Pakistan

Au Pakistan, à la suite des inondations, l'UNICEF et ses partenaires offrent des cours d'hygiène et assurent la distribution d'eau potable

Par Raheela Chaudhry

SINDH, Pakistan, 13 décembre 2011 – Au Pakistan, des dizaines de milliers d'enfants affectés par les inondations restent protégés des maladies grâce à un approvisionnement en eau potable, à des  sanitaires et à des cours d'hygiène. Mais le manque de financement fait peser un doute sur l'aide humanitaire à venir.

VIDÉO (en anglais) : au Pakistan, des dizaines de milliers d'enfants affectés par les inondations restent protégés de maladies grâce à un approvisionnement d'urgence en eau potable, à des sanitaires et à des cours sur d''hygiène.  Regarder dans RealPlayer

 

Wallo, 13 ans, fait partie des 5,15 millions de personnes des province du Sindh et du Balouchistan sinistrées par la catastrophe naturelle, la majorité étant des enfants et des femmes. Wallo participe désormais à des cours d'hygiène avec à peu près 30 autres enfants, apprenant les règles d'une meilleure l'hygiène comme le lavage des mains avec du savon. Les séances se déroulent deux fois par mois pour les enfants et leurs familles. Des cours comme ceux-ci sont administrés par l'UNICEF et ses partenaires dans les zones touchées par les inondations où les systèmes d'alimentation en eau endommagés, les sources d'eau contaminées, l'absence de toilettes et la surpopulation contribuent à la propagation des maladies.  

« On nous a appris à nous laver les dents le matin, à prendre des bains régulièrement et à garder nos ongles propres », explique Wallo.

L'UNICEF s'occupe de fournir le matériel

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2011/ Chaudhry
Wallo, 13 ans, montre fièrement ses mains et ses ongles propres, quelque chose dont elle a appris l'importance grâce à des cours d'hygiène appuyés par l'UNICEF.

Outre une éducation sur les règles d'hygiène, Wallo et sa famille ont reçu un kit d'hygiène qui contient assez d'accessoires de première nécessité pour tenir trois mois. Le kit comprend l'essentiel, comme des grandes tasses, du savon, du dentifrice, de quoi se laver et des serviettes. 

Depuis les inondations d’août et septembre de cette année, l'UNICEF et les agences partenaires ont distribué des kits d’hygiène familiaux à des dizaines de milliers de familles, touchant plus d'1,5 million de personnes. Un nombre similaire a bénéficié d'informations sur de meilleures habitudes d'hygiène.
 
« Au début, les enfants se promenaient pieds nus et les sanitaires étaient un gros problème », explique Khair Mohammad, du Programme de soutien rural national, un des partenaires de mise en oeuvre de l'UNICEF. « Avant, les gens de ces communautés, particulièrement les femmes, ne prenaient même pas de bain ; aujourd'hui il y a beaucoup d'amélioration ».  

Eau salubre

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2011/ Chaudhry
Des toilettes provisoires comme celle-ci (la structure bleue) répondent à une nécessité cruciale pour les enfants et les familles déplacées par les inondations.

L'UNICEF et ses partenaires humanitaires ont permis à plus d'un million de personnes de disposer d'eau potable. Lors d'une opération de purification de l'eau et de prévention des maladies d'origine hydrique, l'UNICEF a distribué 4,6 millions de comprimés pour la purification de l'eau et deux millions de doses pour le traitement de l'eau. Les communautés à qui sont distribuées ces fournitures reçoivent aussi des cours de démonstration pour leur utilisation pratique et on leur en explique les avantages, dont la réduction des maladies diarrhéiques. De l'eau est actuellement distribuée quotidiennement à près de 800 000 personnes dont 407 825 enfants grâce à des camions-citernes, à un traitement de l'eau à domicile et à des pompes manuelles.   

L'UNICEF a également installé plus de 14 300 latrines provisoires dans huit secteurs durement touchés de la province du Sindh, desservant 416 460 personnes dont 189 800 enfants. Outre l'amélioration des sanitaires, les toilettes permettent aux filles et aux femmes de s'isoler et de rétablir un certain niveau de dignité. 

Besoin d'une aide supplémentaire

À ce jour, 18,4 millions de dollars É-U. ont été reçus pour appuyer les opérations d'eau, d'assainissement et d'hygiène, laissant un déficit de financement de 63 pour cent dans ce domaine essentiel de l'aide humanitaire. Faute de fonds supplémentaires, ces opérations devront être réduites, et la remise en état des systèmes d'eau et d'assainissement dans les communautés ayant subi des dégâts ou ayant été détruites sera compromise. 


 

 

Recherche