En bref: Philippines

Arrivée de secours pour les rescapés du glissement de terrain

Image de l'UNICEF
© REUTERS/Bobby Yip
Rosmarie Sibunga, 6 ans, est étendue sur un lit d’hôpital après son sauvetage dans le village de Guinsaugon, qui était enseveli sous les boues. Pour se sauver, elle a grimpé sur un cocotier. Sa mère est toujours portée disparue.

Par Nilo A. Yacat et Sabine Dolan

SAN BERNARDO, Philippines, 20 février 2006 – L’aide internationale destinée aux survivants du glissement de terrain, survenu vendredi aux Philippines, commence à affluer. Les premières expéditions d’approvisionnements de l’UNICEF – notamment des médicaments de première nécessité, de l’équipement médical et des comprimés de purification de l’eau – sont arrivées dès le lendemain. Les efforts de secours sont accomplis en coordination avec les Forces armées philippines et la Croix-Rouge.

On estime à l’heure actuelle qu’il y aurait de 1 000 à 1 500 disparus. Plus de 80 corps ont été retrouvés.

La pluie ininterrompue entrave les recherches et les efforts de secours ; elle pourrait même entraîner un second glissement de terrain. « En ce moment, la situation est plutôt mauvaise », a déclaré le Représentant de l’UNICEF aux Philippines, le Docteur Nicholas Alipui. « On prévoit dans cette zone une nouvelle dépression tropicale, ainsi que des glissements de terrains qui seraient même plus importants. Aussi, nous nous attendons au pire. »

Image de l'UNICEF
© REUTER/Romeo Ranoco
Les approvisionnements que transportent ces soldats philippins à l’aéroport de Tacloban sont destinés aux centaines de victimes du glissement de terrain survenu dans la province de Leyte.

Centres d’accueil

Le vendredi 17 février, à 9 heures du matin, un gigantesque torrent de boue a déferlé sur le village de Guinsaugon, dans la province de Leyte. La pluie, qui n’avait pas cessé de tomber au cours des deux dernières semaines, avait raviné le flanc du Mont Can-abag, causant la coulée de boue qui a recouvert 90 pour cent du village.

« Les recherches et les secours ont été centrés sur l’école. En effet, c’est là qu’étaient réunis, ce vendredi, lorsque le drame a éclaté, 253 élèves, afin de subir le test du niveau des connaissances, effectué à l’échelle nationale », a dit le Docteur Alipui.

On a sauvé seulement 20 enfants, dont une petite fille d’un an. Six enseignants et un directeur figurent parmi les personnes portées disparues.

Plus de 4 000 personnes des villages environnants ont été acheminées vers sept centres d’accueil.

Colis de secours

Le Représentant de l’UNICEF, Nicholas Alipui, indique qu’on a pu constater une aide massive de la part des pays voisins et de la communauté internationale. Un détachement de 200 Marines américains participe à l’effort de secours. « Le défi principal est à présent de coordonner toute l’aide qui afflue », dit-il.

Image de l'UNICEF
© REUTERS/Stringer
Un villageois tient dans ses mains une photo de son fils, alors que les sauveteurs locaux sont rejoints par des Marines américains et des agents taïwanais et malaisiens, dans le village de Guinsaugon.

L’aide se concentre sur l’eau et l’assainissement, la réalisation d’évaluations médicales et la fourniture aux rescapés d’une nutrition appropriée. Une équipe des Nations Unies pour la coordination en cas de catastrophe va être bientôt envoyée dans le sud de la province de Leyte afin d’évaluer les besoins d’urgence.

Mardi, l’UNICEF va dépêcher une seconde équipe de secours avec du personnel médical et des colis de secours préemballés pour 1 400 familles évacuées.  Ces colis contiennent des moustiquaires, des couvertures, des tapis, des ustensiles de cuisine, de la vaisselle et des brocs pour l’eau.

« Les familles qui se trouvent dans les centres d’accueil veulent faire elles-mêmes leur cuisine mais elles n’ont rien pour cela », constate l’assistante social Romana Quizon, qui attend impatiemment les colis.

Risques géologiques

On recherche d’urgence des fournitures médicales. Certains enfants se trouvant dans les centres d’accueil souffrent d’infections des voies respiratoires supérieures ou bien de diarrhées, ce qui peut mettre leur vie en danger, en raison de la déshydratation.

L’UNICEF coopère avec les autorités locales pour le redémarrage des activités éducatives concernant les 800 élèves des communautés sinistrées.

En janvier 2004, l’UNICEF a fourni une aide d’urgence aux villes de San Ricardo et de Liloan, lorsque deux villages ont été ensevelis par des glissements de terrain, tuant plus de 200 personnes et touchant plus de 2 000 familles.

Dans le sud de Leyte, on compte parmi les risques géologiques les glissements de terrain provoqués par l’érosion, dans les montagnes, et la proximité de la fosse marine des Philippines, un site d’activité sismique.

L’UNICEF suit actuellement la situation météorologique dans sept communautés se trouvant dans la zone côtière orientale. « Il y a déjà eu trop de souffrances », a dit le Docteur Alipui.

Eric Mullerbeck a contribué à cet article.


 

 

Vidéo (en anglais)

22 Février 2006:
Reportage de Sabine Dolan, correspondante de l'UNICEF, sur les efforts pour localiser des survivants du glissement de terrain qui a touché le village de Guinsaugon, dans la province de Leyte aux Philippines.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnelle chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

20 février 2006 :
Le Représentant de l’UNICEF aux Philippines, le Docteur Nicholas Alipui, décrit les ravages causés par les glissements de terrain dans la province de Leyte.
PLAY AUDIO
Recherche