Pakistan

Eau potable et assainissement pour les survivants du tremblement de terre

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2005/Zaidi
Cet enfant prend de l’eau potable à l’un des robinets installés par l’UNICEF et ses partenaires dans un nouveau camp pour personnes déplacées à Jaba, une localité de la Province de la Frontière du Nord-Ouest, au Pakistan.

Par Javier Marroquin

MANSEHRA, Pakistan, 15 novembre 2005 – Plus d’un mois après le catastrophique tremblement de terre qui a dévasté le Nord-Ouest du Pakistan, le manque d’eau potable et de moyens d’assainissement menace la survie des rescapés. L’UNICEF et ses partenaires consacrent leurs efforts à prévenir maladies et décès dans les camps de secours d’urgence en fournissant de l’eau potable et des réservoirs pour l’entreposer, en creusant des latrines et en distribuant des fournitures sanitaires.

« L’eau potable et l’assainissement sont vraiment les priorités absolues pour la survie des gens touchés par le tremblement de terre » , dit Julia Spry-Leverton, Chargée de communication de l’UNICEF. On estime que jusqu’à 1,7 million de personnes pourraient se trouver privées d’eau potable. Un mauvais assainissement contribue à la diffusion des maladies diarrhéiques qui peuvent être fréquemment mortelles pour les enfants; on a déjà signalé des morts d’enfants imputables à ces maladies.

Subvenir aux besoins élémentaires des personnes déplacées, dont une alimentation en eau potable, continue à présenter d’énormes difficultés. « L’accès à certaines zones reste très difficile du point de vue logistique, et cette situation est exacerbée par la menace de l’hiver – les premières neiges sont déjà tombées » , dit Mme Spry-Leverton.

Fourniture de trousses sanitaires

En dépit des difficultés, de l’eau potable est fournie à des dizaines de milliers de personnes dans diverses zones touchées. À Mansehra, l’UNICEF approvisionne en eau quelques 50 000 personnes et a commencé le traitement de l’eau par chloration dans de nombreux camps.

Image de l'UNICEF
© UNICEF Pakistan/2005/Zaidi
Mahboob Bugwa, spécialiste des questions d’eau à l’UNICEF, inspecte la conduite qui apportera l’eau d’une rivière dans les camps de personnes déplacées de Jaba.

La population de Mansehra a été doublée par l’afflux des rescapés qui s’y sont réfugiés après la catastrophe. Amener les quantités d’eau potable requises par camion-citerne s’est révélé trop difficile. L’UNICEF collabore maintenant avec les autorités pour trouver d’autres moyens de fournir l’eau potable nécessaire.

L’UNICEF et ses partenaires accélèrent l’installation de latrines dans les camps de personnes déplacées. Il en faut au minimum 600 000. L’UNICEF procède également à la distribution de 40 000 colis sanitaires familiaux qui comprennent entre autres savonnettes, serviettes et brosses à dents.

« La distribution de colis sanitaires aux familles rescapées est une clé essentielle de notre action. C’est absolument vital quand il y a danger de maladies transmissibles et quand l’eau potable est en quantité insuffisante » , déclare Mme Spry-Leverton.

Nouvelle conduite d’eau

Dans une zone montagneuse éloignée, aux abords d’un nouveau camp pour les rescapés du tremblement de terre dont les maisons ont été détruites, une équipe de techniciens de l’UNICEF attend avec anxiété de pouvoir vérifier les résultats de ses efforts. Ils ont travaillé à l’installation d’un conduite d’eau, un tube de métal de  8 cm de diamètre qui fournira une nouvelle source d’eau potable au camp. Ils sont à l’écoute de l’arrivée des premiers litres d’eau captés dans un torrent des montagnes environnantes et transportés 3 km à travers la vallée jusqu’au camp.

« J’espère que l’eau va arriver » , dit Mahboob Bugwa, un spécialiste de l’eau de l’UNICEF. « Nous avons mis tous nos espoirs dans ce projet et il faut que ça marche….il faut absolument que ça marche!

« Si ça marche, nous pourrons fournir de l’eau potable naturelle aux plus de 1 600 personnes déjà arrivées et aux 3 000 autres que nous attendons. La quantité totale d’eau fournie sera de 360 000 litres par jour » , ajoute M. Bugwa.

L’attente anxieuse de l’équipe se prolonge un bon moment – pas un bruit ne sort de la conduite. Certains posent de temps en temps la main sur le tube de métal. Brusquement un gargouillis se fait entendre, d’abord presque inaudible, le buit enfle rapidement. C’est un succès! Les membres de l’équipe applaudissent et se jettent dans les bras les uns des autres.

L’UNICEF a déjà signé un accord avec le ministère des Travaux publics du Pakistan pour approvisionner de la même manière en eau d’origine naturelle dix autres camps. Ce projet fournira de l’eau potable à plus de 15 000 personnes.

Kun Li et Eric Mullerbeck de New York, ont contribué à cette histoire.


 

 

Audio (en anglais)

15 novembre 2005 :
La Chargée de communications de l’UNICEF, Julia Spry-Leverton , parle du besoin urgent d’eau potable et d’assainissement pour les rescapés du tremblement de terre du Pakistan.

Réponse au séisme (en anglais)

Recherche