Pakistan

Le conflit en cours provoque le déplacement massif de familles dans le nord-ouest du Pakistan

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0523/Ramoneda
Des enfants se chauffent près d'un feu dans un camp pour personnes déplacées à Islamabad, Pakistan

CAMP DE JALALA, Pakistan, le 22 mai 2009 – Depuis la fin d’avril, une nouvelle offensive de l’armée contre les militants dans le Nord-Ouest du Pakistan a causé le déplacement de plus de 1,5 million de personnes. Ils ont rejoint les 555 000 personnes déjà déplacées depuis octobre de l'année dernière et toujours incapables de rentrer chez elles.

C’est le plus grand déplacement de population que le Pakistan ait connu depuis que le pays a été créé en 1947.


 AUDIO : écouter

VIDÉO : regarder maintenant

Chaque jour, des centaines de familles arrivent dans des camps brûlants et poussiéreux comme celui de Jalala après avoir fui les vallées fertiles de Swat, Province de la frontière du Nord-Ouest. Plus de la moitié des personnes déplacées sont des enfants et tous ont un besoin urgent d’assistance humanitaire. Le camp de Jalala, ouvert il y a près de trois semaines, accueille maintenant plus de 11 000 personnes.

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0520/Ramoneda
Un garçon transporte de la nourriture pour sa famille dans le camp de Swabi, pour personnes déplacées, dans la province de la Frontière du Nord-Ouest au Pakistan.

Pris sous les feux croisés

Pour Ahmad Hilal, père de trois enfants, il s'agit d'une période particulièrement difficile. En tant que seul homme adulte dans l'ensemble de sa famille élargie, cet ouvrier de 28 ans est responsable non seulement de ses propres enfants mais aussi de 10 neveux et nièces et de sa grand-mère.

La famille s'est réfugiée au camp de Jalala après avoir été prise dans les tirs croisés entre l'armée et les militants.

« Quelques obus de mortier sont tombés en face de notre maison et nous sommes partis pour sauver nos vies », raconte M. Hilal. « Ici [dans le camp] nous n'avons aucun parent, ni maison. Quel est notre péché ? Quel mal ces enfants ont-ils fait ? »

« Qui est responsable de cela ? Nous lançons un appel et demandons qu'on nous pardonne au nom d'Allah et qu'on nous laisse retrouver notre terre. »

Soulagement et perte

La responsable de la communication de l'UNICEF au Pakistan, Antonia Paradela, a remarqué que les familles déplacées nourissent des sentiments contradictoires.

« Au début, ils ressentent un immense soulagement, car ils sont dans un endroit sûr, » dit-elle. « En même temps, ils ont un grand sentiment de perte, en particulier les parents. Ils ont perdu leur maison. Ils ont laissé tout derrière. Ils ont à peine eu le temps de s'enfuir avec les seuls vêtements qu'ils portaient. Ils ne savent pas ce qui va se passer maintenant. »

Image de l'UNICEF
© UNICEF/NYHQ2009-0524/Ramoneda
Des filles suivent des cours à une école soutenue par UNICEF au camp de Jalala dans la zone de Mardan, province de la Frontière du Nord-Ouest.

Face à l'impact de cette situation de crise sur les femmes et les enfants , l'UNICEF et ses partenaires travaillent dans le cadre d'une aide coordonnée de l'ONU pour s'assurer que les enfants déplacés aient accès à l'eau et à l'assainissement, à la vaccination et à l'école, ainsi qu'à une protection contre la maltraitance et l'exploitation.

L’éducation ramène un sentiment de normalité

Plus de 180 écoles dans la vallée de Swat ont été détruites le mois dernier. Pour ramener un sentiment de normalité chez les enfants, l'UNICEF aide les écoles primaires de camp et offre des fournitures bénéficiant à des milliers de filles et garçons.

« Il est très important pour l'UNICEF de s’assurer que les écoliers retrouvent un peu de normalité, et qu’ils puissent aussi continuer leur éducation et ne pas perdre l'année scolaire, » déclare Mme Paradela

Des espaces « amis des enfants » mis en place dans les nouveaux camps offrent également un milieu sûr où les enfants peuvent jouer et recevoir un appui psychosocial. Des équipes de protection des enfants non accompagnés et de suivi des enfants orphelins s’assurent que les ménages dirigés par des femmes ont accès aux services et aux approvisionnements.

L'UNICEF fournit également de l'eau, des latrines et distribue des trousses d'hygiène dans les camps.


 

 

Vidéo (en anglais)

Le 14 mai 2009 : le correspondant de l’UNICEF, Eduardo Cure, rend compte de la situation des milliers de personnes déplacées dans le camp de Jalala, au Nord-Ouest du Pakistan.
 VIDÉO  haut | bas

Obtenez des vidéos de
qualité professionnelle
chez The Newsmarket

Audio (en anglais)

Le 14 mai 2009 : Antonia Paradela de l'UNICEF discute l’essor de crise de déplacement au Pakistan.
AUDIO écouter

Recherche