Pakistan

Pendant l’Eid-al-Fitr, les enfants affectés par le séisme ont peu de raisons de se réjouir

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
À la veille de la fête musulmane de l’Eid-al-Fitr, les enfants qui vivent dans la région pakistanaise touchée par le séisme ont peu de raisons de sourire. Le séisme du 8 octobre a affecté près de 4 millions de personnes – dont la moitié au moins sont des enfants.

Par Martin Dawes

ISLAMABAD, Pakistan, 3 novembre 2005 – La fête de l’Eid-al-Fitr, devrait être un moment de grande joie pour les enfants musulmans. C’est traditionnellement le jour des cadeaux et des rires, qui viennent en récompense, après le mois de jeûne du Ramadan.

Mais l’Eid de cette année est différente en raison de tout ce qu’ont perdu les enfants du Cachemire sous administration pakistanaise et de la Province frontière du Nord-Ouest. La plupart d’entre eux ont perdu quelqu’un de proche, un bon nombre ont été blessés et tous, à présent, doivent lutter pour leur survie. L’hiver arrive dans ces montagnes où ils vivent, qui sont pleines de dangers. Les prévisions météorologiques annoncent qu’il y aura vraisemblablement de la pluie et une forte baisse des températures la semaine prochaine.

Le séisme du 8 octobre a affecté près de 4 millions de personnes – dont la moitié au moins sont des enfants. Dans les vallées pittoresques, des camps sont mis sur pied pour accueillir les 1,7 million de personnes que la catastrophe a laissées sans abri. L’UNICEF travaille à faire en sorte que la population des camps de toile et celle des villages aient accès à de l’eau salubre et bénéficient d’un assainissement correct. Dans de telles conditions ces conditions, la menace de maladie n’est jamais éloignée et l’UNICEF surveille ce danger.

Par ailleurs, l’organisation mène une campagne rapide de vaccination contre la rougeole, et près de 300 000 enfants ont déjà été immunisés. La tâche n’est pas aisée. Dans certaines des zones les plus durement touchées, la moitié des agents de la santé publique ont péri dans le tremblement de terre.

Image de l'UNICEF
© UNICEF video
Des camps accueillent les 1,7 million de personnes que la catastrophe a laissées sans abri. L’UNICEF travaille à faire en sorte que la population vivant dans ces camps ait accès à l’eau salubre et bénéficie d’un assainissement correct.

Rebâtir un système scolaire

Pour que les enfants qui s’efforcent de fêter l’Eid aient un avenir, l’UNICEF sait que plus tôt ils retourneront en classe, mieux cela vaudra. Il y a toutefois des défis difficiles à relever.

  • Près d’un million d’enfants (955 000) d’âge scolaire ont été touchés par la catastrophe

  • Plus de 450 000 enfants âgés de 5 à 9 ans doivent suivre un enseignement primaire

  • On estime à 4 000 le nombre d’écoles primaires provisoires qui sont nécessaires

  • Plus de 17 000 élèves ont été tués, victimes de l’écroulement de leur école.

Evoquant la prochaine fête musulmane, Maurice Robson, le responsable de l’UNICEF au Pakistan pour l’éducation, a répété qu’il était important de rebâtir le système éducatif de la région sinistrée : « Il y a une chose que nous pouvons donner aux enfants à l’occasion de l’Eid de cette année, c’est la confiance en l’avenir. Nous travaillons à la remise en état des écoles, à la formation des enseignants et à la fourniture de cahiers, de crayons et de manuels ».

Déjà certains enfants ont recommencé à étudier dans des écoles provisoires, sous des tentes. Non seulement il est important de réduire au minimum les interruptions du travail scolaire, mais il est essentiel qu’on réserve aux enfants touchés par le séisme un lieu où ils puissent se sentir en sécurité, être vaccinés et avoir de l’eau salubre, et où on pourrait se préoccuper des traumatismes subis par ces enfants.

Mais le besoin d’une aide accrue de la part de la communauté internationale reste aigu. En l’absence de fonds supplémentaires, il sera impossible de surmonter les difficultés logistiques énormes qu’implique la fourniture de l’aide aux secteurs isolés touchés par le séisme. Cela pourrait alourdir considérablement le bilan. Les Nations Unies ont lancé un appel pour 550 millions de dollars au total et on n’a reçu à ce jour qu’un peu plus de 130 millions de dollars.

Sabine Dolan a contribué, à New York, à cet article.


 

 

Vidéo (en anglais)

3 novembre 2005 :
Martin Dawes, de l’UNICEF, décrit la situation dans les zones du Pakistan affectées par le séisme, à la veille de l’Eid-al-Fitr.

bas | haut débit
(Real player)

Journalistes :
Obtenez des vidéos de qualité professionnel chez The Newsmarket

Réponse au séisme (en anglais)

Recherche