cette pratique à l’origine de la propagation de la maladie.

« La vie est belle maintenant »

L’UNICEF travaille aussi avec les communautés locales pour améliorer l’approvisionnement en eau propre. L’action combinée de la CLTS avec d’autres interventions en matière de santé et d’éducation est destinée à s’assurer que les charges ressenties par des familles comme celle de Kadiatu resteront des images du passé.

Kadiatu, pour une fois, est contente des résultats.

« Mes enfants sont en bien meilleure santé maintenant, » dit-elle. « Grâce à un environnement amélioré, mes amis et moi pouvons maintenant rester assis dans mon jardin derrière. La vie est belle maintenant ici à Saahun. »



 

 

Recherche