Rwanda

Reconstruire des écoles plus solides pour les enfants qui ont survécu au séisme au Rwanda

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2009 / Uher
Un tremblement de terre a détruit une salle de classe de l'école Nyabitimbo.

Par Katherine Uher

KIGALI, Rwanda, 2 juin 2009 - le jour a commencé comme un autre dimanche calme  dans la province occidentale du Rwanda. Le lac Kivu a miroité au soleil et les collines qui l'entourent étaient vertes et pleines de vie.

Mais peu avant 9 heures du matin le 3 février 2008, la première d'une série de secousses ont frappé la zone. A la fin du jour, 37 personnes avaient trouvé la mort et 646 autres étaient blessées. En plus des dommages humains immédiats, les tremblements de terre avaient également endommagé 45 écoles dans la province.

Tout de suite après le désastre, l'UNICEF avait fourni des structures temporaires pour abriter 212 classes, permettant ainsi aux élèves de continuer à apprendre pendant qu'on réparerait leurs salles de classes.

Joachin Nsangabandi, âgé de 12 ans, est l'un des 27 000 élèves qui suivaient les cours dans une école endommagée par le séisme.

« Je suis en quatrième année et j'aime mon école, » a-t-il dit. « Quand les tremblements de terre ont frappé notre école, sept salles de classe ont été endommagées. J'étais très triste et j'espère vraiment que quelqu'un nous aidera à les réparer pour que nous puissions à nouveau étudier dans une école solide. »

Une aide financière du Japon

Heureusement pour Joachin, le gouvernement japonais a fait don de 7,5 millions de dollars à l'UNICEF pour la réparation des écoles les plus endommagées dans les districts de Rusizi et Nyamasheke. Grâce à l'aide du Japon, l'école primaire de Bumazi aura six classes entièrement reconstruites et une autre moins endommagée a été réhabilitée.

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2009 / Uher
Des classes temporaires à l'école Buhokoro.

Les fonds aideront également à réparer trois centres de santé de la zone dont la couverture de soins représente 48 000 personnes.

« La population compte sur ces centres médico-sociaux pour tous les  soins de santé primaire, » explique le responsable de la Santé à l'UNICEF, le docteur Denis Muhoza. « Malgré la destruction causée par le tremblement de terre, ces centres ont pu rester en service, mais dans des conditions très difficiles. »

Reconstruire des écoles accueillantes pourenfants

Beaucoup d'écoles du secteur datent des années 1930 et ont été construites avec très peu de fenêtres, laissant entrer dans les salles de classe peu d'air et de lumière. Chaque salle de classe reconstruite le sera selon les normes scolaires « amies des enfants » préconisées par l'UNICEF - ces normes ont maintenant été adoptées par le gouvernement du Rwanda pour toutes les écoles dans le pays.

Image de l'UNICEF
© UNICEF 2009 / Uher
Joachin Nsangabandi se tient devant sa classe endommagée par le tremblement de terre.

En plus, le standard des installations sanitaires a été relevé dans toutes les écoles. Celui-ci comprend des lavabos pour se laver les mains, des toilettes pour les personnes handicapées et des toilettes séparées pour les garçons et les filles.

« Les écoles amies des enfants préconisent un enseignement intégré, » explique le spécialiste de l'éducation à l'UNICEF, chargé de mettre en oeuvre l'aide du Japon, Heinrich Rukundo. « Si les élèves doivent comprendre l'importance de se laver les mains, il est essentiel qu'ils puissent mettre en pratique ce qu'ils ont appris et se lavent les mains à l'école. »

La reconstruction dans l'école de Joachin et dans les autres écoles es programmée pour cette année. Au total, 72 salles de classe seront réhabilitées et 95 entièrement reconstruites.


 

 

Recherche