Pakistan

Six mois après les inondations au Pakistan, la malnutrition frappe durement les zones affectées

Par Malcolm Brabant

Il y a six mois, le Pakistan a été frappé par les pires inondations de son histoire. Plus de 20 millions de personnes ont été affectées. Ce récit s’intègre dans une série illustrant l’impact durable de la crise.

PROVINCE DU SINDH, Pakistan, 27 janvier 2011 – Les eaux des crues qui ont dévasté le Pakistan d’un bout à l’autre il y a six mois se sont retirées en laissant apparaître une nouvelle crise humanitaire : la malnutrition infantile. « Je n’ai pas vu de tels niveaux de malnutrition depuis les pires famines en Éthiopie, au Darfour et au Tchad. C’est choquant, c’est épouvantable », a déclaré Karen Allen, la représentante adjointe de l’UNICEF au Pakistan.
VIDÉO (en anglais) : 21 janvier 2011 - Malcolm Brabant, de l’UNICEF, décrit la crise nutritionnelle qui touche les enfants dans les zones du Pakistan frappées par des inondations massives il y a six mois.  Regarder dans RealPlayer

 

Même avant les inondations, fin juillet 2010, une étude approfondie menée dans la région la plus éprouvée – la province du Sindh dans le Sud du Pakistan – a indiqué que près d’un tiers des enfants âgés de moins de cinq ans affichaient un taux de malnutrition aiguë. Même si la malnutrition a toujours été répandue au Pakistan, ce problème s’est aggravé depuis les inondations.

« Des proportions effrayantes »

« Ce que nous voyons actuellement, c’est une crise humanitaire qui a atteint des proportions effrayantes », constate Kristen Elsby, responsable de la communication de l’UNICEF au Pakistan, lors d’une tournée dans des camps de secours et des dispensaires de la province du Sindh. « Des millions d’enfants sont gravement exposés à la malnutrition. Des bébés meurent et les mères risquent de mourir lors de l’accouchement ».

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Dans des zones du Pakistan affectées par les inondations, au sein d’un centre d’alimentation thérapeutique créé pour les enfants confrontés à la malnutrition, Ayaz, un an, est nourri par sa grand-mère avec un aliment hautement nutritif.

« Les inondations ont poussé les gens dans le gouffre », dit Mme Allen. « C’est vraiment aussi grave que ce qu’il m’a été donné de voir lors des pires situations d’urgence dans le monde ».

Par exemple, la  contribution de la Commission européenne à l’intervention nutritionnelle de l’UNICEF en faveur des populations affectées par les inondations dans les provinces du Sindh et du  Punjab, a été de 4 millions d’euros.

Des centres d’alimentation thérapeutique

À Shadatkot, dans le Nord de la province du Sindh, dans un centre de stabilisation aidé par l’UNICEF, Saleem Babbar, âgé de six mois, est couché dans les bras de sa mère, Husna, 40 ans, qui attend patiemment qu’on détermine l’état de Saleem. Celui-ci fixe de son regard le visage de sa mère avec ses yeux couleur noisette et il bouge sa bouche dans un appel au secours silencieux.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
On mesure le tour de la partie supérieure du bras d’un bébé pakistanais souffrant de malnutrition pour connaître son état nutritionnel.

Saleem est né le jour du début des inondations. Husna n’a pas pu l’allaiter au sein. Aussi est-il terriblement maigre et il souffre d’insuffisance pondérale.

« Lorsque mon enfant tombe malade, comme mère, je ressens une douleur à la poitrine », confie-t-elle. « Parfois il est malade toute la nuit, avec des éternuements et il brûle de fièvre... Je suis inquiète car sa respiration est rapide et bruyante. Je ne sais pas pourquoi et je ne sais pas ce que je peux faire ».

Saleem a des chances de s’en sortir, car sa mère s’est rendue compte de son état et l’a amené dans l’un des centres d’alimentation thérapeutique d’urgence qu’on a multipliés depuis que le fleuve Indus et ses affluents ont débordé. Il fait partie des enfants chanceux, car on a diagnostiqué son état.

Beaucoup d’autres enfants sont en danger de mort, n’ayant pas bénéficié de diagnostic ni de traitement. En raison de la pauvreté et du manque d’éducation, surtout dans les zones rurales, il arrive souvent que les parents ne reconnaissent pas les symptômes de la malnutrition. Ces parents en sont arrivés à considérer que les enfants de petite taille et chétifs constituent la norme.


 

 

Inondations au Pakistan

Au Pakistan, les familles déplacées par les nouvelles inondations font face à un avenir incertain
avec vidéo

L'UNICEF appuie la lutte contre la malnutrition infantile dans les districts pakistanais ravagés par les inondations
avec vidéo

L’UNICEF aide à reconstruire une école dans un village du nord-ouest du Pakistan ravagé par des inondations
avec vidéo

Des services de santé améliorés pour les mères et les nouveau-nés dans les villages touchés par les inondations au Pakistan
avec vidéo

L'histoire d'Ejaz : ce jeune garçon garde espoir après les inondations du Pakistan
avec vidéo

Les cliniques mobiles protègent les enfants contre la malnutrition au Pakistan après les inondations
avec vidéo

Des enfants suivent des cours dans un centre d'éducation temporaire mis en place par l'UNICEF dans le village de Mulla Wala au sud du Pendjab, au Pakistan
avec vidéo

Au Pakistan, l'UNICEF et ses partenaires apportent une assistance vitale malgré l'hiver rigoureux
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations de 2010, les enfants et les familles sont confrontés à des défis de plus en plus grands
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la situation reste désespérée
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la malnutrition frappe durement les zones affectées
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations et le conflit, les écoles de la vallée de Swat accueillent de nouveau les enfants
avec vidéo

Toutes les nouvelles
sur le Pakistan

Partenariat UNICEF-Union européenne

Recherche