Fédération de Russie

« J'ai le droit » : l'UNICEF Russie lance une campagne sur les droits de l'enfant

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2004-0687/Pirozzi
Une fillette russe de cinq ans, abandonnée par son père et délaissée par sa mère, vit aujourd'hui avec un couple plus âgé qui a entamé des démarches pour l'adopter. En Russie, renforcer les accords de prise en charge de type familial comme alternative au placement en institution est une priorité.

A l'approche du vingtième anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant, un accord international sans précédent sur les droits fondamentaux de tous les enfants, l'UNICEF présente une série de reportages sur les progrès accomplis et les défis qui subsistent. Voici l'un de ces reportages.

MOSCOU, Fédération de Russie, 4 novembre 2009 – l’UNICEF Russie a lancé une série de messages d'intérêt public consacré à la protection des droits de l'enfant. La campagne souligne à quel point il est important de considérer les intérêts des enfants lors de toutes décisions majeures, que ce soit au niveau de la famille ou de l'État.

La mairie de Moscou soutient cette campagne et y participe.

Depuis l'adoption de la Convention relative aux droits de l'enfant il y a 20 ans, une génération a grandi et, en Russie, beaucoup de choses se sont améliorées. Au cours des dernières années, un financement important a été octroyé à des programmes sociaux, de nouvelles lois ont été adoptées et les systèmes familiaux se sont améliorés.

Trop d'enfants restent sans protection

Mais il existe toujours de nombreux domaines où les droits des enfants sont fragiles :

  • Les taux de mortalité infantile en Russie sont toujours quatre fois plus élevés qu'en Europe de l'Ouest.
  • De nombreux enfants russes continuent à vivre en dehors du cercle familial malgré les progrès accomplis pour développer des alternatives de type familial au placement en institution; 156 000 enfants sont actuellement accueillis par des orphelinats ou des pensionnats.
  • Une grande partie des 500 000 enfants du pays souffrant de handicaps n'ont pas accès à un enseignement de qualité.
  • La situation des enfants courant le plus grand risque d'échapper à la détection de l'État et des services sociaux (tels que les enfants migrants, les enfants des rues, les enfants séropositifs et les enfants en situation de crise) est particulièrement préoccupante.

Responsabilité sociale

Le sort de ces enfants ne dépend pas seulement des politiques et des mesures prises par l'État mais des actions et des attitudes de la société.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2004-0686/Pirozzi
Un garçon de huit ans et sa mère, tous les deux séropositifs, dans les bras l'un de l'autre chez eux dans le port de Kaliningrad, à l'ouest de la Russie. La discrimination contre les personnes séropositives persiste malgré l'augmentation de la prévalence de la maladie.

En vertu des principes de la Convention, chaque enfant devrait avoir la possibilité de grandir au sein d'une famille, de faire de bonnes études et de participer à la société sans subir quelque discrimination que ce soit.

Pour servir ce principe, l'UNICEF Russie a commandité des messages d'intérêt public en vue de leur diffusion par vidéo, panneaux d'affichage et magazines. Les messages de la campagne, dont le coup d’envoi a été donné cette semaine, seront affichés et diffusés au niveau national et régional jusqu'au 1er mars 2010.

Dans le cadre de son partenariat « ville amie des enfants » avec l'UNICEF, la ville de Moscou met de nombreux panneaux d'affichage de la ville à la disposition de l'institution afin qu'il puisse diffuser ses informations sur les droits de l'enfant.


 

 

CRC @ 20


La Convention sur les
droits de l'enfant a
20 ans

Tous les droits,
pour tous les enfants

(Site Web en anglais)

Recherche