En bref: Panama

L'UNICEF et le PAM tracent une "nouvelle voie" vers la réalisation des objectifs de développement en Amérique latine et aux Caraïbes

Image de l'UNICEF
© UNICEF Panama/2006/Ochoa
À la réunion de Panama (de gauche à droite) : le Directeur de la City of Knowledge Foundation, Jorge Arosemena, le Directeur Exécutif du Programme alimentaire mondial, James Morris, le Directeur régional de l’UNICEF pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Nils Kastberg, le Vice-président du Panama, Samuel Lewis Navarro, la Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman et le Président de la City of Knowledge Foundation, Juan David Morgan.

Par Robert Cohen

PANAMA CITY, Panama, 10 mai 2006 –La Directrice générale de l’UNICEF Ann M. Veneman et le Directeur général du Programme alimentaire mondial (PAM), James Morris ont effectué leur première visite conjointe en Amérique latine hier à l’occasion d’une réunion historique avec les dirigeants des bureaux de pays et régionaux des deux institutions. Leur objectif : élaborer un plan conjoint pour accélérer la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et améliorer la vie des 118 millions d’enfants vivant dans la pauvreté en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Mme Veneman et M. Morris ont souligné que seul un véritablement mouvement à l’échelle de la région permettrait d’en finir avec la pauvreté et la famine et d’enrayer la propagation croissante du VIH/SIDA, qualifiée de « honteuse » et « inacceptable » par M. Morris.

Les deux dirigeants ont affirmé qu’il était important que les organisations des Nations Unies parlent d’une seule voix dans le soutien qu’elles apportent aux politiques publiques favorisant un changement systémique plutôt qu’au coup par coup. Ils ont mis l’accent sur la nécessité de déclencher une action d’assistance aux populations de la région qui souffrent le plus de la pauvreté et de l’exclusion. 

« En raison de l’inégalité et de la pauvreté, des millions d’enfants sont exclus du progrès – en particulier les enfants autochtones et ceux d’origine africaine », a déclaré Mme Veneman. « Lorsque des enfants ont grandi dans une extrême pauvreté, cela peut avoir pour eux – et pour leur pays –  des conséquences durables ».

M. Morris a affirmé, à propos de la malnutrition chronique qui touche 16 pour cent des enfants de la région, qu’il était « parfaitement possible d’éradiquer le problème en dix ans ». Le prix à payer pour cela « n’est pas très élevé …mais le prix que les populations auront à payer si on ne le fait pas est inimaginable. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre », a-t-il dit.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Panama/2006/Ochoa
La Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, arrive à la réunion avec le Directeur régional de l’UNICEF pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Nils Kastberg.

Rassembler les organisations

Mme Veneman a ajouté qu’il n’y avait pas au monde de meilleur exemple concret de la réforme des Nations Unies que ce qui se passe à Panama, devenue une plaque tournante régionale de l’ONU à l’invitation du Gouvernement panaméen. Elle a dit que le rassemblement des organisations des Nations Unies autour de stratégies communes aux niveaux de la région et du pays était « une nouvelle façon de travailler » en faveur du développement et de l’action humanitaire.

Dans le même esprit, les équipes de l’UNICEF et du PAM ont affirmé qu’elles redoubleraient d’efforts pour atteindre tous les enfants de la région et que même, dans certains cas, elles essaieraient de fixer des cibles allant au-delà des objectifs de développement décidés par la communauté internationale. Par exemple, comme la plus grande partie de la région Amérique latine/Caraïbes est bien partie pour atteindre la cible de la malnutrition des enfants – diminuer de moitié la proportion des enfants souffrant d’insuffisance pondérale d’ici à 2015 --, les deux institutions sont convenues de poursuivre l’objectif de « zéro de malnutrition chronique » chez les enfants de la région au cours des 10 années à venir. Et alors que les OMD demandent que l’on enraye et inverse la propagation du VIH/SIDA d’ici à la date butoir, la campagne UNISSONS-NOUS POUR LES ENFANTS, CONTRE LE SIDA, en Amérique latine et aux Caraïbes, vise  « zéro de transmission du virus VIH de la mère à l’enfant » et un approvisionnement universel en traitements pédiatriques contre le VIH/SIDA.

L’UNICEF et le PAM, ainsi que plusieurs autres organismes agences des Nations Unies, ont installé des bureaux régionaux dans la City of Knowledge, près du Canal de Panama, et des négociations sont en cours afin de réunir toutes les organisations dans ce qui serait le premier bureau régional des Nations Unies. 

Mme Veneman et M. Morris ont rencontré le Président du Panama, Martin Torrijos, et le Vice-président et Ministre des affaires étrangères, Samuel Lewis Navarro, afin de les remercier d’accueillir les institutions de l’ONU avec autant d’hospitalité.


 

 

Vidéo (en anglais)

9 mai 2006 :
la Directrice générale de l’UNICEF, Ann M. Veneman, décrit les avantages que les enfants retirent d’une coopération avec d’autres organisations des Nations Unies dans la lutte contre la faim et la maladie.

bas | haut débit
(Real player)

Recherche