Rwanda

L'itinéraire de John-Bosco : des solutions viables pour les enfants des rues de Kigali

Image de l'UNICEF
© UNICEF Rwanda/2008/Frejd
John-Bosco (à gauche), ex-enfant des rues de Kigali, au Rwanda, s'est construit une vie nouvelle dans le village de ses aïeux avec sa femme, sa fille et sa soeur.

Par Hanna Frejd

KIGALI, Rwanda, 19 mai 2009 – Quand, en 1994, les rebelles sont entrés dans son village, John-Bosco, alors âgé de 11 ans, s'est enfui en République démocratique du Congo en traversant la frontière. 

« Je suis revenu quand j'avais 13 ans pour découvrir que mes parents avaient été tués et qu'il ne restait que ma sœur. Ni l'un ni l'autre n'avions qui que ce soit pour nous aider et je n'ai pas vu d'autre possibilité que celle de quitter ma  sœur et de partir pour Kigali, » dit-il.

John-Bosco a aujourd'hui 24 ans et sa vie a changé depuis les jours où il vivait comme enfant des rues à Kigali. Il est marié, lui et sa femme ont un bébé et il est de retour dans le village de ses aïeux dont il est le chef.

Cette transformation s'est produite avec l'aide de l'UNICEF et de FIDESCO, une ONG catholique qui aide à protéger et à encourager les droits des enfants des rues.

Un endroit sûr à l'abri des rues
Des milliers d'enfants rwandais passent leur vie dans les rues. « La pauvreté paraît être la principale cause mais les enfants vont également dans les rues à la suite de sévices ou de mauvais traitements, » affirme le spécialiste de la protection de l'enfance de l'UNICEF au Rwanda, Maxime Germain.

Le gouvernement rwandais, avec l'appui de l'UNICEF, a mis en place des directives destinées à protéger ces enfants et à leur permettre de retourner au sein de leurs communautés

Le personnel de FIDESCO recrute activement des enfants des rues pour qu'ils restent dans l'un des 35 centres qui existent dans le pays où ils peuvent trouver un endroit sûr, des repas, un cadre décent et une aide à l'orientation. Les enfants vont à l'école primaire ou bien suivent des cours de formation professionnelle. Le personnel retrouve leurs familles pour déterminer s'il est possible pour les enfants de retourner chez eux.

L'œuvre des fondateurs disparus se poursuit
L'UNICEF a appuyé FIDESCO depuis 2006, apportant un financement ainsi qu'un savoir-faire dans la gestion des problèmes de protection de l'enfance et de réintégration. En 2008, environ 3000 enfants ont bénéficié des services de l'ONG.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Rwanda/2008/Germain
Enfants des rues rwandais en train d'apprendre la menuiserie dans un centre FIDESCO.

FIDESCO a été créé pour aider les enfants des rues de Kigali il y a plus de 17 ans. Ses fondateurs ont été tués au cours du génocide de 1994 mais leur oeuvre se poursuit.

« La vie des rues est difficile, » dit John-Bosco qui se souvient avoir été souvent battu et obligé de voler  pour pouvoir survivre pendant cette période. Ensuite, il a vécu dans un centre FIDESCO pendant deux mois et a commencé à apprendre la menuiserie.

Bâtir un nouveau foyer et une nouvelle vie
« Pendant que je suivais une formation pour devenir menuisier, je percevais aussi un petit salaire, » dit-il. « C'était la première dans ma vie que je recevais un salaire ! J'étais si heureux que j'ai commencé à économiser ce que je pouvais pour construire ma propre maison pour moi et pour ma soeur. »

Dix ans plus tard, John-Bosco a une femme, une maison et une fille âgée d'un an.

« Je n'aurais pas pu faire cela sans FIDESCO et l'UNICEF, » affirme-t-il en souriant. « C'est pourquoi j'aide aujourd'hui les autres personnes de mon village à construire leur maison. C'est peut-être pour cela que mon village m'a choisi pour chef ! »


 

 

Recherche