En bref: Philippines

L’aide d’urgence commence à arriver dans les secteurs des Philippines touchés par le typhon et les glissements de terrain

Image de l'UNICEF
© UNICEF Philippines/2006/Bito
À Santo Domingo, aux Philippines, Rico, 7 ans, marche le long de la rue principale du village de San Isidro. Des pluies diluviennes et des vents violents ont enseveli le village sous la boue et des débris volcaniques.

Par Sabine Dolan

NEW YORK, États-Unis, 5 décembre 2006 – Aux Philippines, le nombre des victimes du typhon Reming, appelé aussi Durian, dépasse à présent 570, selon les derniers chiffres officiels.

Ce typhon exceptionnel a frappé le 30 novembre et le 1er décembre 2006, entraînant des torrents de boue et de débris volcaniques qui ont enseveli huit villages à proximité du Mont Mayo dans la région de Bicol. On compterait 1 000 blessés et il y aurait encore 470 disparus.

« Il est hautement probable que les disparus soient morts », dit Dale Rutstein, responsable de la communication de l’UNICEF. « Le désordre est incroyable. Les corps ont été emportés d’un village, réunis et entassés dans un autre. Certains d’entre eux n’ont pas été encore identifiés ».

Les secours d’urgence commencent à parvenir dans les communautés sinistrées, mais c’est toujours un défi d’arriver jusqu’à elles. Les inondations subites ont isolé totalement un bon nombre des villages les plus sévèrement touchés.

Des colis sanitaires d’urgence arrivent

« Il est difficile de parvenir jusque là et de se déplacer », explique M. Rutstein. « Même aujourd’hui, lorsque l’équipe d’évaluation de l’UNICEF est arrivée sur place, il y avait vraiment très peu de centres d’évacuation créés et très peu de produits de secours à la disposition du grand nombre de personnes qui en ont besoin ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF Philippines/2006/Bito
Levine Noila, 25 ans, et sa fille de deux ans Ayana Raven devant le logement de ses parents, à San Rafael, Guinobatan, aux Philippines. Son père (à l’arrière plan) essaye de déblayer les débris.

Deux livraisons sont à présent parvenues dans la zone sinistrée, en particulier des colis sanitaires d’urgence, contenant des fournitures médicales essentielles pour 10 000 personnes. M. Rutstein dit que l’aide a été expédiée quelques heures après que la catastrophe se soit produite.

« Nous étions vraiment en train de nous préparer au typhon avant qu’il ne frappe », note-t-il. « Le lundi, nous avons envoyé pour une valeur d’environ 47 000 dollars US de conserves, de sardines et riz, ainsi que des couvertures, des feuilles de plastique et des comprimés de purification de l’eau. C’est arrivé aujourd’hui. Et vendredi nous nous préparons pour une expédition plus importante ».

Jusqu’à 1 million de personnes touchées

Les approvisionnements, qui doivent être livrées par camion, comprennent :

  • 4 000 tentes, chacune d’elle étant destinée à servir d’abri à une famille
  • 60 citernes d’eau de grande capacité
  • 4 000 bidons pour l’acheminement de l’eau
  • 4 000 moustiquaires pour prévenir le paludisme.

« Nous prévoyons que d’ici demain nous disposerons de bien plus d’informations sur ce qui est nécessaire et sur les secteurs où l’UNICEF doit fournir son aide », dit M. Rutstein.
Les équipes d’évaluation de l’UNICEF, qui travaillent sur les zones touchées, estiment que le nombre des personnes sinistrées atteindrait 1 million, dont peut-être 45 pour cent d’enfants. Pendant ce temps-là, Durian a ravagé le Viet Nam, causant beaucoup de victimes, et il se dirige maintenant vers la Thaïlande.


 

 

Audio (en anglais)

5 décembre 2006 :
Lle responsable de la communication de l’UNICEF, Dale Rutstein, décrit les coulées de boue occasionnant des ravages dans les communautés aux Philippines.
AUDIO écouter

Recherche