Pakistan

Au Pakistan, dévasté par les inondations, 3,5 millions d'enfants sont confrontés au risque de maladies

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010
Une mère et son fils devant leur tente improvisée dans un camp de Karachi, au Pakistan.

Par Priyanka Pruthi

KARACHI, Pakistan, 17 août 2010 – Plus de 3 millions d'enfants au Pakistan sont confrontés de façon importante au risque des maladies d'origine hydrique, ce qui en fait les victimes les plus vulnérables de l'une des pires catastrophes naturelles de l'histoire.

Alors que les eaux continuent à monter, les Nations Unies ont mis en garde contre une « seconde vague de décès » dues aux inondations dévastatrices provoquées par la mousson dans les jours à venir.

Maladies d'origine hydrique

Alors que la souffrance humaine continue de s'accroître, les spécialistes redoutent à présent qu'une épidémie de choléra puisse éclater dans les zones touchées par les inondations. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé au Gouvernement pakistanais d'enquêter sur un cas de choléra qui a été signalé dans la vallée de Swat, au nord-ouest du pays. L'OMS prévoit que jusqu'à 1,5 million de cas de maladies diarrhéiques - dont jusqu'à 140 000 cas de choléra, 150 000 cas de rougeole, 350 000 cas d'infections respiratoires graves et jusqu'à 100 000 cas de paludisme – pourraient apparaître d'ici les trois prochains mois.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010
Des femmes en train d'attendre dans un camp de Karachi, au Pakistan. Elles ont été déplacées par les récentes inondations qui ont dévasté le pays.

Maurizio Giuliano, un porte-parole de l'ONU pour l'aide humanitaire, a déclaré que des millions de personnes sont confrontées à des maladies comme l'hépatite et les affections liées à la diarrhée.

« Ce qui nous préoccupe le plus est l'eau et la santé, » a-t-il dit. « L'eau potable est essentielle pour prévenir les maladies mortelles d'origine hydrique. Pendant les inondations, l'eau a été gravement contaminée. Il y a pénurie d'eau potable. »

« L'UNICEF fournit actuellement chaque jour de l'eau potable à 1,3 million de personnes mais des millions d'autres ont besoin d'une aide similaire, » a ajouté le Représentant de l'UNICEF au Pakistan, Martin Mogwanja. « Nous devons de toute urgence faire passer à plus grande échelle la distribution d'eau. Si nous ne pouvons pas le faire à cause d'un manque de financement, des maladies d'origine hydrique comme le choléra, la diarrhée et la dysenterie se propageront et commenceront à tuer les populations sinistrées, particulièrement les enfants, déjà faibles et vulnérables à la maladie et à la malnutrition. » 

Les taux d'infections respiratoires aiguës, d'affections cutanées et de malnutrition sont déjà dangereusement élevés au Pakistan dans de nombreuses régions touchées par les inondations. 

Appel à l'aide internationale

Près d'un cinquième du Pakistan a été dévasté par des inondations qui ont tué environ 1 600 personnes et en ont touché 15 millions d'autres dans les provinces de Khyber-Pakhtunkhwa, du Penjab et du Sindh. Les inondations ont débuté il y a plus de deux semaines au nord-ouest du Pakistan et se sont propagées vers le sud dans le quart du pays. La communauté internationale s'emploie à rapidement faire face aux besoins des sinistrés mais des déficits de financement mettent en péril les opérations qui sont menées.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010
Une famille assise dans un camp de Karachi, au Pakistan, où des millions de personnes sont confrontées au risque de maladies.

« Nos opérations de secours au Pakistan exigent 47 millions de dollars pour répondre aux besoins urgents et immédiats d'ici les trois prochains mois, » a dit Martin Mogwanja. « Jusqu'à présent, nous n'avons reçu que 21,85 millions de dollars en promesses. »

« Après avoir visité au Pakistan les zones touchées par les inondations, le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé à la communauté internationale à apporter de toute urgence une « aide sans précédent » à ceux qui sont touchés par les inondations. 

« Cette journée a été pour moi poignante, » a dit M. Ban. « Par le passé, l'ai été témoin de nombreuses catastrophes naturelles dans le monde mais pas comme celle-ci. » Il a ensuite évoqué des scènes de routes emportées par les eaux, de ponts détruits et de personnes prises au piège sur des îles minuscules. 

L'ONU a fait état de 10 millions de dollars supplémentaires d'aide provenant de son Fonds central d'intervention pour les urgences humanitaires, portant sa contribution à un total de 27 millions de dollars depuis le début de la crise.

Fournitures indispensables

L'UNICEF est en train d'assurer une aide d'urgence dans les provinces qui ont été le plus durement touchées par les inondations du Pakistan, veillant à assurer les besoins les plus urgents des enfants. L'organisation collabore avec le gouvernement pour garantir que les services indispensables en eau, assainissement et hygiène soient restaurés pour empêcher d'importantes flambées de maladies.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2010
Une femme est assise dans sa tente après avoir été déplacée dans les inondations, à Karachi, au Pakistan.

Entre autres fournitures, l'UNICEF est en train de distribuer des biscuits à haute teneur énergétique pour prévenir la malnutrition et les maladies qui y sont liées, a dit Abdul Sami Malik, un porte-parole.

« Nous sommes dans une phase destinée à sauver les vies, » a-t-il dit. « Les enfants sont toujours vulnérables. Ils ne peuvent pas contrôler leur soif, alors ils vont boire n'importe quelle eau et risquent de contracter la diarrhée aqueuse, le choléra, le paludisme et diverses maladies. »

L'UNICEF a distribué des fournitures de secours d'une valeur de 360 000 dollars – dont des trousses sanitaires, des approvisionnements alimentaires, des kits d'obstétrique et des bâches qui devraient bénéficier à 5 millions de personnes sinistrées. L'organisation fournit aussi une solution de réhydratation orale comme moyen de traitement à domicile de la diarrhée mais observe que ce traitement est difficile à trouver en raisons des contraintes de financement.

Etant donné le risque de flambées de maladies dans les trois districts du Balouchistan les plus peuplés et les plus touchés par les inondations - Sibi, Jafarabad et Naseerabad – l'UNICEF a entamé des vaccinations contre la polio et la rougeole dans ses centres de secours. L'UNICEF, en coordination avec le Ministère de la santé et l'OMS, a aussi mis en place un dispositif de surveillance pour les alertes avancées de maladies.

Tâche difficile

Pour qu'elles puissent échapper à une seconde vague de crues, plus de 300 000 personnes ont été évacuées du district de Jacobabad, dans la province de Sind.

Cependant, les eaux de crues continuent de s'accroître et la situation empire avec chaque heure qui s'écoule. Bien que des camps aient été dressés par l'ensemble des organisations humanitaires, les services d'hygiène ont encore à parvenir jusqu'à la majorité de la population sinistrée. Les conditions de vie parmi les populations déplacées du pays sont déprimantes et les pluies continuelles provoquent des inondations supplémentaires, retardant les acheminements aériens de produits alimentaires et la remise en état des liaisons routières menant aux zones inaccessibles.

Le mauvais temps qui persiste continue d'entraver l'accès aux populations sinistrées, même dans les zones accessibles par route, et une grande partie des zones sinistrées ne restent accessibles que par voie aérienne.


 

 

Inondations au Pakistan

Au Pakistan, les familles déplacées par les nouvelles inondations font face à un avenir incertain
avec vidéo

L'UNICEF appuie la lutte contre la malnutrition infantile dans les districts pakistanais ravagés par les inondations
avec vidéo

L’UNICEF aide à reconstruire une école dans un village du nord-ouest du Pakistan ravagé par des inondations
avec vidéo

Des services de santé améliorés pour les mères et les nouveau-nés dans les villages touchés par les inondations au Pakistan
avec vidéo

L'histoire d'Ejaz : ce jeune garçon garde espoir après les inondations du Pakistan
avec vidéo

Les cliniques mobiles protègent les enfants contre la malnutrition au Pakistan après les inondations
avec vidéo

Des enfants suivent des cours dans un centre d'éducation temporaire mis en place par l'UNICEF dans le village de Mulla Wala au sud du Pendjab, au Pakistan
avec vidéo

Au Pakistan, l'UNICEF et ses partenaires apportent une assistance vitale malgré l'hiver rigoureux
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations de 2010, les enfants et les familles sont confrontés à des défis de plus en plus grands
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la situation reste désespérée
avec vidéo

Six mois après les inondations au Pakistan, la malnutrition frappe durement les zones affectées
avec vidéo

Au Pakistan, après les inondations et le conflit, les écoles de la vallée de Swat accueillent de nouveau les enfants
avec vidéo

Toutes les nouvelles
sur le Pakistan

Recherche