En bref: Philippines

Un partenariat pour une meilleure nutrition dans les communautés rurales de pêcheurs aux Philippines

Les niveaux de malnutrition sont élevés dans de nombreuses communautés rurales de pêcheurs, où les familles vendent souvent tous les poissons qu'ils ont pêchés. Le riz constitue la base de leur alimentation.  Télécharger cette vidéo

 

Par Guy Hubbard

Bien que les Philippines fassent partie des pays à revenu intermédiaire, le pays compte encore de vastes zones de pauvreté et affiche des taux élevés de malnutrition. Un programme communautaire soutenu par l'Union européenne et l'UNICEF vise à promouvoir l'allaitement maternel et une nutrition adéquate et insiste sur l'importance d'une alimentation équilibrée.

Tigbauan, Philippines, le 15 mai 2014 -  Janelle Agoriles ramasse son carnet de santé rose et se  met en route pour le centre de santé local. Enceinte de son quatrième enfant, elle vient ici chaque mois depuis les cinq derniers mois. « J’ai commencé à venir au centre de santé lors du troisième mois de ma grossesse, dit-elle. Mon mari m’a conseillée et encouragée à faire un examen prénatal pour moi et pour mon bébé, pour que nous puissions recevoir les soins appropriés. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Les femmes apprennent ce qu’il faut savoir sur l’allaitement, une bonne nutrition et l'importance d'une alimentation équilibrée et variée, grâce à un programme financé par l'Union européenne et coordonné par l'UNICEF en partenariat avec le Gouvernement.

Mary Anne, la sage-femme de Janelle, commence l'examen, tout en posant des questions à Janelle sur son alimentation et ses habitudes alimentaires. Elle lui donne aussi des conseils sur la façon de nourrir et soigner le bébé à naître, en insistant sur l’importance d’un allaitement exclusif au sein pendant les six premiers mois.  « Quand j'ai commencé les soins prénatals, ma sage-femme m'a conseillée de ne pas accoucher à la maison mais plutôt au centre de santé ou à l'hôpital. La sage-femme m'a dit aussi que, après l’accouchement, je devrai allaiter mon bébé, pour son bien à lui. »

Avant le départ de Janelle, Mary Anne lui donne des comprimés de fer et d'acide folique pour sa propre santé et des micronutriments en poudre pour son jeune enfant. Devant le bureau de Mary Anne, la file d'attente s’est allongée. Mais chaque femme enceinte recevra les mêmes soins, les mêmes conseils et les mêmes suppléments nutritionnels. En outre, une fois que leurs bébés seront nés, elles seront toutes encouragées à continuer à passer au centre.

« Après sa naissance, le bébé continue à être amené ici, dit Mary Anne. Je conseille l'allaitement maternel exclusif – les bébés ne doivent pas boire d’eau ni recevoir des vitamines pendant six mois. A six mois, je conseille aux mères d’entamer l'alimentation complémentaire. »

Atteindre les OMD

De retour dans le « barangay » (le quartier) où vit Janelle, un cours de nutrition pour les femmes enceintes et les mères avec de jeunes enfants a commencé. Ces classes ciblent les familles pauvres – celles qui reçoivent des prestations du gouvernement sont d’ailleurs obligées d’y assister. Ici, elles apprennent ce qu’il faut savoir sur l’allaitement, une bonne nutrition et l'importance d'une alimentation équilibrée et variée. Beaucoup d'entre elles ne savent pas comment nourrir au mieux leurs enfants et comptent souvent excessivement sur le riz, un régime qu’elles complètent parfois avec du poisson et des légumes. Certes, la plupart des maris sont des pêcheurs mais ils vendent toutes leurs prises.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Janelle, enceinte de son quatrième enfant, prépare un repas avec son mari et sa fille. Grâce à ce programme, Janelle reçoit des conseils de nutrition ainsi que des comprimés de fer et d'acide folique au cours des visites prénatales.

Cet effort global visant les femmes enceintes et des jeunes enfants s’inscrit dans le cadre d’une campagne lancée contre la malnutrition aux Philippines. Financé par l'Union européenne et coordonné par l'UNICEF en partenariat avec le Gouvernement des Philippines, le programme s’efforce de contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement qui sont axés sur la nutrition.

Bien que les Philippines aient désignées «  pays à revenu intermédiaire » en 2009, il y subsiste de vastes zones de pauvreté et le pays accuse des taux élevés de malnutrition - 22 pour cent des enfants souffrent d'insuffisance pondérale et 32 pour cent d’un retard de croissance. Le programme vise donc à bénéficier à 721 000 millions d'enfants âgés de 0 à 23 mois et à 1,1 million de femmes enceintes et allaitantes à Bicol, dans les Visayas occidentales et dans les régions de Zamboanga.

Jusqu'à présent,  cela semble marcher. Dr Josefa Monserate, Chef de la santé à l'Unité de santé Tigbauan, travaille dans ce domaine depuis plus de 15 ans, et elle a vu de ses propres yeux l'impact du programme.  « En 2009, avant ce projet, le taux de prévalence de la malnutrition ici dans notre municipalité était de 17 pour cent, explique t-elle. Mais maintenant, après la mise en œuvre de ce projet, nous avons un taux de prévalence de 1,5 pour cent, en comptant les enfants âgés de 0 à 71 mois souffrant de malnutrition aiguë et ceux de malnutrition sévère.

 Une nouvelle routine

À la maison, Janelle et son mari, Edgar, préparent le déjeuner ensemble comme ils le font chaque jour. Il vend du poisson au marché local et, depuis qu’il a appris tant de choses sur la nutrition et l'importance d'une alimentation équilibrée, il ramène tous les jours du poisson à la maison. Janelle ajoute des micronutriments en poudre dans l'assiette de leur plus jeune enfant et la famille s'assoit pour manger ensemble.

Janelle est convaincue que les soins prénatals, les conseils et les suppléments nutritionnels ont eu un gros impact sur sa propre famille. « Je crois qu’en allaitant mes bébés et en leur donnant ensuite une alimentation nutritive, j’assure leur bonne santé. Cela les empêche également de tomber malades et cela les aide aussi à réussir à l’école », dit-elle. Et elle ajoute : « Je voudrais dire aux femmes enceintes qu’elles devraient faire des examens prénataux pour recevoir des conseils de la sage-femme, obtenir des suppléments de vitamines pour la mère et aussi pour le bébé , être bien nourries et s’assurer un état de bien-être. »


 

 

Photographie : L' UE soutient la nutrition en Asie

Partenariat UNICEF-Union européenne

Recherche