Pakistan

Après les inondations au Pakistan, des espaces « amis des enfants » pour aider ceux et celles qui sont atteints de handicap

Par Raabya Amjad

PROVINCE DU SINDH, Pakistan, 15 octobre 2010 – Rehana, 12 ans, est une enfant atteinte d'un handicap dont les yeux ont simplement vu bien trop de souffrance pour quelqu'un de si jeune. Ayant fui avec sa famille les eaux de crues qui ont submergé sa maison dans la province du Sindh, au Pakistan, elle vit à présent dans un secteur pauvre de la province où les filles sont isolées au sein de leur communauté, ont un accès limité à l'école et ne peuvent pas gagner beaucoup d'argent.

VIDÉO (en anglais) : Le reportage de l'UNICEF sur les efforts indispensables menés pour mettre en place des espaces amis des enfants pour les enfants affectés par les inondations.  Regarder dans RealPlayer

 

En raison de cet isolement, les jeunes femmes sont souvent considérées comme une charge sur le plan économique et risquent d’être abandonnées ou de subir des violences physiques.

Rétablissement d'une situation normale

Rehana, aux côtés de ses sept frères et soeurs, ses parents et ses proches, vit actuellement dans l'un des 350 logements vacants des Services de l'énergie thermique qui ont été offerts par le gouvernement du district à quelque 700 familles déplacées.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010/Mudabir
A Jamshoro, dans la province du Sindh, au Pakistan, Rehana fait la vaisselle dans un abri provisoire offert par le gouvernement local.

Au Pakistan, des milliers d'enfants atteints de handicaps sont déjà menacés de violence, de sévices et d'exploitation et le déplacement provoqué par les inondations a extrêmement accru ces risques. Si une autre catastrophe se produisait, la situation pourrait même encore empirer.

« Quand les eaux de crues sont arrivées, nous étions en train de dormir, » se souvient Rehana. « Nous nous sommes réveillés alors que les gens criaient. Nous n'avons pas eu le temps de prendre quoi que ce soit. Nous avons eu seulement le temps de partir en courant avec les flots qui nous poursuivaient. »

L'UNICEF et ses partenaires travaillent d'arrache-pied pour aider les enfants et les familles affectés par les inondations. Un élément essentiel de cette opération implique la mise en place d'espaces amis des enfants – des zones sécurisées où les enfants peuvent étudier et jouer – et le rétablissement d'un semblant de normalité, de nouveau, dans leur vie.

La nouvelle se propage

Les espaces amis des enfants enseignent les aptitudes de base à la vie courante et offrent un dispositif d'aide psychosociale, indispensable. Il offre aussi des activités de loisirs pour permettre de donner un meilleur moral aux enfants traumatisés par les horreurs auxquelles ils ont assisté. L'UNICEF veille à encourager l'équilibre entre les sexes en encourageant la participation des jeunes filles. 

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010/Mudabir
Des enfants affectés par les inondations de la province du Sindh, au Pakistan, s'adonnent à des jeux de plein air dans un espace ami des enfants appuyé par l'UNICEF.

« Au début, quand nous sommes arrivés, nous étions très déprimés, » dit Rehana. « Ensuite, des agents humanitaires ont ouvert un centre pour les enfants et ont demandé à tous les enfants d'y prendre part. »

Au fur et à mesure que s'écoulaient les jours, la nouvelle selon laquelle un espace ami des enfants avait ouvert a commencé à se propager dans le secteur.  Lentement, les enfants ont commencé à y venir. Au début du mois d'octobre, 150 enfants s'y rendaient en deux sessions quotidiennes et ces chiffres continuent d'augmenter. Cette augmentation a entraîné la nécessité d'ouvrir de toute urgence deux espaces sécurisés supplémentaires.

« Quand Rehana est venue pour la première fois, elle avait très peur de tout ce qu'elle et sa famille avaient subi et elle n'avait aucune confiance en elle, » dit Noor, un responsable des droits de l'enfant appartenant à une ONG partenaire de l'UNICEF, « Thardeep Rural Development Programme ».  « Elle avait l'impression qu'elle n'était pas quelqu'un de bien parce qu'elle ne pouvait pas parler ou entendre comme les autres enfants. Nous avons commencé à travailler étroitement avec elle pour l'aider à surmonter sa peur et retrouver sa confiance en elle-même. »

« Au centre, le personnel est très gentil, » explique Rehana. « Nous jouons, dessinons et nous avons même des poupées pour nous amuser avec. J'avais une poupée dans mon village mais l'inondation l'a emportée. »

Atteindre les plus vulnérables

Le Dr Jabeen Fatima Abbas, Chargée de la protection de l'enfance à l'UNICEF, explique qu'après les inondations au Pakistan, bien plus reste à faire.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010/Mudabir
Rehana, 12 ans, en train de dessiner dans un espace ami des enfants de Jamshoro, dans la province du Sindh, au Pakistan.

« Bien que certaines [personnes] retournent dans leur village, il y a toujours des familles qui continueront à rester ici pendant quelques mois, » dit-elle. « Et avec l'hiver qui arrive bientôt, nous avons besoin d'améliorer nos opérations et de mettre en place davantage d'équipes pour nous rendre dans les districts sérieusement touchés. » 

Les ONG partenaires, avec l'appui de l'UNICEF, sont actuellement en train d'installer plus de 200 espaces amis des enfants et environ 100 équipes mobiles s'emploieront à parvenir auprès des enfants des zones les plus isolées du Pakistan en leur offrant une aide psychosociale et en les adressant à des centres médicaux appropriés en cas de problème de santé. Les équipes apporteront aussi leur aide en vue d'une identification indispensable des enfants les plus vulnérables du pays.

L'éducation, la santé, l'eau et l'assainissement sont tous assurés et ont été intégrés aux services sociaux de base qui sont offerts aux victimes des inondations.

Bien que l'aide humanitaire concerne la protection de l'enfance, bien plus reste à faire pour des questions importantes comme celles de retrouver les enfants perdus et séparés de leurs parents, apporter une aide psychosociale aux enfants traumatisés et prévenir la discrimination et les sévices. L'UNICEF exhorte la communauté internationale à poursuivre son soutien envers les espaces amis des enfants comme celui que fréquente – et apprécie - aujourd'hui Rehana.

« J'aime le centre, » dit-elle. « Ils nous apprennent même à écrire et l'alphabet. Je veux rester ici et apprendre à lire. »


 

 

Inondations au Pakistan

Au Pakistan, les familles déplacées par les nouvelles inondations font face à un avenir incertain
avec vidéo

L'UNICEF appuie la lutte contre la malnutrition infantile dans les districts pakistanais ravagés par les inondations
avec vidéo

L’UNICEF aide à reconstruire une école dans un village du nord-ouest du Pakistan ravagé par des inondations
avec vidéo

Des services de santé améliorés pour les mères et les nouveau-nés dans les villages touchés par les inondations au Pakistan
avec vidéo

L'histoire d'Ejaz : ce jeune garçon garde espoir après les inondations du Pakistan
avec vidéo

Les cliniques mobiles protègent les enfants contre la malnutrition au Pakistan après les inondations
avec vidéo

Des enfants suivent des cours dans un centre d'éducation temporaire mis en place par l'UNICEF dans le village de Mulla Wala au sud du Pendjab, au Pakistan
avec vidéo

Au Pakistan, l'UNICEF et ses partenaires apportent une assistance vitale malgré l'hiver rigoureux
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations de 2010, les enfants et les familles sont confrontés à des défis de plus en plus grands
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la situation reste désespérée
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la malnutrition frappe durement les zones affectées
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations et le conflit, les écoles de la vallée de Swat accueillent de nouveau les enfants
avec vidéo

Toutes les nouvelles
sur le Pakistan

Recherche