Fédération de Russie

L’UNICEF aide les enfants souffrant d’un handicap à rejoindre l’enseignement habituel

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
la femme du secrétaire général des Nations Unies, madame Ban Soon-taek, a rendu visite à l'École 142, une école de Moscou qui est une école pilote dans le nouveau programme de l'UNICEF visant à inclure les enfants ayant des besoins spécifiques dans le système d'enseignement régulier.

Par Masha Gorbachova

MOSCOU, Russie, 11 avril 2008 – Le 9 avril, la femme du secrétaire général des Nations Unies, madame Ban Soon-taek, a rendu visite à l'École 142, une école de Moscou qui est une école pilote dans le nouveau programme de l'UNICEF visant à inclure les enfants ayant des besoins spécifiques dans le système d'enseignement régulier.

Madame Ban été accompagnée par l'épouse du ministre des affaires étrangères de Russie, madame Nana Yakovenko, ainsi que le représentant de l'UNICEF en Russie Carel de Rooy. Elles étaient notamment accompagnées de quelques officiers du Département de l'éducation de Moscou.

Durant sa visite, elle s'est entretenue avec le directeur ainsi que les employés de l'école. Elle a également visité les classes des plus jeunes élèves et a échangé avec leurs parents.

Promotion d'une éducation inclusive

L’école 142 – un vaste bâtiment moderne au centre de Moscou – a souscrit à ’initiative de l’UNICEF en faveur de l’école accessible à tous en 2004. Il s’agit d’une école secondaire habituelle, qui accueille également 25 élèves souffrant de divers handicaps et ayant des besoins spécifiques.

Anton, âgé de 10 ans, est atteint du syndrome de Down. Avant d’entrer à l’école 142, il allait dans une école spéciale, où il ne recevait pas, selon sa grand-mère Tatiana, l’éducation qui lui convenait.

« Il ne savait ni lire ni écrire.  Il ignorait même comment tenir un stylo. En classe, il ne faisait que s’asseoir, jouer ou flâner dans la salle – mais il n’étudiait pas », affirme Tatiana.

Aujourd’hui, Anton connaît l’alphabet et il apprend à lire et écrire. Il bénéficie régulièrement de séances dirigées par un psychologue, un orthophoniste et d’autres spécialistes. Il souhaite devenir acteur et jouer dans un théâtre pour enfants atteints du syndrome de Down.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Une écolière à l’École 142 à Moscou, Durant la visite de madame Ban à son école inclusive.

Changer les mentalités

Depuis des décennies, à Moscou, les enfants et les adultes handicapés sont pratiquement tenus à l’écart de la société, qui n’est guère sensibilisée aux personnes souffrant d’un handicap.

Encore récemment, à Moscou, les enfants ayant besoin de soins spécifiques n’avaient que deux options : étudier à la maison avec un professeur ne venant que quelques heures par semaine, ou bien aller dans une école spécialisée. 

Aujourd’hui, l’UNICEF Russie et son partenaire, l’ONG de défense des droits de l’invalidité «Perspectiva»  encouragent une éducation accessible à tous, ce qui implique d’intégrer socialement à l’école les enfants handicapés et de promouvoir la tolérance dans la société.

L’UNICEF Russie et Perspectiva organisent également des séminaires pour les enseignants sur les meilleurs moyens d’intégrer dans leurs classes les enfants ayant des besoins spécifiques et ils mobilisent des fonds pour faciliter l’accès aux locaux scolaires en augmentant le nombre de rampes et d’ascenseurs.

Commencer tôt

Cependant, le fait d’entrer dans le bâtiment ne constitue que le premier pas. Katya, neuf ans, subit les séquelles d’une paralysie cérébrale infantile. Sa mère, Galina, dit que la plus dure épreuve qu’il lui faut affronter ce sont les réactions des autres enfants.

« J’avais très peur qu’ils la regardent fixement, en la désignant du doigt et en demandant ce qui n’allait pas chez elle – c’est généralement ce qui arrive chaque fois que nous sortons, elle et moi », a dit Galina.

Katya perçoit toute l’importance de l’éducation et envisage d’obtenir un diplôme universitaire. Elle rêve d’avoir plus tard un métier tel que militante pour les droits des animaux – ce qui, grâce au travail de l’UNICEF et de ses partenaires, a toutes les chances de se réaliser.

« Il nous faut commencer tôt », a dit Galina. « Mais, si les enfants s’habituent à voir un handicapé juste à côté d’eux, ils vont apprendre à être plus gentils, plus tolérants et attentifs. »


 

 

Vidéo (en anglais)

11 avril 2008 :
Chris Niles, correspondant de l’UNICEF, rend compte de la visite de Mme Ban Soon-taek dans une école pilote de Moscou.
 VIDEO  haut | bas

Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Recherche