Rwanda

Rwanda : dix ans après le génocide

Image de l'UNICEF
© UNICEF/HQ94-1109/ Press
En 1994 au Rwanda, un garçon avec une cicatrice sur la nuque se tient devant d'autres enfants à l 'extérieur de l'école primaire de Cyugaro. Le garçon avait été blessé par un coup de machete lors du conflit civil.

Le 7 avril 2004, lors de la Journée internationale de réflexion sur le génocide au Rwanda, des millions de personnes vont observer quelques instants de silence en mémoire des victimes.

Alors que le monde commémore le dixième anniversaire du génocide au Rwanda, la vie des enfants de ce pays demeure marquée par les effets dévastateurs de ce conflit cruel.

Lorsque le génocide a pris fin en 1994, il avait fait 800 000 victimes – dont 300 000 enfants – et, en outre, il avait rendu 95 000 enfants orphelins.

Pratiquement tous les enfants rwandais ont été les témoins d’horreurs innommables. Des milliers d’enfants ont été victimes de sévices et de viols, et des milliers d’enfants – dont certains avaient seulement sept ans – ont été engagés de force dans des opérations militaires et obligés de commettre des actes de violence.

« Les enfants du Rwanda ont été les témoins d’indicibles violences, » a déclaré la Directrice générale de l’UNICEF, Mme Carol Bellamy. « Des dizaines de milliers d’entre eux ont perdu leurs parents. Des milliers ont été l’objet de terribles sévices et de viols. On ne saurait insister assez sur les conséquences de cette tragédie. »

Garder la mémoire du passé ; améliorer l’avenir

Dix ans après, les enfants rwandais subissent encore les conséquences d’un conflit causé exclusivement par les adultes.

On estime que 101 000 enfants dirigent environ 42 000 foyers. Ces enfants sont privés de leurs parents pour diverses raisons – un bon nombre de parents ont été tués au cours du génocide, certains sont morts du SIDA et d’autres se trouvent emprisonnés pour des crimes liés au génocide.

L’UNICEF et ses partenaires aident une génération d’enfants rwandais à retrouver une vie meilleure, en particulier dans les domaines de la santé, du soutien psychologique et de l’éducation :

  • en proposant une aide aux ménages dirigés par un enfant, sous forme de fourniture aux enfants de matériel scolaire, de soutien psychologique, d’activités génératrices de revenus et de formation professionnelle
  • en luttant contre la propagation du VIH/SIDA par l’éducation et le soutien psychologique
  • par la vaccination, et
  • en apportant un soutien au système scolaire classique et en aidant les enfants qui sont en dehors du système scolaire

« Plus jamais… »

Des milliers d’enfants – certains d’entre eux n’ayant pas sept ans – ont été engagés de force dans des opérations militaires au cours du conflit et obligés de commettre des atrocités. Non seulement les épreuves qu’ont subies ces enfants ont provoqué chez eux des traumatismes, mais aussi un bon nombre de ces enfants ont été emprisonnés après le génocide.

« Nous sommes encore tenus d’aider à la réconciliation et à la cicatrisation des plaies, et à veiller à ce que de telles atrocités ne se reproduisent plus jamais, » a dit Mme Bellamy. ‘Plus jamais’, cela signifie qu’il considérer comme responsables les auteurs de ces atrocités et rendre leur dignité aux victimes en rappelant ou en soulageant leurs souffrances. »

Communiqué de presse

Dix ans après le génocide, les enfants rwandais supportent encore ses conséquences à long terme

Liens

Travail de l' UNICEF au Rwanda


 

 

Recherche