Rwanda

L’Ambassadrice itinérante Yvonne Chaka Chaka se rend au Rwanda victime d’un séisme

Image de l'UNICEF
© UNICEF Rwanda/2008
L’Ambassadrice itinérante, Yvonne Chaka Chaka, avec des élèves de l’école soucieuse des enfants de Rubingo, au sud de Kigali. L’UNICEF envisage de « reconstruire en mieux » 20 écoles du Rwanda sinistrées après le tremblement de terre.

KIGALI, Rwanda, 5 mars 2008 – « Je souriais avec des larmes aux yeux », a confié Yvonne Chaka Chaka, Ambassadrice itinérante de l’UNICEF pour l’Afrique de l’est et du centre, en décrivant ce qu’on ressentait en voyant les tentes de l’UNICEF dressées près des murs en ruines de l’école, dans le sud-ouest du Rwanda.

La semaine dernière, l’immense vedette sud-africaine s’est jointe à la Première dame du Rwanda, Jeanette Kagamé et le Représentant de l’UNICEF au Rwanda, le Dr Joseph Foumbi, ainsi que d’importants représentants des pouvoirs publics, pour se rendre sur les lieux ravagés par le séisme du 3 février. La tournée était organisée par l’UNICEF et la Fondation partenaire, Imbuto, l’organisme de mobilisation de Mme Kagamé.

Mme Chaka Chaka, dont la carrière musicale couvre plus de deux décennies, s’était déjà rendue plusieurs fois au Rwanda. L’an dernier, elle a chanté devant une assistance de 30 000 personnes, lors des fêtes célébrant le centenaire de Kigali.

Les effets du séisme

Le séisme du mois dernier au Rwanda a causé la mort de 39 personnes. On a soigné 600 blessés, dont 367 ont ensuite bénéficié d’un traitement psychologique, en raison du traumatisme subi. Environ 80 pour cent de ces derniers sont des femmes et des enfants.

Un hôpital, plusieurs dispensaires, plus de 1 200 logements, 20 écoles primaires et 4 établissements secondaires ont été ravagés par les secousses. 

Ces destructions ont de graves conséquences, dans la mesure où le Rwanda est l’un des pays les plus pauvres du monde et où une grande partie de la population vit encore dans la tension qui a suivi le traumatisme causé par le génocide de 1994.

Une réaction rapide

Le Dr Foumbi, de l’UNICEF, a fait l’éloge de la réaction rapide du Rwanda et noté que les pouvoirs publics avaient été les premiers à se rendre sur les lieux de la catastrophe et qu’ils continuaient à prendre beaucoup d’initiatives dans leurs efforts de secours.

Les Nations Unies et des partenaires, dont la Croix Rouge rwandaise, ont réagi dans les 24 heures qui ont suivi le sinistre. L’UNICEF a livré des fournitures médicales et des tentes, ainsi que des approvisionnements indispensables aux familles et du matériel éducatif et récréatif pour les enfants. L’UNICEF a également livré des installations provisoires d’assainissement.

Retour à l’école

Parmi les 30 000 élèves qui ont manqué l’école à la suite du sinistre, un certain nombre sont à présent revenus en classe.

Mme Chaka Chaka, lors de sa tournée, a vu les décombres de l’école primaire Shangi, qui avait 1559 élèves. « La catastrophe a frappé, mais les gens ne renoncent pas », a-t-elle dit dans une conférence de presse qui a eu lieu le lendemain. 

« Ce que j’ai vu de mieux, je pense, ce sont ces tentes et les salles de classes provisoires », a ajouté Mme Chaka Chaka. « Il faisait chaud sous cette matière plastique. Mais les gosses étaient assis et ils étudiaient. »

L’aide nécessaire

Un total recouvrement peut coûter bien des millions de dollars. Pour sa part, l’UNICEF recherche au moins 6 millions de dollars US pour reconstruire 20 écoles sinistrées, rebâtir des logements et des infrastructures et apporter un soutien psychosocial.

« Notre objectif est de faire mieux que rebâtir ce qui existait auparavant et d’améliorer les normes dans chacun de ces domaines », a déclaré M. Foumbi.

L’UNICEF va mettre l’accent sur la création d’écoles soucieuses des enfants, dont les murs et les toits seront conçus pour résister aux séismes et à d’autres catastrophes naturelles.

Un mot pour exprimer sa reconnaissance

La Première dame a proclamé l’engagement du gouvernement de reconstruire les écoles et a parlé au nom des enfants ayant perdu leurs parents dans le tremblement de terre.

« L’UNICEF est d’un grand soutien dans ce pays », a dit Mme Kagamé à ceux qui s’étaient rassemblés à Nkombo Island. « Permettez-moi de remercier l’UNICEF, en particulier pour l’idée d’effectuer une tournée dans la zone frappée par le tremblement de terre et d’avoir amené notre soeur Yvonne Chaka Chaka ».

« Nos ancêtres avaient coutume de dire qu’un véritable ami est celui qu’on voit dans les moments difficiles. »


 

 

Recherche