En bref: Philippines

L’Union européenne et l'UNICEF unissent leurs forces contre la malnutrition des enfants aux Philippines

Les catastrophes naturelles, une dépendance excessive envers le riz et un faible niveau de l'allaitement maternel expliquent que les enfants philippins fassent partie de ceux qui souffrent le plus de malnutrition dans la région.  Télécharger cette vidéo

 

Par Guy Hubbard

POLANGUI, Philippines, le 12 mai 2014 – Le Mont Mayon domine les rizières de Polangui. La présence de ce volcan actif rappelle constamment que ces champs sont entourés d’une véritable ceinture de feu.

Les Philippines sont régulièrement affectées par des typhons, des tremblements de terre et des éruptions volcaniques, des événements qui bouleversent chaque année la vie de milliers, sinon de millions, de personnes chaque année.

Le fait que le pays soit ainsi exposé à ces catastrophes naturelles est l'une des raisons du taux de malnutrition des Philippines, l’un des plus élevés de la région.

Mais ce n'est pas la seule raison.

Aux secteurs de pauvreté correspondent des secteurs de dénutrition

En 2009, les Philippines ont été classées dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire. On y constate cependant des niveaux élevés de pauvreté, en particulier dans les zones rurales.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Une initiative menée par le Gouvernement et l'Union européenne avec le soutien de l'UNICEF favorise l’autonomisation des femmes en vue d’améliorer leur nutrition et celle de leurs familles.

Une dépendance excessive envers le riz, de faibles niveaux d’allaitement maternel et les risques récurrents de catastrophe naturelle, facteurs aggravés par la pauvreté, font que les enfants ne mangent pas assez. Vingt-deux pour cent des enfants de moins de 5 ans aux Philippines souffrent d'insuffisance pondérale. Trente-deux pour cent d’entre eux accusent un retard de croissance.

Mais grâce à une initiative nutritionnelle ciblant les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans, l'UNICEF, l'Union européenne et le Gouvernement des Philippines commencent à faire bouger les choses.

La formation d’une équipe de conseillers

Eilile Onrubia fait partie d'une équipe de conseillers de Napo Barangay, un village rizicole rural de la region de Polangui, non loin de Legazpi. Sous la direction du chef de « barangay », Mme Onrubia et son équipe ont formé un conseil de la nutrition. Les conseillers sont chargés de faire du porte-à-porte pour parler aux mères et aux femmes enceintes de ce que doit être une bonne nutrition,  pour elles-mêmes et pour leurs familles. Le principal objectif de la discussion est l'allaitement maternel. Le conseil se réunit une fois par mois pour partager les succès et les problèmes, et les conseillers retournent ensuite à leurs activités.

Mme Onrubia dit qu’elle s’est décidée à se joindre à l'équipe quand elle a accouché de sa petite fille. « J'ai été invitée à participer à un séminaire sur l'allaitement maternel, et puis on m’a enseigné comment allaiter correctement, explique t-elle. J'avais eu du mal avec l'allaitement pour mes trois premiers enfants, et je me suis rendu compte que je m’y prenais mal. »

« Après, je me suis dit que je pouvais aider les autres mères et leur montrer l’importance de l'allaitement maternel. »

Les conseillers parlent de nutrition

Ici, la plupart des femmes travaillent de longues journées dans les rizières. Comme elles ont peu de temps pour allaiter leurs enfants, disent-elles, elles préfèrent compter sur le lait maternisé. Il arrive que celles qui allaitent -- souvent les mères les plus pauvres, qui n’ont pas les moyens de s’acheter du lait maternisé – ne s’y prennent pas bien et elles peuvent arrêter un ou deux mois après la naissance du bébé.

Cette région a toujours eu l'un des taux de malnutrition les plus élevés des enfants de moins de 5 ans aux Philippines. Mais, ici, à Napo Barangay, les choses changent.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Video
Une conseillère rencontre une mère et son enfant. Les conseillers font du porte-à-porte, enseignant aux femmes les meilleures pratiques en matière de nutrition, en mettant l'accent sur les avantages pour la santé des enfants de l'allaitement au sein exclusif pendant les six premiers mois de la vie.

Mme Onrubia et les autres conseillers encouragent l'allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois. Et les séances de consultation se poursuivent à mesure que les enfants grandissent.

Maria Antonette Sarte a quatre enfants. Elle a eu des problemes pour allaiter les trois premiers, et a choisi de leur donner du lait maternisé à la place.  « Je ne me sentais pas à l'aise, dit-elle, parce que vous ne pouvez pas vous déplacer librement et vous devez toujours porter l'enfant avec vous. »

Puis elle a rencontré Mme Onrubia.

Elle a décidé d'allaiter son quatrième enfant. Elle a remarqué une différence.

« Les conseillers m'ont expliqué les avantages de l'allaitement, et je leur suis reconnaissante parce que l'enfant qui a été allaité a été en bien meilleure santé que mes enfants plus âgés. »

Des jardins abondants pour des familles en meilleure santé

Maintenir une bonne nutrition, cela favorise un bon départ dans la vie. Mme Onrubia et les autres conseillers travaillent avec les mères pour leur montrer comment nourrir leurs enfants avec des aliments complémentaires tels que des légumes et des racines comestibles.

Et pour s’assurer un approvisionnement régulier en fruits et légumes, le « barangay » a créé un jardin communautaire, sous la direction du chef de « barangay ». La récolte permet de compléter les besoins nutritionnels des familles pauvres.

« On nous a également donné des semences à planter dans notre cour de sorte que, même si nous n'avons pas d’argent pour acheter de la nourriture, nous avons fait pousser des légumes qui sont nutritionnels, dit Mme Onrubia. Le jardin communal est notre source de nourriture, et on peut manger les légumes ou les vendre et se partager l'argent. Nous pouvons donc gagner de l'argent avec nos récoltes. »

Le soir tombe sur le « barangay » et Mme Onrubia retourne à la maison. Elle se met à préparer le dîner pour sa famille. Le dîner est un mélange nutritif de poisson, de légumes et de riz. Les enfants sont vigoureux et grandissent en bonne santé.

Et, avec l'aide de Mme Onrubia et de son équipe, les enfants des voisins aussi.

Pour en savoir plus sur les besoins humanitaires dans les Philippines:

Explorez UNICEF Philippines sur le Web.

Visitez le Facebook UNICEF Philippines.

Suivez @unicefphils sur Twitter.


 

 

Photographie : L' EU soutient la nutrition en Asie

Partenariat UNICEF-Union européenne

Recherche